Fiche résumée de l’oeuvre : Le meilleur des Mondes d’Huxley Aldous

Jazz Riffet - Mis à jour le 07/05/2022
224464

Tu avais écrit “Lire Le Meilleurs des mondes d’Huxley” dans ta book-list, et tu n’en connais que la première de couverture. Pourtant, tu sais que cette fiction te promet une lecture passionnante… mais tu peines à t’y plonger. Bon, tu es arrivé à bon port ! Suis le guide, on te propose un résumé et une analyse du livre Le meilleur des mondes et de ses personnages. Go go go ! 🚀

À lire aussi

Tu t’intéresses au roman Le Père Goriot ? On a la réponses à tes questions !

💡Pourquoi lire Le Meilleur des mondes d’Huxley ?

  • Les personnages sont très bien construits ! Ils reflètent la complexité de la nature humaine, des rapports sociaux, des émotions… Chacun donne à réfléchir plus longuement sur soi-même.

  • Il traite d’enjeux qui étaient actuels à l’époque et qui le sont encore aujourd’hui. C’est intéressant de voir que certaines problématiques perdurent, et qu’on les dénonce toujours dans le présent !

  • L’histoire est captivante, terriblement bien écrite et 285 pages, c’est pas très long pour un monstre de la littérature !

  • La lecture de ce livre te fera questionner ta vision du bonheur, de la vie, de la société, de la liberté, du pouvoir de l’État… entre autres 🤔

  • Il est disponible dans toutes les librairies, aussi bien en format de poche que d’ occasion, donc à un prix d’achat bien plus qu’abordable !

Fiche de présentation de l’oeuvre 

Titre originalBrave New World
Date1932
GenreFiction, dystopie
Nombre de chapitres18

💡C’est quoi une dystopie ?

On te définit le genre de la dystopie en quelques points rapides :

  • Selon la page dédiée sur Wikipédia, une dystopie est un récit de fiction qui décrit une société imaginaire dirigée par des chefs autoritaires qui n’ont aucune limite de pouvoir. L’une des marques des dystopies est très souvent la perte des libertés individuelles des individus.
  • Ça peut être aussi une utopie qui se transforme en véritable cauchemar
  • Genre d’anticipation
  • Fréquemment lié au genre de la science-fiction
  • Objectif : Alarmer et critiquer la société contemporaine de l’écrivain. Prévenir des possibles dérives d’une idéologie

 

  • Exemples d’oeuvres dystopiques :
    • Fahrenheit 451, Ray Bradbury (1953)
    • Soleil Vert, Harry Harrison (1966)
    • 1984, George Orwell (1949)
  • Exemples de films :
    • Hunger Games, Gary Ross (2012 – 2015), inspiré de la série de romans de Suzanne Collins (parue de 2008 à 2010)
    • Metropolis, Fritz Lang (1927)
    • Bienvenue à Gattaca, Andrew Niccol (1997)

Le contexte d’écriture 🖋

Au moment où Aldous Huxley écrit Le meilleur des mondes, le monde est encore traumatisé par la Première Guerre mondiale (1914 – 1918). Avant cette guerre, il y a eu la deuxième Révolution industrielle, qui commence à la fin du XIXe siècle. C’est cette industrialisation qui a permis de mettre au point des technologies meurtrières : gaz de combat, artillerie, chars d’assaut…  

À cause de ce traumatisme, le monde et les artistes sont sous le choc. Ils développent une vision pessimiste des avancées technologiques et de la science. On se met à blâmer la science et les usages qu’on en fait dans des livres, de science-fiction notamment !

D’autre part, la société connaît une passion grandissante pour le fordisme et c’est de là que Huxley va tirer son inspiration pour créer le contexte de son intrigue 💡.

💡Le fordisme c’est quoi ?

En 1908, Henry Ford, créateur de l’entreprise du même nom, crée un modèle d’organisation et de développement d’entreprise. Ce nouveau système a pour principe de viser l’efficacité, avec des techniques telles que la division du travail, ou le travail à la chaîne.

Note qu’avec ce système, les conditions de travail des ouvriers sont devenues plus difficiles… ce qui a créé un phénomène de démission 😬. Pour cette raison, les salaires des employés ont été un peu augmentés.

