Andromaque de Racine : un résumé pour tout comprendre 📚

Mathilde Ségui - Mis à jour le 18/04/2022
221848

Ah, Andromaque de Racine… C’est l’œuvre qui a fait connaître la gloire au dramaturge et qui est toujours jouée aujourd’hui. Si tu t’apprêtes à passer le Bac de français, tu as sûrement déjà croisé (ou tu croiseras) son chemin ! Ça tombe bien, avec cette fiche de lecture Andromaque de Racine, on te donne toutes les clés pour mieux comprendre. C’est parti 🚀 

Présentation d’Andromaque de Racine

Fiche d’identité 🔎   

Date1667
GenreThéâtre (tragique)
Composition5 actes en alexandrins
InspirationAndromaque d'Euripide
MouvementClassicisme

Les personnages 👨‍👩‍👦‍👦 

💡 Un peu de contexte

Andromaque de Jean Racine se déroule juste après la guerre de Troie, que tu connais certainement : c’est ce qu’Homère raconte dans l’Iliade. Mais avec tous les personnages qui y participent, c’est normal si c’est un peu flou dans ta tête !

 

👉 Petit rappel : cette guerre est déclarée par les Grecs aux Troyens car ces derniers ont enlevé Hélène, une reine grecque. Dans le camp grec, parmi les guerriers importants, on compte Ménélas (le mari d’Hélène privé de sa femme), son frère Agamemnon et le héros Achille. Dans le camp troyen, c’est le prince Hector la star.

 

Et voilà, maintenant, tu peux mieux comprendre tous les liens qui unissent les protagonistes 😉

  • Andromaque (on s’en doutait !) : une reine troyenne, mais aussi la veuve d’Hector (tué par Achille) et la mère d’Astyanax. Elle est faite prisonnière par le grec Pyrrhus. 
  • Pyrrhus : un souverain grec régnant sur Epire, mais aussi le fils d’Achille
  • Oreste : le fils d’Agamemnon
  • Hermione : la pote de Harry Potter la fille d’Hélène et de Ménélas. Si les calculs sont bons, tu auras compris que c’est aussi la cousine d’Oreste. Elle est promise à Pyrrhus.
  • Pylade : le confident d’Oreste
  • Cléone : la confidente d’Hermione
  • Céphise : la confidente d’Andromaque
  • Phœnix : le gouverneur de Pyrrhus

💡 Tu suis ? Andromaque est la seule troyenne (avec Cléone).

Résumé d’Andromaque de Racine

On ne pouvait pas faire une fiche de lecture Andromaque de Racine sans te mettre au courant de cette « blague » très connue : l’intrigue peut se résumer en une phrase. « Oreste aime Hermione, qui aime Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui aime Hector, qui est mort. ». En gros, personne n’obtient ce qu’il veut ! Mais bon, c’est pas une tragédie pour rien… 😉  

Acte I 

👉 Oreste arrive au palais de Pyrrhus pour lui réclamer Astyanax, que le roi d’Epire détient prisonnier avec sa mère, afin de le tuer. La raison officielle : il a peur que le jour où le garçon deviendra grand, il veuille venger son père, tué par les Grecs (qui ont au passage détruit la ville de Troie et massacré les habitants, car pourquoi faire les choses à moitié ?).

👉 La vraie raison : Oreste est amoureux d’Hermione, sa cousine, et veut repartir chez lui avec elle. Bon, c’était les mœurs antiques… 🥴 Le problème, c’est que cette dernière n’a d’yeux que pour son fiancé Pyrrhus, qui pourtant s’en fout complètement d’elle ! On t’a prévenu, Andromaque de Jean Racine, ce n’est qu’une chaîne d’amours déçues…

👉 Sans surprise, Pyrrhus refuse la demande, quitte à provoquer une guerre. Il espère surtout se faire bien voir d’Andromaque, en mode « Regarde, j’ai empêché que ton gosse soit tué ! ». Eh oui, car le souverain est, lui, amoureux de sa prisonnière… Pas ouf d’être amoureux de la femme de l’homme que son père a tué (pfiou), surtout qu’elle reste fidèle à son défunt mari. 

👉 Comme sa tactique ne marche pas, Pyrrhus passe donc au chantage et menace de livrer l’enfant.

Acte II 

👉 Hermione accepte de partir avec son cousin, à condition que Pyrrhus ne livre pas Astyanax. Dommage, car il vient de se décider à donner l’enfant aux Grecs… et à épouser Hermione, en plus ! Il fait le choix de la sagesse, même s’il se sent un peu coupable de priver Andromaque de son fils.

Acte III 

👉 Oreste voit donc la femme de ses rêves lui passer sous le nez, ce qui le rend fou. En même temps, si près du but… 😆 

👉 Andromaque demande à Hermione de l’aider à protéger son fils en persuadant le roi, mais celle-ci se moque éperdument de ce qui lui arrive. Lorsque Pyrrhus arrive, il finit par avoir pitié de la pauvre prisonnière… mais bon, il lui pose quand même une condition pour changer d’avis : elle doit l’épouser (c’est sympa pour Hermione, tiens !).

