VipĂšre au poing : rĂ©sumĂ© par chapitre 🐍

Clemence Delaitre - Mis Ă  jour le 26/10/2021
vipĂšre au poing

Si je te dis le mot “marĂątre” Ă  quelle Ɠuvre penses-tu ? Peut-ĂȘtre Ă  Cendrillon, certes, dans un premier temps. Mais si je te parle de VipĂšre au Poing, ça te dit quelque chose ?

VipĂšre au Poing d’HervĂ© Bazin, c’est une Ɠuvre de littĂ©rature classique qu’il n’est pas rare d’étudier, notamment au collĂšge.

Pour t’aider Ă  tout comprendre de ce roman, lis cet article oĂč tu trouveras le rĂ©sumĂ© de VipĂšre au poing, mais Ă©galement quelques Ă©lĂ©ments importants Ă  caser dans tes copies ! 😉

HervĂ© Bazin, l’auteur de VipĂšre au poing ✒

Qui Ă©tait HervĂ© Bazin ? đŸ€”

HervĂ© Bazin – ou de son nom de naissance Jean Pierre Marie HervĂ©-Bazin – est un Ă©crivain et romancier français, nĂ© le 17 avril 1911 et mort le 17 fĂ©vrier 1996.

Il est en particulier connu pour ses Ɠuvres Vipùre au Poing, La Mort du petit cheval et Cri de la chouette.

D’oĂč lui est venue l’inspiration pour VipĂšre au Poing ? 💭

Eh bien, les Ɠuvres d’HervĂ© Bazin sont tout simplement en grande partie autobiographiques ! Tu comprendras trĂšs vite pourquoi en lisant la suite de l’article, mais c’est son enfance qui lui a inspirĂ© son fameux livre ainsi que le personnage Folcoche.

HervĂ© Bazin a grandi dans une famille aisĂ©e, Ă  Marans prĂšs d’Angers, dans la propriĂ©tĂ© familiale Le ChĂąteau du Patys avec ses deux frĂšres. Son pĂšre est Jacques HervĂ©-Bazin, un avocat de profession et sa mĂšre est Paule Guilloteaux, la fille du dĂ©putĂ© et sĂ©nateur Jean Guilloteaux. Durant son enfance, il s’oppose souvent Ă  sa mĂšre qui Ă©tait une femme autoritaire et froide.

Du fait de son histoire familiale difficile, il fugue plusieurs fois durant son enfance, puis refuse de passer les examens Ă  la facultĂ© de droit d’Angers Ă  laquelle sa famille l’a forcĂ© Ă  aller. Il finit enfin par rompre le lien avec sa famille pour aller Ă©tudier Ă  la facultĂ© des lettres de la Sorbonne.

VipĂšre au poing : le contexte de l’histoire đŸ”„

IntĂ©ressons-nous maintenant Ă  ce qui t’intĂ©resse probablement le plus : le rĂ©sumĂ© de VipĂšre au poing. 🚹 Spoilers inclus !

Qui nous raconte l’histoire de VipĂšre au poing ? đŸ€“

Le narrateur est Jean Rezeau, aussi surnommé Brasse-Bouillon. Il nous raconte sa propre histoire, 25 ans aprÚs les faits ainsi que celle de son frÚre Ferdinand dit Fredie ou Chiffe (en raison de son caractÚre timide et peureux).

Le cadre spatio-temporel de Vipùre au poing ⏰

L’action se dĂ©roule durant l’étĂ© 1922 dans le chĂąteau familial de la Belle-Angerie, Ă  quelques kilomĂštres d’Angers. Un lieu que l’auteur connaĂźt bien puisqu’il a grandi dans les environs !

Durant cet Ă©tĂ©-lĂ , un Ă©vĂ©nement tragique se produit pour les deux frĂšres Jean et Ferdinand : leur grand-mĂšre qui les Ă©levait jusqu’à prĂ©sent meurt, ce qui oblige leur pĂšre et leur mĂšre Ă  rentrer de Chine (oĂč le pĂšre travaillait dans une universitĂ©) pour pouvoir s’occuper des enfants.