Suite à ça, le fordisme s’est mis à désigner le système par lequel les employés d’une entreprise sont payés en fonction de leur productivité.

Contexte de l’intrigue 🤔

Le monde dans lequel se déroule l’intrigue du roman a un nouveau modèle, un nouveau “Jésus” : Ford. Dans ce nouveau monde, la science a fait énormément de progrès et les naissances naturelles ont été exclues. Un seul moyen est privilégié pour la reproduction de l’espèce humaine : l’éprouvette 🧪. Cette technique a été mise en place après la guerre de neuf ans débutée en l’an 141 après Notre Ford. Elle permet à la société non seulement de choisir de garder ou non les individus qu’elle jugera non conformes, mais aussi (et surtout) de les modifier génétiquement pour en faire exactement ce qu’elle veut.

Dans ce monde, la société est divisée par un système de cinq castes (rangées par ordre hiérarchique décroissant) dans lesquelles tout homme et toute femme est répartie et se voit attribué une couleur de groupe :

📌 Les Alphas : L’élite, ceux qui dirigent. Grands, beaux, intelligents… Bref, la perfection sous cellophane. Couleur : gris (boriiing). 

📌 Les Bêtas : Les travailleurs intelligents. Ils occupent des places importantes, des postes à responsabilité.

📌 Les Gammas : Première des castes inférieures. C’est la classe populaire, voire moyenne. Couleur : vert.

📌 Les Epsilons (kaki) et les Deltas (noir) : Castes les plus basses. Petits et laids selon les codes. Ils sont créés pour faire des tâches manuelles simples.

Et (comme si ça n’était pas déjà suffisant), chaque catégorie est divisée en sous-catégorie : les plus et les moins. C’est injuste, diras-tu ! C’est inadmissible ! Le peuple s’est forcément soulevé, crieras-tu ! Bah non 🙂. Et la raison est simple : chaque enfant est élevé dans un des centres de conditionnement que l’État a mis en place.

Et dans ces centres, on leur apprend que leur condition est la meilleure pour eux, qu’ils ne seraient pas heureux s’ils étaient dans une autre catégorie. Ainsi, la société reste stable et l’État garde son pouvoir sur elle. C’est simple comme dictat… euh bonjour.

💡Nous autres

Le meilleur des mondes d’Huxley s’inspire d’une autre œuvre de littérature : Nous autres. Voici en résumé qu’il faut retenir de ce roman :

  • Auteur : Evgueni Zamiatine
  • Origine : russe
  • Genre : Science-fiction
  • Date de publication : 1920
  • À sa première publication en France en 1920, le livre n’était disponible qu’en langue russe. Ensuite, il a été publié en Union Soviétique. Mais dès 1923, il y a été interdit à cause de la censure stalinienne.
  • Résumé : Un homme qui vit dans le futur construit l’Intégral, un vaisseau spatial. L’objectif du plan est de faire adopter aux extraterrestres le bonheur que l’État pense avoir trouvé. Mais au fur et à mesure le personnage évolue et se rend compte qu’il préférerait un retour en arrière pour connaître l’ancien monde et sa civilisation, celle qui connaissait un bonheur précaire, le caractère imprévisible de la vie, et la liberté de tous les hommes et de toutes les femmes.

Le Meilleur des mondes : les personnages 👫

Le roman d’Aldous Huxley comporte un nombre important de personnages. Fun fact : ces personnages ont un point commun : ils portent le nom de personnalités politiques qui ont vraiment existé dans l’histoire

  • Darwin Bonaparte : Charles Darwin + Napoléon Bonaparte
  • Polly Trotsky : Léon Trotsky
  • Benito Hoover : Benito Mussolini + Herbert Hoover
  • Notre Ford : Henry Ford 
  • Herbert Bakounine : George Herbert + Mikhaïl Bakounine
  • Sarojini Engels : Sarojini Naidu + Friedrich Engels

Comme ce serait bieeeen trop long de te présenter en détails tous les personnages du roman, mais que ce serait trooooop dommage de passer à côté de l’analyse de certains, on t’a fait une petite liste de personnages principaux super intéressants à connaître ! 😉

📌 John, dit le “Sauvage”

Il a environ vingt ans, et il est le fils d’une bêta qui n’a exprimé pour lui aucun amour, et d’un alpha, qui plus est un directeur (l’un des plus hauts postes dans la hiérarchie).

