Clair de lune de Verlaine : Analyse et résumé 🌝

Solène Clausse - Mis à jour le 06/09/2022
248523

Tu passes le bac de français cette année ? Si tu tombes sur de la poésie, le commentaire peut vite devenir casse-tête, surtout s’il te manque les ressources pour avoir toutes les ref’ à connaître !  C’est pour ça qu’on t’analyse Clair de lune de Verlaine. Let’s go 🚀

Clair de lune de Verlaine : Présentation

Fiche d’identité 🔍

Auteur Paul Verlaine
GenrePoésie
RecueilFêtes Galantes
Date1869
Structure3 quatrains de décasyllabes

Un ouvrage entre tradition et innovation ✨

L’écriture : un refuge

Avec Clair de lune Verlaine signe son deuxième recueil… à seulement 25 ans ! Bah oui, ce n’est pas pour rien si, plus tard, il tombe amoureux de Rimbaud. Entre petits virtuoses, ils se comprennent bien. ❤️‍🔥

Enfin, on n’y est pas encore. 1869, il se remet à peine de la mort de son père et de celle de son premier amour, sa cousine Elisa. (COUSINE ???) Autant te dire qu’il est un tantinet blasé de la life

Et avant de rencontrer Mathilde Mauté, sa première épouse, il n’a que deux sources d’apaisement : l’alcool et la poésie. Déso de te le dire, mais pour toi, ce sera la poésie.

👉 Dans cette deuxième œuvre, on voit comment l’écriture agit comme un refuge : il se crée un monde poétique à part, fait de personnages de théâtre. Il va parfois jusqu’à confondre sa propre identité avec ses personnages de fiction.

Le virage symboliste

Dans Poèmes Saturniens (1866), l’auteur était influencé par trois mouvements poétiques

  • Le Romantisme
  • Le Parnasse
  • Le symbolisme

L’auteur pioche dans les ingrédients de chacun. Et à chaque œuvre sa recette ! Dans celui-là par exemple, l’inspi’ symboliste est très présente !

👉 Dans la lignée de Baudelaire, il transfigure ses propres états -d’âme dans son univers poétique. L’idée est d’abandonner le “je” des Romantiques pour contourner l’expression individuelle. 

Dans cette œuvre, il pousse au max cette impersonnalité symboliste en investissant carrément un univers qui lui est étranger : celui du peintre Watteau, qui investit lui-même les persos de la commedia dell’arte. 🎨

À lire aussi

On t’explique tout sur ces inspirations dans l’analyse de “Mon rêve familier” !

Le poème dans l’œuvre 🎭

“Clair de lune” est le poème liminaire de Fêtes Galantes : tout simplement la première pièce du recueil ! Le livre en compte 22, qui se suivent sans être regroupés par section. Compare ce texte avec celui qui clôt le livre : tous deux décrivent une scène presque similaire. Ils encadrent une série de scènettes théâtrales et agissent comme le lever et la fermeture de rideau 👇

Le thème de la commedia dell’arte

Au XVIIIe siècle, Watteau est le chef de file des “peintres des fêtes galantes”. Ils représentent les comédiens italiens qui donnent des représentations à la cour du roi.

L’autre grand thème des tableaux, c’est la galanterie : les mecs et meufs jouent le rôle du dragueur et de la draguée, s’habillent en conséquence, et se tournent autour jusqu’à ce que ça dérape…

Au XIXe siècle, ces peintres sont mis à l’honneur dans une expo au Louvre. Une source d’inspi pour Théophile Gauthier, Charles Baudelaire et notre cher Paul ! Dans ce texte, tu as dû remarquer, le champ lexical du spectacle est omniprésent. Retrouve les persos de la commedia dell’arte dans “Fantoches” 👇

Scarmouche et Pulcinella / Qu’un mauvais dessein rassembla / Gesticulent, noirs sur la lune

Un amour pessimiste

Les scènes qui sont décrites permettent de transposer des émotions intérieures. Fais bien attention à la tonalité : la gaieté et la célébration sont toujours associées au mensonge.

👉 On retrouve ici l’influence symboliste, qui est d’approcher la vérité en la contournant ! 

Le texte que tu étudies repose sur des antithèses et des contrastes. Le sentiment de plénitude amoureuse est décrit comme une illusion de théâtre. À la fin de la lecture, la gaieté a été altérée par la voix discordante.