Acte IV

👉 Notre héroïne se retrouve donc face à un dilemme : trahir Hector en épousant un autre pour sauver leur fils, ou lui rester fidèle mais risquer la vie d’Astyanax ? Elle choisit la première option, mais prévoit de se suicider dès la fin du mariage. Comme ça, le marché sera respecté, mais elle n’aura pas à vivre son infidélité à son mari (même si ce n’est pas une infidélité puisqu’il est mort).

👉 En apprenant qu’Andromaque a choisi d’épouser son promis, Hermione décide de se venger de cet outrage en utilisant son cousin, car elle sait qu’il est pratiquement à ses pieds. Elle demande donc à son cousin de tuer le marié en plein milieu de la cérémonie, pour que sa vengeance soit publique. 

👉 Oreste aurait préféré d’abord s’enfuir avec elle et affronter Pyrrhus plus tard, mais elle est têtue comme une mule. Il finit alors par accepter sa demande.

👉 Hermione confronte ensuite son promis en lui jetant à la figure la cruauté dont il a fait preuve pendant la prise de Troie : il a notamment assassiné le monarque Priam (le père d’Hector). On comprend cependant que malgré tous ses crimes et son attitude avec elle, celle-ci l’aime encore. C’est l’amour tragique : une fatalité à laquelle le personnage ne peut pas échapper même si ça l’arrangerait bien !

Je t’aimais inconstant, qu’aurais-je fait fidèle ?

Hermione

Acte IV, scène 5

💡 Ce vers comprend une figure de style qu’on appelle ellipse. C’est le fait de volontairement supprimer certains mots de la phrase. Normalement, on dirait : « Je t’aimais même quand tu étais inconstant, qu’aurais-je fait si tu avais été fidèle ? » Pas facile de caler tout ça dans un alexandrin, en seulement 12 syllabes, donc l’auteur a trouvé la solution !

À lire aussi

Acte V 

👉 Au moment du mariage, Hermione (qui n’y assiste pas) se demande si son plan est une bonne idée : Pyrrhus l’a trahie, mais elle l’aime toujours… Oreste arrive alors et lui annonce qu’il a fait ce qu’elle a demandé, et que le roi est mort. 

👉 Hermione, qui ne sait décidément pas ce qu’elle veut, est accablée de chagrin et le traite de tous les noms en guise de remerciements. Elle s’enfuit et se suicide à côté du cadavre de Pyrrhus (on ne le voit pas mais on l’apprend de la bouche de Pylade, qui l’annonce à Oreste). 

👉 Face à cette nouvelle, ce dernier perd la raison et se met à avoir des hallucinations. Il voit des morts et des créatures des Enfers. C’est à ce moment-là qu’il prononce le célèbre vers qu’on te cite tout le temps en exemple d’allitération.

Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?

Oreste

Acte V, scène 5

💡 Le savais-tu ?

Oreste voyait sûrement dans ses délires Méduse la Gorgone (une créature mythologique plutôt pas sympa). Elle avait des serpents à la place des cheveux, très glam !

À lire aussi

✅ Tu t’intéresses à la mythologie ? Découvre notre article sur la religion grecque.

👉 Malgré le chantage que son geôlier lui a fait subir, Andromaque veut venger sa mort. Le mariage a fait d’elle la reine d’Epire, elle a donc beaucoup de pouvoirs. Pour échapper à la vengeance, Oreste, Pylade et leurs camarades grecs s’enfuient du royaume. Finalement, ironie du sort, c’est l’héroïne de la tragédie qui est la seule à rester en vie ou du moins à garder toute sa tête…

Alors, tu penses quoi de ce résumé d’Andromaque de Racine ? N’hésite pas à nous le dire en commentaire 😉  

Fiche de lecture Andromaque de Racine : pistes d’analyse

C’est bien de connaître le résumé d’Andromaque de Racine sur le bout des doigts, mais il faut aussi que tu en connaisses les enjeux pour pouvoir écrire de super commentaires de texte ! Analysons tout ça ensemble 😉  

Si on devait trouver une problématique générale, on pourrait se demander : En quoi Andromaque de Jean Racine est-elle une œuvre modèle du théâtre tragique classique ?

Le respect des règles du théâtre classique

👉 Comme toute tragédie classique qui se respecte, Andromaque de Jean Racine est, au niveau de la forme, écrite en vers et divisée en 5 actes. Au niveau du fond, elle traite d’un sujet antique puisqu’elle est inspirée d’un épisode de la mythologie grecque, et elle met en scène des héros de noble rang.

👉 En plus de tout ça, le dramaturge a respecté la fameuse règle des 3 unités que doit suivre toute pièce de théâtre classique :

📌 L’unité de temps : l’action dure quelques heures à peine, le temps que les Grecs arrivent à Epire, que le mariage ait lieu et qu’ils repartent.

📌 L’unité de lieu : toute l’action se déroule dans une salle du palais, où tout le monde se croise.