John est sans aucun doute l’un des personnages les plus riches et les plus intéressants en termes de construction de tout le livre ! 🔥

Il est à la fois avantagé physiquement et intelligent. Mais il n’appartient à aucune caste. 

Son surnom renvoie très clairement à l’idée qu’il est étranger à cette société sur-industrialisée. Lui appartient plutôt à la Nature, ayant grandi dans le ventre de sa mère et ayant été élevé parmi les Indiens. 

Grâce à lui, la lecture de l’œuvre est plus critique : il met en relief les défauts de ce nouveau monde et de son système a priori parfait en détonnant complètement avec le reste du paysage. Il incarne le point de vue du lecteur de 1931 👀

📌 Bernard Marx 

Il est petit et gros. Ça rime avec ? Classe inférieure, exactement. Sauf que Bernard Marx appartient à la caste Alpha plus. Il y a manifestement eu un bug lors de sa création, et le pauvre en souffre terriblement. Il ne se sent pas à sa place parmi les siens… qui n’hésitent d’ailleurs pas une seconde à l’exclure 🙁 

Cette exclusion lui donne l’occasion de remettre en question son conditionnement, d’avoir un regard critique sur sa caste : elle manque de liberté et les relations sociales à l’intérieur sont terriblement pauvres. 

Note que, quand il ramène John, il fait l’objet de toute l’attention des membres de sa caste, ce qu’il adooore. Il en profite un max, jusqu’à prendre la grosse-tête… Mais son succès n’est que de courte durée et à la fin du roman, il sombre à nouveau dans son malheur 💔.

📌 Helmholtz Watson

Alpha plus, il est sportif, beau selon les normes. Il est aussi intelligent, très intelligent. Et même beaucoup plus que les autres membres de sa caste. À tel point que lui aussi, tout comme Bernard, il ne se sent pas à sa place dans son troupea… dans son groupe. 

Il incarne la réussite, mais son inadaptation lui offre l’occasion de développer un œil critique : il déprécie les valeurs que prône la société et se considère sous-employé (oui, c’est un peu le personnage que tu as envie de claquer 🙂).

📌 Lénina Crown 

💁‍♀️ Elle est une femme très belle, pleine de charme. Le conditionnement a très très bien fonctionné avec elle. Trop peut-être, parce qu’elle ne remet jamais aucune loi en question. Elle est d’ailleurs farouchement contre ceux qui enfreignent les règles. 

Mais, malgré son parfait lavage de cerveau, elle garde une certaine singularité dans ses relations amoureuses. Eh oui, il se trouve que mademoiselle idéale craque pour le vilain petit canard du roman : Bernard Marx. Elle est aussi attirée par John plus tard et par un autre personnage masculin. 

Fun fact : elle est qualifiée de très “pneumatique”, un mot qui a un double sens délicieux. D’un côté, dans la société ce terme renvoie à l’idée d’une âme si pure et parfaite qu’elle serait en contact avec le divin. De l’autre, il évoque les pneus en caoutchouc des Ford T, un modèle célèbre à l’époque d’Huxley. Et par extension, il signifie que Lénina est une poupée gonflable de catégorie supérieure.

Le meilleur des mondes : résumé par chapitre 📚

Chapitre 1 à 6

L’intrigue commence à Londres en l’ “an 632 de Notre Ford”. Le monde n’est plus composé que d’un seul État mondial très très très puissant et de quelques civilisations dites “sauvages” autour. Les religions n’existent plus… Enfin si, une seule, et elle prône Henry Ford.  

Fun fact : En anglais, “Notre Seigneur” se dit “Our Lord”. Aldous Huxley a donc voulu faire un jeu de mots entre “Our Lord” et “Our Ford” (“Notre Ford”).

Cette première partie du livre décrit le nouveau monde, ses règles, son fonctionnement, la vie de ses habitants. Elle décrit aussi la vie et la personnalité de deux des personnages principaux : Bernard Marx et Lenina Crowne.

À la fin, on fait également la connaissance d’Helmholtz Watson, le meilleur ami de Bernard.

