Les figures de style – SpĂ©cial Bac de Français đŸ’«

RĂ©dac des Sherpas - Mis Ă  jour le 04/08/2020
189406

Ça y est, les vacances sont terminĂ©es et tu entres en PremiĂšre ! Et qui dit PremiĂšre dit bac de français. Que tu portes ou non cette matiĂšre dans ton cƓur, il va falloir assurer tout au long de ton annĂ©e pour rĂ©ussir cette Ă©preuve. Une des clĂ©s fondamentales, c’est la maĂźtrise des figures de style. À la recherche de la figure de style bac de francais parfaite ? La liste est longue, mais on s’en occupe ! 😉

À lire aussi

Retrouve notre mĂ©thode de la dissertation pour rĂ©ussir tes Ă©preuves de français 📝

Commençons doucement, et voyons d’abord les procĂ©dĂ©s les plus courants. Tu les connais sĂ»rement dĂ©jĂ , mais les rappels ne font jamais de mal ! De plus, tu les retrouveras tout au long de l’annĂ©e.

Les figures de style d’insistance ☝

L’anaphore

C’est la rĂ©pĂ©tition d’un mot ou d’un groupe de mots au dĂ©but d’un vers ou d’une phrase.

Exemple :

« Là est tout le bien que mon esprit désire,
LĂ  est le repos oĂč tout le monde aspire
LĂ  est l’amour, lĂ  le plaisir encore. »

– Joachim du Bellay

L’accumulation

C’est une Ă©numĂ©ration de termes de mĂȘme nature/sens pour crĂ©er un effet d’amplification.

Exemple

« Je m’en vais vous mander la chose la plus Ă©tonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus Ă©tourdissante, la plus inouĂŻe (…) »

– Madame de SĂ©vignĂ©

La gradation 📈

C’est un procĂ©dĂ© qui s’apparente Ă  l’accumulation, sauf que cette fois les termes ont une intensitĂ© croissante (ou dĂ©croissante).

💡 Exemple

« Va, cours, vole et nous venge »

– Pierre Corneille

L’hyperbole

C’est simplement l’exagĂ©ration d’un terme ou d’une expression. Elle est trĂšs souvent utilisĂ©e dans la littĂ©rature aussi bien que le langage courant.

💡 Exemple

Je meurs de faim !

Le parallélisme

C’est la rĂ©pĂ©tition d’une mĂȘme structure dans une construction symĂ©trique.

Exemple 💭

« Votre mÚre si tendre et votre aïeul si doux. »

– Victor Hugo

Le polyptote

C’est l’utilisation rĂ©pĂ©tĂ©e de plusieurs variantes grammaticales d’un mĂȘme terme, qui change alors de genre, nombre (si c’est un nom), temps ou mode de conjugaison (si c’est un verbe)…

Exemple

« Je ne vis que passant ainsi que vous passùtes »

– Guillaume Apollinaire

Les figures d’opposition đŸ€›

L’antiphrase

C’est un mot ou une phrase utilisĂ©(e) dans le sens contraire de ce qu’on veut signifier. C’est une forme d’ironie. On se fout de toi, un peu.

💡 Exemple

Tu as eu un zĂ©ro en histoire ? Bravo, quel champion ! 😓

L’antithùse

C’est lorsqu’on utilise deux termes de sens contraire Ă  l’intĂ©rieur de la mĂȘme phrase ou du mĂȘme vers.

Exemple

« Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie »

– Louise LabĂ©

L’oxymore

Attention Ă  ne pas le confondre avec l’antithĂšse ! L’oxymore est une alliance de deux termes qui ont des sens opposĂ©s, ce qui donne une sorte de paradoxe.

Exemple

« Je ne vis que passant ainsi que vous passùtes »

– Guillaume Apollinaire

Le chiasme

Ce procédé est une construction symétrique et croisée (schéma AB/BA) qui unit ou oppose des éléments.

💡 Exemple

« Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger »

– Moliùre

Les figures de style d’analogie

L’allĂ©gorie

Elle permet de donner vie à une idée abstraite en lui attribuant un sens ou un symbole concret/vivant.

Exemple

« Hiver, vous n’ĂȘtes qu’un vilain ! ÉtĂ© est plaisant et gentil… »

– Charles d’OrlĂ©ans

La comparaison

C’est le rapprochement de deux termes liĂ©s par un comparant (qui peut ĂȘtre un verbe, un adjectif, une prĂ©position ou encore une conjonction).

Exemple 💭

Il est aussi aimable qu’une porte de prison.

La métaphore

C’est une forme de comparaison, Ă  la diffĂ©rence qu’elle associe deux termes mais n’utilise aucun mot de liaison.

Exemple 👇

Il pleut des cordes.

À lire aussi

Ca peut aussi t’interesser : 24 figures de style Ă  connaĂźtre rien que pour toi !