📌 L’unité d’action : l’histoire tourne autour d’une seule et unique question : est-ce qu’Andromaque va vraiment finir par se marier avec son ennemi ? Racine est un pro du suspense pour arriver à repousser la réponse pendant 5 actes.

Andromaque de Racine : la peinture de l’hybris 💖 

👉 Le propre d’une bonne pièce tragique, c’est avant tout de montrer sur scène les passions humaines (« passion » a ici le sens d’émotion et de sentiment, pas de hobby) et à quel point elles dominent les protagonistes. Le but ? Montrer au public que se laisser aller à ses passions, c’est pas toujours une bonne idée… puisqu’on voit ce qui arrive à la fin !

💡 Le savais-tu ?

Lorsque les passions prennent de l’ampleur au point de devenir nocives, on parle d’hybris (qu’on peut traduire par « intempérance », « orgueil » ou encore « démesure »). Ça désigne un comportement excessif, voire violent. Or, les Grecs, qui étaient fans de modération, détestaient tout ce qui débordait du juste milieu ! Dès l’Antiquité, l’hybris était donc dénoncé dans leurs tragédies et condamné dans leur pensée philosophique.

👉 Selon Aristote, qui a théorisé le théâtre au Ve siècle av. J-C., ça permettrait la catharsis (qu’on pourrait traduire par « purgation ») du public. En gros, en voyant tous les malheurs qui arrivent aux protagonistes, le public ressent à la fois de la pitié et de la crainte. C’est ce qui permettrait sa « purification » des passions négatives.

La tragédie (…) est une imitation faite par des personnages en action et non au moyen d’un récit, et qui, suscitant pitié et crainte, opère la purgation propre à pareilles émotions.

Aristote

Penseur grec

👉 Effectivement, l’auteur n’y va pas de main morte pour montrer les passions humaines :

  • L’amour : il est souvent malsain, que ce soit celui d’un souverain pour sa prisonnière ou celui d’un cousin pour sa cousine. Le seul exemple d’amour pur est celui d’Andromaque pour Hector et pour Astyanax, en qui elle voit en fait le fantôme de son mari.
  • La haine et la jalousie : ces deux sentiments négatifs sont aussi très présents. Il y a par exemple Hermione qui est jalouse d’Andromaque, ou encore cette dernière qui déteste Pyrrhus.
  • La folie : c’est le stade ultime des passions. Elle est incarnée surtout par Oreste, qui perd littéralement la raison, en plus d’avoir perdu son honneur et la femme qu’il aimait. Mais on ne s’avance pas trop en affirmant que Hermione est elle aussi prise de folie, puisqu’elle demande quand même à ce qu’on assassine un homme en plein mariage, et qu’elle finit par se suicider sur son corps. 

La toute-puissance de la fatalité 💥

👉 Troisième et dernier ingrédient de la recette d’une délicieuse tragédie classique : une bonne dose de destinée inéluctable. Pendant toute la pièce, aucun personnage ne peut lutter contre la fatalité qui pèse sur lui. 

👉 Dès le début, la mort est partout : on sort quand même de la guerre de Troie, qui n’est pas l’épisode le plus drôle de l’histoire antique… Hector est mort, sa veuve est prisonnière, bref, c’est la cata depuis la première scène. L’amour est le sujet de la pièce, mais il est aussi victime du destin : Oreste ne sera jamais aimé de sa cousine, qui ne sera jamais aimée de son promis, qui… bon, t’as compris. Tout est écrit pour que ça finisse mal.

👉 Et comme prévu, ça finit mal pour tout le monde : Pyrrhus meurt, Hermione se suicide, Oreste devient fou… mais Andromaque reste debout ! C’est peut-être la seule originalité de ce modèle du genre : l’héroïne éponyme (= qui donne son nom à l’œuvre) ne meurt pas. Mais elle a quand même perdu son mari, donc on ne va pas l’envier non plus. 😕 

Fun fact 💖

Le prénom Andromaque vient des deux mots grecs aner (andros au génitif), « homme », et machê, « bataille ». Andromaque, c’est donc celle qui combat les hommes, et la pièce de théâtre nous le prouve : dans cette société antique très masculine, l’héroïne reste une reine du début à la fin (de Troie puis d’Epire), et elle tient les rênes de l’intrigue. Ce sont ses choix qui font basculer le sort des hommes qui l’entourent. Elle réussit même à survivre à sa propre tragédie ! Girl power 💪

Zoom sur l’auteur 🧐  

Dates1639-1699 (sous Louis XIV)
MétierDramaturge (son grand rival était Pierre Corneille) puis historiographe du de Louis XIV (= chargé d'écrire son histoire)
Courant littéraireClassicisme
Œuvres majeuresBérénice, Phèdre, Britannicus…

Et voilà, avec notre résumé d’Andromaque de Racine et ces pistes de réflexion, tu as toutes les cartes en main pour survivre au Bac de français ! On compte sur toi 💪 

4.1/5 - (9 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

Découvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, réussir le bac, trouver son stage, gagner en productivité… À chaque problème son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-même ! 💪