Chapitre 7 à 9

Bernard et Lénina s’en vont découvrir une réserve de sauvages au Nouveau-Mexique. Ils découvrent une civilisation qui vit complètement à l’opposé d’eux : ils sont monogames, se reproduisent naturellement et leur environnement n’est pas aseptisé. Beurk. Enfer et damnation pour Bernard et Lénina 🤢. 

Ils font la rencontre de Linda, la mère de John. Elle est tombée enceinte sans le savoir et n’a pas pu avorter. Elle s’est également perdue dans la réserve sauvage, elle y a donc élevé son enfant, recueillie par les Indiens.

Ils rencontrent aussi John, féru de Shakespeare et qui rêve d’une chose : découvrir Londres qu’il idéalise. Bernard, qui y voit son propre avantage (on perd jamais le nord) réussit à les faire rapatrier, lui et Linda, à Londres.

Chapitres 10 à 18

Bernard devient une vraie star : il organise régulièrement des soirées et invite des personnalités de castes supérieures pour que tous puissent observer le Sauvage. Mais lors d’une soirée, John en a assez de servir de bête d’exposition, alors il pose un lapin à Bernard. Conséquence directe : Bernard recouvre sa réputation d’avant. Retour à la case départ 😬.

Lénina et John tombent amoureux l’un de l’autre. Ils se tournent autour et Lénina fait le premier pas décisif. Ils sont sur le point de passer à l’acte sexuel… Mais c’est la cata. Lui est romantique et veut lui déclarer sa flamme. Elle se comporte en objet sexuel et ne comprend pas un traître mot de son charabia fleur bleu 😅. 

Linda décède, ce qui cause la peine de John… Mais pas du reste de la société, qui a appris à n’avoir aucune empathie devant la mort. Aïe. John s’énerve.

Dans la foulée, il assiste à la distribution quotidienne de soma, la drogue censée rendre tout le monde heureux. Il se révolte et veut les libérer de leur asservissement… Mais il est nexté et la police finit par arriver et gazer tout le monde avec du soma

Bernard, John et Helmholtz rencontrent Mustapha Menier, l’Administrateur mondial. Ils discutent du système entier, du contrôle exercé par l’État, des restrictions de libertés, des censures… Finalement Bernard et Helmholtz sont exilés sur une île où ils seront bien plus heureux, entourés d’intellectuels qui comme eux ont remis le système en question 🤔. 

John lui s’exile tout seul dans un phare de navigation aérienne, à la périphérie de Londres. Tous les jours il pense à Lénina et tous les jours il s’en veut. Alors il prend le temps de faire la paix avec ses émotions et de faire un bilan sur lui-même… Ahaha, non. Il se flagelle 🙃.

Mieux : ses flagellations deviennent un spectacle pour les badauds qui se multiplient. Lénina vient jeter un œil elle aussi, ce qui met Joh hors de lui. Il l’attaque… mais le lendemain il s’en veut effroyablement. Et finalement ? Il décide de mettre fin à ses jours en se pendant à la cage d’escaliers du phare. Voilà une fin qui donne envie de sortir s’aérer et de se réjouir de sa liberté ! 

Le meilleur des mondes d’Huxley : analyse des enjeux principaux 💡

Cette histoire est l’occasion pour l’auteur d’aborder plusieurs thèmes et enjeux forts, tous liés étroitement les uns avec les autres. Voici trois des thèmes importants qui apparaissent dans la confrontation entre le nouveau monde décrit par l’auteur, et l’ancien, le nôtre.

📌 Eugénisme 

Définition : C’est une une théorie qui cherche à opérer, grâce aux lois de la génétique, une sélection sur les groupes d’humains.

Dès les premières pages, l’auteur explique que les paramètres aléatoires de la naissance des êtres humains sont désormais contrôlés. Les scientifiques ont trouvé comment intervenir sur les gènes pour décider, avant la naissance des hommes et des femmes, s’ils seront avantagés physiquement et intellectuellement… ou pas 😅. 

Le Meilleur des mondes d’Huxley est l’un des livres les plus célèbres à traiter de cette thématique. Elle rejoint l’idée globale développée par Aldous Huxley à travers son histoire : la révolution anthropologique, qui consiste en la transformation radicale du corps et de l’esprit humain.