RĂ©sumĂ© des chapitres 1 Ă  7 👌

Le retour des parents : le dĂ©but des pĂ©ripĂ©ties đŸ˜”

Les deux frĂšres ne connaissent finalement que peu leurs parents, ayant Ă©tĂ© Ă©levĂ©s pendant des annĂ©es par leur grand-mĂšre. Ils ne connaissent pas non plus leur petit frĂšre, Marcel, le dernier nĂ© de la famille. Tu peux imaginer la hĂąte qu’ils ont de se retrouver en famille, non ?

Pourtant, quand leurs parents arrivent : c’est la douche froide. Alors qu’ils se jettent sur leur mĂšre pour Ă©changer de chaleureuses embrassades, celle-ci les gifle froidement et leur ordonne de porter leurs bagages. Leur petit frĂšre reste froid Ă©galement quand seul leur pĂšre daigne les embrasser.

Folcoche : portrait d’une marĂątre đŸ˜«

Ferdinand et Jean rĂ©alisent rapidement que leur nouvelle vie ne va pas ĂȘtre aussi belle que ce Ă  quoi ils s’attendaient, en particulier Ă  cause de leur mĂšre qu’ils surnommeront par la suite Folcoche.

À peine arrivĂ©s dans la maison, les parents Ă©dictent quelques nouvelles rĂšgles.

Le pĂšre annonce que la journĂ©e commencera par une messe dans la chapelle privĂ©e Ă  5h30. Les garçons devront ensuite Ă©tudier avec l’abbĂ© qui vit avec eux et la journĂ©e se terminera Ă  21h30.

Folcoche, quant Ă  elle, Ă©dicte d’autres rĂšgles : les enfants n’auront plus le droit Ă  leur cafĂ© au lait du matin, ils auront le crĂąne rasĂ© pour des questions d’hygiĂšne et elle enlĂšvera les poĂȘles, Ă©dredons et coussins dans leurs chambres. De quoi passer les pires nuits d’hiver !

Les mesures draconiennes de Folcoche 😈

La mĂšre va donc commence par raser fils aprĂšs fils leurs cheveux, avec la tondeuse qui servait auparavant Ă  l’ñne Cadichon. Mais les maltraitances ne s’arrĂȘtent pas lĂ  :

  • Elle nourrit mal ses enfants.
  • Elle leur plante sa fourchette dans les mains s’ils adoptent une tenue incorrecte
  • Elle renvoie la gouvernante Ernestine qui a eu le malheur de dĂ©fendre les enfants
  • Elle confisque leurs jouets et les friandises que leur offrent leurs grands-parents
  • Elle les force Ă  se confesser devant elle et le prĂ©cepteur chaque soir
  • Elle les force Ă  porter de lourds sabots inconfortables pour ne pas abimer leurs chaussures
  • Les heures de rĂ©crĂ©ations sont maintenant destinĂ©es Ă  l’entretien du parc

D’oĂč vient le nom de Folcoche dans VipĂšre au poing ? đŸ€”

BlessĂ©s par le comportement de leur mĂšre, Fredie et Jean affublent leur mĂšre du surnom Folcoche qui est composĂ© des mots “folle” et “cochonne”. Ils commenceront Ă  graver un peu partout des “VF” qui signifient “Vengeance Ă  Folcoche”.

RĂ©sumĂ© des chapitres 8 Ă  15 ✹

La partie de chasse avec le pĂšre đŸč

Le pĂšre emmĂšne un jour ses fils Ă  une partie de chasse, ce qui leur permettra d’obtenir un moment de joie, mais surtout de rĂ©pit. Cependant, la mĂšre folle de haine d’avoir vu ses fils heureux dĂ©cide de les priver de ce loisir par la suite.

Le pĂšre prend alors leur dĂ©fense, mais cela ne fait qu’empirer la situation puisque, humiliĂ©e, la marĂątre dĂ©cidera d’isoler les enfants dans une piĂšce et de les battre. Alors que Jean Rezeau tente de se dĂ©fendre, elle se met Ă  le battre jusqu’à l’épuisement.

Au repas, bien que le pÚre remarque les marques sur les corps de ses fils, il décide cette fois de se taire.

La maladie de Folcoche đŸ€§

Fort heureusement pour les enfants, un jour lors d’un repas la femme est prise d’un malaise. Elle est alors hospitalisĂ©e pendant plusieurs mois du fait d’une crise hĂ©patique.