L’instabilité et la tromperie sont au cœur de “A la promenade !”

Trompeurs exquis et coquettes charmantes, / Cœurs tendres, mais affranchis du serment

À lire aussi

Le vocabulaire de la poésie pour tout comprendre ✨

Peindre les états-d’âme

S’il y a une pointe de romantisme, c’est bien dans le cadre lunaire et nocturne de ces scènes. Chez les poètes romantiques, la nature est un miroir de l’âme. Ici c’est différent, il y a carrément une identification entre les deux !

💡 Fais gaffe !

Demande-toi toujours pourquoi tel titre a été choisi plutôt qu’un autre. Le mood du crépuscule est très présent chez l’auteur, c’est une mélancolie mêlée à l’apaisement. Ce n’est pas la même chose pour la pluie, qui renvoie plutôt à une langueur oppressante et annihilante. 💦

👉 Regarde dans “Colloque sentimental”, comme les persos se confondent dans leur lieu de rencontre : 

Dans le vieux parc solitaire et glacé, / Deux spectres ont évoqué le passé

Clair de Lune de Verlaine : La forme ✨

Le texte 👇

La structure 🧩

  • Trois strophes de 4 syllabes : trois quatrains 
  • Des vers de 10 syllabes : des décasyllabes
  • Ds rimes croisées (ABAB)
  • Des rimes internes (vers 2 / vers 5 et 6)

Claire de lune Verlaine : analyse 🔍

Mouvement 1 : Une fête factice

✒  Votre âme est un paysage choisi

  • Ce premier vers à tout de la poésie romantique ! La métaphore établit une analogie entre l’âme de la destinataire du poème et la scène qui sera décrite ensuite. À première vue, c’est un paysage état -d’âme qui va se dessiner.
  • Le pronom possessif et l’adjectif “choisi” apportent un ton aristocratique, qui renforce l’illusion d’être face à un poème galant, comme le madrigal.
  • Pour faire vite, Paul Verlaine joue le réal’ de comédie dramatique : tu penses que tu vas rire alors que tout est fait pour que tu cogites sur le sens de la vie. 

✒  Que vont charmant masques et bergamasques

  • Le cadre continue d’être posé : un bal masqué comme ils sont organisés dans les milieux aristocratiques.
  • Une faute d’orthographe sur l’adjectif “charmant” ? Ben non ! C’est plutôt un participe présent qui renforce la dimension picturale : t’as l’impression que la scène se déroule sous tes yeux ! 
  • Les persos sont désignés par les masques qu’ils portent, c’est une métonymie. La figure de style instaure un sentiment de malaise et d’irréalité. 
  • Cette confusion est renforcée par l’inversion entre le sujet et le verbe et par la conjonction “que” qui n’évoque aucun lieu pour l’action (pourquoi ne pas avoir écrit “où” 🤔 ?)

✒  Jouant du luth et dansant et quasi

  • Le champ lexical de la fête et de la musique est incarné par la musicalité. Les césures sont placées juste avant les conjonctions “et” qui sont alors placées sous l’accent, ce qui donne une sensation de rebond
  • L’allitération en [m] du vers précédent et l’assonance nasale en [an] donnent un sentiment d’envoutement.
  • L’adverbe “quasi” est isolé à la rime par l’enjambement : le rythme est déstabilisant et tu restes en suspension sur un terme renvoyant à l’approximatif. Si tu le rapportes au “charme” et aux “masques”, ça commence à ressembler à un mauvais rêve non ? 🤨

✒  Tristes sous leurs déguisements fantasques.

  • L’adverbe “sous” renforce l’opposition entre le sentiment intérieur et les apparences.
  • On sait que la rythmique c’est pas ouf. Mais là ça vaut le détour : Le décasyllabe se découpe en 4//4//2 : tu entends à peine la tristesse en début de vers tandis que les “déguisements” prennent tout un hémistiche !  Conclusion : l’illusion tente de masquer la mélancolie.
  • L’assonance en [i] en est une manifestation : elle sonne comme une fausse note dans la musique festive (ou comme Maria Carey qui tente son All I want For Christmas annuel)

Mouvement 2 : La mélancolie révélée

✒  Tout en chantant sur le mode mineur / L’amour vainqueur et la vie opportune

  • Le vers 6 brouille à nouveau les pistes sur la nature du chant entendu : un hymne (chant guerrier) ou une ode (chant amoureux). L’adjectif “vainqueur” complète ce registre. 
  • Ce registre est nié dès le vers précédent : le “mode mineur” est celui des élégies et autres chants mélancoliques. On décèle ici la voix du poète et son lyrisme particulier.

