Analyse et rĂ©sumĂ© de Pierre et Jean de Guy de Maupassant đŸ“šđŸ€“

Pauline Le Mercier - Mis Ă  jour le 07/02/2022
213852

Le bac de français approche et tu ne sais plus oĂč donner de la tĂȘte ? Le plus efficace pour t’aider Ă  rĂ©viser, c’est de faire des fiches de lecture. Ça tombe bien, on a ça sous la main (on est trop forts đŸ’Ș). C’est parti pour l’analyse et le rĂ©sumĂ© de Pierre et Jean de Maupassant ! 🚀

RĂ©sumĂ© de Pierre et Jean de Maupassant 🌟

Le roman commence par une partie de pĂȘche familiale au Havre. Au cours de celle-ci, deux frĂšres cherchent Ă  sĂ©duire Mme RosĂ©milly, une amie de la famille, en mesurant leurs forces Ă  la rame. Une rivalitĂ© exacerbĂ©e s’instaure entre les deux frĂšres. Tandis que Jean est trĂšs Ă  l’aise, Pierre se fatigue vite, ce qui l’agace

Le soir mĂȘme en rentrant, la famille est avertie par le notaire de la mort de leur ami LĂ©on MarĂ©chal. La famille est stupĂ©faite d’apprendre que celui-ci a lĂ©guĂ© toute sa fortune Ă  Jean. Tout le monde est ravi, sauf Pierre. Il part s’isoler et commence une longue introspection. Il rencontre Marowsko le pharmacien. Il se confie au sujet de l’hĂ©ritage et ce dernier lui glisse que “ça ne fera pas un bon effet”. Cet Ă©change provoque des doutes chez Pierre.

Le lendemain, aprĂšs quelques visites d’appartements, Pierre trouve le lieu idĂ©al pour ouvrir son cabinet de mĂ©decin. Malheureusement, il n’a pas les moyens de payer le loyer qui est trop Ă©levĂ©. Il se rend au bar et croise la serveuse de la brasserie. En apprenant l’hĂ©ritage de Jean, celle-ci laisse entendre que “Ce n’est pas Ă©tonnant qu’il te ressemble si peu”. Les rĂ©flexions du notaire et de la serveuse poussent Pierre Ă  mener l’enquĂȘte sur la lĂ©gitimitĂ© de son frĂšre.

Le lendemain, lorsque Louise lui apprend qu’elle a achetĂ© pour Jean, le cabinet qu’il convoitait, Pierre s’emporte. Il commence dĂšs lors son enquĂȘte en questionnant ses parents et Marowsko sur leur lien avec LĂ©on MarĂ©chal.  Il se rappelle des traits et caractĂ©ristiques du visage de MarĂ©chal : il Ă©tait blond comme Jean. Il finit par en conclure que sa mĂšre a trompĂ© son pĂšre avec MarĂ©chal, et que Jean est son fils.

En rentrant d’un sĂ©jour Ă  Trouville, il demande Ă  sa mĂšre une photo de MarĂ©chal et voit instantanĂ©ment la ressemblance avec son frĂšre. Pierre comprend au comportement suspect de sa mĂšre qu’elle sait tout de son enquĂȘte.

Celle-ci sait qu’il a tout devinĂ© et en tombe malade. La tension familiale s’accroĂźt lorsque le pĂšre, GĂ©rĂŽme, reproche Ă  Pierre de ne pas pouvoir guĂ©rir sa mĂšre, lui qui est mĂ©decin.

Au cours d’une excursion Ă  Saint-Ouen, Jean demande Mme RosĂ©milly en mariage, ce qu’elle accepte. Pierre se moque de cette union car il considĂšre la tromperie commune Ă  toutes les femmes. Une violente dispute Ă©clate  entre les deux frĂšres. Pierre finit par avouer tous ses soupçons Ă  Jean, confirmĂ©s plus tard par leur mĂšre. Jean promet malgrĂ© tout de protĂ©ger sa mĂšre de son frĂšre et du dĂ©shonneur.

Au cours du dĂźner, Jean mentionne Ă  Pierre qu’un poste de mĂ©decin est vacant sur un bateau du chantier naval de la Lorraine. Pierre se renseigne et accepte l’offre, attirĂ© par cette opportunitĂ© de fuite. Le paquebot part et Madame Roland est soulagĂ©e de savoir son secret loin d’elle.