Les figures de style de substitution 👇

L’antonomase

C’est l’utilisation d’un nom propre pour dĂ©signer un nom commun ou vice-versa.

💡 Exemple

« Un apollon », pour un homme trÚs beau

La métonymie

C’est le fait de remplacer un terme par un terme proche, dont la signification est associĂ©e (la partie au lieu du tout, le contenant au lieu du contenu, la ville pour les habitants…).

💡 Exemple

Boire un verre

La périphrase

Elle consiste Ă  remplacer un mot par sa dĂ©finition ou une expression qui s’y rapporte.

Exemple 💭

L’hĂŽte de Matignon (pour dĂ©signer le Premier ministre)

La personnification

C’est le fait d’humaniser un objet, un Ă©lĂ©ment abstrait ou naturel ou encore un animal.

Exemple 💡

« La rue assourdissante autour de moi hurlait »

– Charles Baudelaire

La prosopopée

Elle consiste Ă  faire parler quelque chose qui n’est habituellement pas douĂ© de parole (animal, abstraction, objet…).

Exemple

« Et la riviÚre dit : « Je ne veux rien savoir,

Je coule pour moi seule et j’ignore les hommes. »

– Jules Supervielle

Les figures de style d’attĂ©nuation

L’euphĂ©misme

Cette figure sert Ă  attĂ©nuer le sens d’un Ă©noncĂ© pour lui donner moins d’impact. On l’utilise souvent pour diminuer la gravitĂ© d’un fait ou pour ne pas choquer, gĂȘner ou simplement dĂ©plaire.

Exemple 👇

Il nous a quittés (= Il est mort)

La litote

Elle sert à exprimer une pensée de façon atténuée pour sous-entendre davantage.

💡 Exemple

« Va, je ne te hais point » (= Je t’aime)

– Pierre Corneille

La prétérition

C’est le fait de parler de quelque chose tout en disant qu’on ne va pas en parler.

Exemple 👇

« Si vous comptez sur moi pour vous rĂ©vĂ©ler qu’il s’agit de trafic d’avions, vous vous trompez lourdement. »

– HergĂ©

La rupture de construction

L’anacoluthe

C’est la rupture d’une construction syntaxique.

Du genre :

« Mais moi, la barre du bourreau s’était, au premier coup, brisĂ©e comme un verre. »

– Aloysius Bertrand

L’ellipse

Elle se caractĂ©rise par l’absence d’un ou plusieurs mot(s) dans une phrase.

Exemple 💭

« Je t’aimais inconstant, qu’aurais-je fait fidĂšle ? »

– Jean Racine

Le zeugma

C’est le rapprochement d’un mot concret et abstrait dans un mĂȘme Ă©noncĂ©.

💡 Exemple

« VĂȘtu de probitĂ© candide et de lin blanc »

– Victor Hugo

L’anastrophe

C’est l’inversion de l’ordre habituel des mots.

💡 Exemple

« Étroits sont les vaisseaux, Ă©troite notre couche.

Immense l’étendue des eaux, plus vaste notre empire

Aux chambres closes du désir. »

– Saint John Perse

Les figures de style Ă  effet sonore

L’allitĂ©ration

C’est la rĂ©pĂ©tition d’un mĂȘme son consonne.

Exemple :

« Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos tĂȘtes ? »

– Jean Racine

L’assonance

C’est la rĂ©pĂ©tition d’un mĂȘme son de voyelle.

Exemple 💡

« Je fais souvent ce rĂȘve Ă©trange et pĂ©nĂ©trant« 

– Paul Verlaine

Le paronomase

C’est le rapprochement de mots Ă  la prononciation semblable mais au sens diffĂ©rent.

Exemple

Qui se ressemble s’assemble.

L’anadiplose

C’est la reprise du dernier mot de la proposition prĂ©cĂ©dente au dĂ©but de la proposition qui suit.

Exemple 👇

« Je vis ce beau Lyon, Lyon tant que je prise »

– Joachim du Bellay

Tableau rĂ©cap figure de style bac de francais ✅

EffetFigure de style
InsistanceAnaphore, accumulation, gradation, hyperbole, parallélisme, polyptote
OppositionAntiphrase, antithĂšse, oxymore, chiasme
AnalogieAllégorie, comparaison, métaphore
SubstitutionAntonomase, métonymie, périphrase, personnification, prosopopée
AtténuationEuphémisme, litote, prétérition
Rupture de constructionAnacoluthe, ellipse, zeugma, anastrophe
Effet sonoreAllitération, assonance, paronomase, anadiplose

👉 On espĂšre que cet article t’aidera durant ton annĂ©e et que tu rĂ©ussiras ton Ă©preuve de français au bac ! 🎉😉

5/5 - (27 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans Ă  partager ? Nous validons ton commentaire et te rĂ©pondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

DĂ©couvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, rĂ©ussir le bac, trouver son stage, gagner en productivitĂ©… À chaque problĂšme son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-mĂȘme ! đŸ’Ș