✒  Ils n’ont pas l’air de croire à leur bonheur

  • Le 7e vers du poème (sur 12) : il le coupe en deux moments distincts. 
  • La locution “avoir l’air de” relève à nouveau du champ lexical des apparences. Mais cette fois-ci elle est niée. Le temps de l’illusion est révolu pour entrer dans le temps de la vérité (et de la mélancolie).
  • Le “bonheur” est mis en valeur en fin de vers comme quelque chose d’inatteignable. Paul Verlaine porte un regard ironique sur la société et son apparente gaieté : on y “croit” sans en être sûr, et quand on n’y croit pas il faut encore faire semblant d’y croire !

👉 Et si même la plus grosse teuf n’arrive pas à cacher la tristesse, on ne peut plus rien faire pour eux.

✒  Et leur chanson se mêle au clair de lune, 

  • Le dernier vers de la strophe agit en miroir du vers 1 : après une réification de l’âme dans le monde festif, on passe au paysage nocturne, le véritable double de l’âme mélancolique de l’amante. 
  • Cette mélancolie imprègne le texte par divers procédés : le verbe “se mêler”, l’allitération en liquides [L], la confusion de l’ouïe et de la vue (synesthésie). 

À lire aussi

Mouvement 3 : Une atmosphère apaisée

✒  Au calme clair de lune triste et beau,

  • L’accumulation d’adjectifs personnifie le clair de lune. Il peut être perçu comme un double du poète ! 
  • Les deux derniers s’opposent : c’est une antithèse. Elle constitue indirectement un manifeste poétique pour l’auteur. Pour lui tout simplement, ce qui est beau est triste !
  • L’adjectif “calme” montre également cette écriture mélancolique comme un refuge. En gros : autant voir la vérité en face plutôt que se fatiguer à la cacher inutilement ! 🙃

✒  Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres

  • La conjonction ne renvoie pas à une proposition principale, mais seulement à une répétition (le clair de lune) : en l’absence de sujet, le monde poétique se vide des hommes en même temps qu’il s’anime d’éléments naturels et d’animaux personnifiés
  • Le verbe “rêver” emmène le lecteur dans une atmosphère paisible. Le chant change lui-même de ton pour se rapprocher de la berceuse

✒  Et sangloter d’extase les jets d’eau,

  • “sangloter d’extase” est une nouvelle antithèse : les pleurs sont associés à une libération de l’âme et du corps.
  • La synesthésie mêle cette fois le toucher et l’ouïe pour donner une impression de fraîcheur avec les “jets d’eau”. 

✒ Les grands jets d’eau sveltes parmi les marbres.

  • Tu notes les nombreuses répétitions : à chaque fois, l’élément est repris et qualifié de nouveaux adjectifs, comme “sveltes”, qui les personnifient. 
  • Ce mouvement s’appelle une amplification : il apporte une régularité à la musique qui devient plus rassurante. 
  • À la fin du poème, les éléments humains disparaissent pour décrire l’âme du poète face à la solitude. Sa propre mélancolie apparaît alors comme un refuge face aux illusions du sentiment amoureux. 

Quelques problématiques 👇

Grâce à ces petits points, tu as toutes les ressources nécessaires pour faire un commentaire composé ou une analyse littéraire de Clair de Lune de Verlaine. Voici tout de même – pour toujours te saucer davantage – quelques pistes de problématiques à explorer lors de tes examens !

  • Dans quelle mesure une subjectivité est-elle perceptible dans le texte ? 
  • Comment la mélancolie s’installe-t-elle ici ? 
  •  En quoi le poème est-il symboliste ?

Voilà, on espère que cette analyse de Clair de Lune de Verlaine te facilitera la lecture de ce classique de la littérature française ! Maintenant, cap sur le bac 😉

5/5 - (1 vote)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

Découvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, réussir le bac, trouver son stage, gagner en productivité… À chaque problème son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-même ! 💪