📌 Technocratisme

Définition technocratie : C’est un système politique et/ou économique dans lequel les experts, les techniciens et les fonctionnaires prennent les décisions politiques à la place des responsables habituels.

Dans ce nouveau système, l’élite est constituée par les personnes les plus intelligentes dans tous les domaines confondus, les Alphas et les Bêtas. Il n’y a plus de place aux autres, plus de place pour les différences. Seuls les hommes et les femmes hautement qualifiés peuvent diriger tout le reste de la société. C’est du sur-mesure. Chacun à sa place prédéterminée et que plus personne ne bouge ! Su-per 👌.

📌 Aliénation de l’être dans Le meilleur des mondes d’Huxley

Définition aliénation : Ça désigne l’état de quelqu’un qui a perdu son libre arbitre. Qui est dépossédé de ce qui fait sa raison d’être et de vivre.

Ici, l’aliénation est complète. Les hommes et les femmes ne sont plus libres de rien. Ils n’ont plus la liberté de ressentir, alors qu’il s’agit de la liberté la plus fondamentale de l’être humain. On leur apprend dès qu’ils sont bébés à ne pas éprouver de sentiments, même face à la mort. L’amour est éradiqué, ou en tout cas ses manifestations. Et dès que quelqu’un présente le moindre risque (quelle erreur !) d’être triste, on le canalise directement avec une drogue puissante et efficace, le soma. Plus besoin de te promener dans une librairie pour faire l’achat de livres de self-development, on gère déjà TOUT pour toi 🙂 ! C’est pas merveilleux ? (non) 

Autres pistes de réflexion possibles :

  • Le productivisme 🥵
  • La place de la religion ✝️
  • L’importance de la culture dans la liberté humaine 📖
  • Le conformisme 🐑

💡Retour au Meilleur des mondes

En 1958, Aldous Huxley écrit un essai intitulé Retour au meilleur des mondes (ou Brave New World Revisited en anglais). On pourrait se dire au titre français qu’il s’agit d’un charmant petit livre qui décrirait cette fois une version utopique du monde du premier roman… Pas du tout.

Aldous Huxley alarme : la société dans laquelle il vit ressemble de plus en plus dangereusement à la société qu’il décrit dans son livre 🥶

Citation expliquée 👀

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles

Candide, Voltaire

À quoi on reconnaît qu’une œuvre est un MONSTRE de la littérature ? Au background de son titre ! Attention, il faut suivre 🤯

  1. Le titre en anglais : Brave New World → s’inspire de la scène 1 de l’acte 5 de La Tempête de Shakespeare, écrite en 1610-1611 (The Tempest en anglais). Le personnage de John reprend souvent cette expression
  1. En français, le traducteur, Jules Castier (qui a aussi traduit Oscar Wilde et Rudyard Kipling notamment) s’est inspiré d’un livre célèbre dans la littérature de France : Candide, de Voltaire. Dans ce conte philosophique, on parle du “meilleur des mondes possibles”

Fun fact : Le Meilleur des mondes d’Huxley était en 5e position dans la liste des cent meilleurs romans de la littérature anglaise du XXe siècle que la maison d’édition américaine Modern Library a établie en 1998.

Fiche de présentation de l’auteur ✍️

NomHuxley
PrénomAldous
Dates de vie1894 - 1963 (69 ans)
Lieu de naissanceRoyaume-Uni
MétierÉcrivain, philosophe
Sujet de prédilectionMutations dangereuses des sociétés occidentales et quête spirituelle (il a écrit 47 livres autour de ces sujets !)
Autres oeuvres famousContrepoint (1928), Le Ciel et l’Enfer (1956), Les Diables de Loudun (1952)
ÉtudesDiplômé de l’Université d’Oxford

Bonne lecture !

Voilà ! On espère que cet article aura éclairé ta lecture de cette formidable oeuvre ou qu’elle t’aura donné envie de lui donner une chance 😉

4.3/5 - (6 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

Ebook

Notre ebook pour réussir le bac

Télécharge notre guide et découvre comment réussir le bac grâce à nos conseils et nos méthodes ! 👩🏻‍🎓