Présentation du roman Pierre et Jean Maupassant

Fiche de prĂ©sentation 📜

Titre Pierre et Jean
Auteur Guy de Maupassant
Date de publication 1888
Genre Roman, Fiction
Mouvement littéraire Naturaliste, réaliste
MĂ©diaFeuilleton dans La Nouvelle Revue

Qui est Guy de Maupassant ? 

👉 Guy de Maupassant est un Ă©crivain et journaliste français, nĂ© le 8 aoĂ»t 1850 en Normandie et mort le 6 juillet 1893. En l’espace de 10 ans, il a Ă©crit 6 romans dont Une Vie (en 1883) et Bel-Ami (en 1885) et prĂšs de 300 nouvelles, parmi lesquelles Le Horla (en 1887) ou Boule de suif (en 1880). Toutes ses Ɠuvres obtiennent un rĂ©el succĂšs auprĂšs du public. Il ne tarde pas Ă  frĂ©quenter le milieu de la haute bourgeoisie, notamment le cercle de la princesse Mathilde Bonaparte. 

👉 C’est dans ce contexte qu’il Ă©crit durant l’étĂ© 1887 le court roman Pierre et Jean, qui paraĂźt entre 1887 et 1888 dans La nouvelle revue. Pour beaucoup, il est considĂ©rĂ© comme Ă©tant le chef d’Ɠuvre de Maupassant, notamment grĂące Ă  sa prĂ©face. Dans celle-ci, l’auteur donne une dĂ©finition de son esthĂ©tique : l’analyse psychologique liĂ©e Ă  l’objectivitĂ© du rĂ©cit.

« Le rĂ©aliste, s’il est un artiste, cherchera non pas Ă  nous montrer la photographie banale de la vie, mais Ă  nous en donner la vision plus complĂšte, plus saisissante, plus probante que la rĂ©alitĂ© mĂȘme» 

Guy de Maupassant, Préface à Pierre et Jean

💡 Pour t’expliquer ça plus simplement… Maupassant veut retranscrire une vision rĂ©aliste, et selon lui, cela se fait Ă  travers un Ɠil pessimiste. Dans son rĂ©cit, il raconte l’Ă©clatement d’une famille en apparence unie Ă  l’annonce de l’hĂ©ritage d’un seul des deux fils. Il plante dĂšs le dĂ©part le dĂ©cor d’une histoire de jalousie, d’adultĂšre, et du pouvoir assassin de l’argent. Il veut dresser un portrait psychologique et social de ses personnages, notamment Ă  travers les personnages de deux frĂšres, diamĂ©tralement opposĂ©s. 

🧑‍🔬  Maupassant fait en quelque sorte une expĂ©rience de chimie. Il mĂ©lange entre eux plusieurs hommes aux personnalitĂ©s diffĂ©rentes et opposĂ©es, et les introduit autour d’un thĂšme (ici l’adultĂšre, la jalousie). BAM rĂ©action đŸ’„. Il n’a plus qu’Ă  faire la retranscription de ce qu’il observe : Crise identitaire, dualitĂ© etc. C’est ce qu’il appelle le vraisemblable.

Les personnages principaux 🎭

  • GĂ©rĂŽme Roland : PĂšre de la famille, ancien bijoutier parisien qui vit de ses rentes. Il est passionnĂ© de pĂȘche et s’est donc installĂ© au Havre. Il ignore que Jean n’est pas son fils. Il est volontairement maintenu dans l’ignorance par les autres personnages. C’est un homme ordinaire, un peu simple.
  • Louise Roland : MĂšre de la famille (48 ans), elle vit depuis des annĂ©es dans le mensonge avec son mari. Romantique et douce, elle est passionnĂ©e par la poĂ©sie et la mer et s’oppose diamĂ©tralement Ă  son mari. La mort de son ancien amant MarĂ©chal va la bouleverser.
  • LĂ©on MarĂ©chal (dĂ©cĂ©dĂ© au dĂ©but du livre): personnage absent et mystĂ©rieux, il est pourtant un personnage clef de l’histoire. Riche client de la bijouterie, il devient un ami de la famille et l’amant de Louise
 c’est ainsi que naĂźt Jean. À sa mort, il lĂšgue par testament toute sa fortune Ă  ce dernier, ce qui va bouleverser l’harmonie familiale. 
  • Pierre Roland : Il est l’aĂźnĂ© des deux frĂšres. Il est brun, a la trentaine, mĂ©decin. Il veut ouvrir son cabinet au Havre. Il est jaloux de son frĂšre Jean et va enquĂȘter sur la lĂ©gitimitĂ© de celui-ci. 
  • Jean Roland : Cadet de la famille, il a 5 ans de moins que son frĂšre. C’est un homme blond de 25 ans calme et rĂ©servĂ©, s’opposant donc physiquement et psychologiquement Ă  son frĂšre Pierre. Il est nĂ© de la liaison entre Louise Roland et LĂ©on MarĂ©chal. Il souhaite installer son cabinet d’avocat au Havre. Il Ă©pouse Mme RosĂ©milly Ă  la fin du roman.
  • Mme RosĂ©milly :  jeune femme veuve de 23 ans, elle est une voisine et amie de la famille Roland. Elle est rĂ©servĂ©e et timide. Elle Ă©pouse Jean Ă  la fin du roman. 
  • Marowsko : pharmacien polonais rĂ©fugiĂ© en France, il Ă©met ses doutes Ă  Pierre Ă  propos du testament.

L’analyse du roman 📝

Dans son Ɠuvre Pierre et Jean, Maupassant dresse un cadre pessimiste de ce qu’il estime ĂȘtre la vision rĂ©aliste de la vie. Le titre du roman indique que le rĂ©cit Ă©volue en fonction des deux personnages Ă©ponymes.

Une Ă©tude psychologique

Le but de Maupassant c’est de te rapprocher un maximum de son personnage car la vie intĂ©rieure de Pierre est l’objet central de la narration. Il veut nous faire voir la rĂ©alitĂ© Ă  travers les yeux des personnages. C’est la fameuse analyse psychologique qu’il Ă©voque dans sa prĂ©face. 😉

En quoi est-ce une â€œĂ©tude psychologique” ? Bonne question đŸ§‘â€đŸ«

On suit Pierre et ses sentiments au long du rĂ©cit (qui est basĂ© sur son introspection). On suit ses pensĂ©es ainsi que ses faits et gestes. Toutefois, le roman est Ă©crit Ă  la 3Ăšme personne. On suit l’évolution de Pierre durant ses balades, sur la plage ou encore dans la maison familiale.

Cette évolution est marquée par des étapes physiques mais aussi psychologiques, telles que :

✅ L’élĂ©ment perturbateur : l’hĂ©ritage

✅ Les soupçons : provoquĂ©s par les tĂ©moignages de la serveuse et du pharmacien.

✅ L’enquĂȘte : Ă  l’aide de souvenirs, de l’attitude de sa mĂšre ou des tĂ©moignages 

✅ La rĂ©vĂ©lation : Il apprend l’identitĂ© de Jean et l’adultĂšre de sa mĂšre. La colĂšre s’empare de lui.


Dans ce rĂ©cit, on retrouve des problĂ©matiques similaires Ă  celles du Horla, notamment avec l’idĂ©e “du double”. Pierre est progressivement dĂ©possĂ©dĂ© de lui-mĂȘme, pris par des Ă©lans cruels et vengeurs. Il agit et parle sans vraiment se maĂźtriser, notamment lors des consultations avec sa mĂšre ou bien sur la plage Ă  Saint-Ouen. Il lui fait des allusions blessantes involontairement. Il a une attitude colĂ©rique et agressive, jusqu’Ă  devenir une bĂȘte soumise Ă  “une de ces folies de rage qui font commettre des crimes” (Chap. VII)

L’opposition dans Pierre et Jean 👿😇

La dualitĂ© des deux frĂšres se base essentiellement sur leur opposition, tant physique que psychologique. Les deux hommes ne se ressemblent pas du tout, l’un est fort, blond et rĂ©servĂ©; l’autre est plus ĂągĂ©, brun et colĂ©rique. Cette dualitĂ© existe dĂšs le dĂ©but de roman comme on le voit dans la scĂšne du bateau, et elle explose Ă  l’annonce de l’hĂ©ritage de l’un des deux hommes.

Au-delĂ  du problĂšme de la jalousie, Maupassant montre aussi un hĂ©ros confrontĂ© Ă  la culpabilitĂ© et Ă  l’injustice. Pourquoi l’un et pas l’autre ? Cette partialitĂ© est appuyĂ©e par la non rĂ©action de la famille. L’inĂ©galitĂ© ne semble poser de problĂšme Ă  personne, sauf Ă©videmment Ă  Pierre.

Lui, qui est le fils lĂ©gitime, Ă©choue sur tous les plans : professionnel, financier et sentimental. Et c’est paradoxalement chez lui que se dĂ©clenche une crise identitaire, tandis que Jean, au contraire, rĂ©unit toutes les rĂ©ussites et ne semble pas troublĂ© par la nouvelle. 

Pierre est toujours la victime, l’exclu du trio : Jean hĂ©rite de l’argent du MarĂ©chal, Mademoiselle RosĂ©milly choisit l’amour de Jean plutĂŽt que le sien, sa mĂšre a plus d’attentions et de points communs avec son second fils, etc.

Pierre est un personnage en marge, alors qu’il est au centre de la narration et de la vision du roman. Cette contradiction est appuyĂ©e tout au long du rĂ©cit et sa marginalisation s’intensifie jusqu’à son dĂ©part pour la Louisiane. La fin du roman concrĂ©tise cette exclusion : c’est Pierre, et non Jean, qui quitte la famille.

“Comme ils allaient quitter le quai et prendre le boulevard François Ier, sa femme se retourna encore une fois pour jeter un dernier regard sur la haute mer ; mais elle ne vit plus rien qu’une petite fumĂ©e grise, si lointaine, si lĂ©gĂšre qu’elle avait l’air d’un peu de brume.”

Guy de Maupassant – Pierre et Jean – Chapitre IX (Fin du roman)

La critique de la bourgeoisie 🏡

Maupassant s’attaque Ă  la petite bourgeoisie qu’il considĂšre hypocrite. Cette hypocrisie est bien sĂ»r incarnĂ©e par l’élĂ©ment central de l’Ɠuvre, l’adultĂšre de Madame Roland. Hypocrisie familiale et collective puisque beaucoup semblent s’en douter, tels que la serveuse du bar ou le pharmacien, mais personne ne semble prĂȘt Ă  le reconnaĂźtre publiquement. Le pĂšre lui-mĂȘme est maintenu dans le secret.

Si l’on peut ressentir de la peine Ă  l’égard de Louise, malmenĂ©e par Pierre, Maupassant souligne Ă  nouveau l’hypocrisie familiale. Louise est Ă©crasĂ©e par la culpabilitĂ© mais ne fera rien pour autant. Pas de volontĂ© d’aveu ni de geste envers Pierre, prĂ©fĂ©rant l’hypocrisie sympathique de Jean, qui lui promet de garder le secret.

Cette faussetĂ© se ressent Ă©galement dans la dĂ©claration d’amour de Jean. Si tu t’attendais Ă  une demande en mariage pleine de romantisme, tu n’es pas dans le bon roman. đŸ€­

On est bien loin des envolĂ©es lyriques et du romantisme. Ici, on se rapproche plus d’un Ă©change ou d’une signature de contrat : sobre et direct. 

“Il s’attendait Ă  des gentillesses galantes, Ă  des refus qui disent oui, Ă  toute une coquette comĂ©die d’amour mĂȘlĂ©e Ă  la pĂȘche, dans le clapotement de l’eau !

    Et c’Ă©tait fini, il se sentait liĂ©, mariĂ©, en vingt paroles.”

Guy de Maupassant – Pierre et Jean – Extrait du chapitre V

La rĂ©action de Pierre casse le peu de romance qui se ressent dans cette scĂšne. L’aveu des sentiments fait place Ă  la moquerie de ce dernier, qui se joue de cette apparente idylle amoureuse. Jaloux, il trahit son obsession de l’adultĂšre par des allusions et des moqueries grinçantes. Il dresse le portrait d’une liaison pessimiste et presque fataliste.

À lire aussi

4.3/5 - (6 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans Ă  partager ? Nous validons ton commentaire et te rĂ©pondons en quelques heures ! 🎉

Ebook

Notre ebook pour réussir le bac

TĂ©lĂ©charge notre guide et dĂ©couvre comment rĂ©ussir le bac grĂące Ă  nos conseils et nos mĂ©thodes ! đŸ‘©đŸ»â€đŸŽ“