C’est un nouvel Ăąge d’or qui commence pour les enfants qui se rapprochent de leur pĂšre et voient toutes les anciennes interdictions levĂ©es. La haine qu’ils ressentent envers leur mĂšre est si forte qu’ils en viennent Ă  souhaiter sa mort. Celle-ci s’en sortira et reviendra Ă  la Belle-Angerie. Elle dĂ©couvre nĂ©anmoins avec horreur en rentrant que ses enfants ont grandi et que leur pĂšre s’oppose un peu plus Ă  elle.

Le plan machiavĂ©lique de Folcoche đŸ€Ż

Folcoche dĂ©cide alors d’accepter que le pĂšre emmĂšne Fredie et Brasse-Bouillon chez des amis et reste au chĂąteau pendant quelques semaines seule avec Marcel. Celui-ci qui prend le parti de sa mĂšre dĂ©nonce une cachette oĂč ses frĂšres cachaient des vivres pour les moments oĂč elle les en privait.

À leur retour, Ferdinand qui est l’aĂźnĂ©, est fouettĂ© par le nouvel abbĂ© qu’elle a embauchĂ©. Elle espĂšre crĂ©er un conflit entre les deux frĂšres et ainsi les opposer, mais ceux-ci restent solidaires.

Elle commence alors à fomenter des plans tous plus tordus les uns que les autres pour torturer ses garçons.

Résumé des chapitres 16 à la fin

Les tentatives de meurtre đŸ”Ș

ÉpuisĂ©s, les garçons dĂ©cident alors de tuer leur mĂšre pour en ĂȘtre dĂ©barrassĂ©s. Plusieurs tentatives :

  • Ils versent l’intĂ©gralitĂ© d’un mĂ©dicament dans son verre. Cela ne se solde que par une diarrhĂ©e.
  • Ils essaient de la noyer en la faisant sauter dans une barque qu’ils poussent au dernier moment pour qu’elle tombe dans l’eau. À leur plus grande surprise, elle en rĂ©chappe puisqu’elle sait nager.

“La rage au cƓur, je dus assister au sauvetage de Folcoche par elle-mĂȘme. Sauvetage par elle-mĂȘme, je dis bien, car elles Ă©taient deux dans l’OmmĂ©e : la fragile Mme Rezeau, toute couturĂ©e, sans muscles, manquant de souffle, et l’indomptable Folcoche, dĂ©cidĂ©e Ă  vivre et Ă  faire vivre son double, malgrĂ© l’eau sale qui lui trempait les cheveux, lui rentrait dans la gorge, vivement recrachĂ©e, malgrĂ© nos silencieuses priĂšres Ă  Satan. La voilĂ  qui se rapproche de la berge, la voilĂ  qui s’agrippe Ă  une touffe de sauges, l’arrache, retombe, saisit cette fois une racine plus solide et se hisse pĂ©niblement sur la rive oĂč elle s’effondre, Ă©puisĂ©e, mais sauvĂ©e Oh !”

Cette deuxiĂšme tentative de meurtre aura pour consĂ©quence de mettre la mĂšre trĂšs en colĂšre. Elle prĂ©voira de battre Ă  nouveau Jean. Celui-ci s’échappera afin de rejoindre la maison de ses grands-parents maternels Ă  Paris.

Malheureusement, ceux-ci dĂ©noncent Jean Rezeau car ils n’ont pas envie de s’en occuper et Brasse-Bouillon est ramenĂ© Ă  la Belle-Angerie.

L’ultime plan de la marĂątre ⚔

La mùre essaie alors de jouer un dernier coup pour envoyer Jean en maison de correction. Elle cache une grosse somme d’argent et veut le faire accuser de vol.

Avant qu’elle ne donne l’alerte, son fils lui rapporte la somme d’argent et la menace de rĂ©vĂ©ler cette affaire Ă  tous. Il exige de partir de la maison afin de devenir interne au collĂšge.

Résignée, Folcoche accepte. Jean Rezeau a gagné.

À lire aussi

Tu cherches d’autres articles en lien avec la littĂ©rature ? On est sĂ»rs que tu trouveras ton bonheur dans cette liste ✹💖
✅ Notre article pour tout savoir sur « Le Rouge et le noir » de Stendhal đŸ”„
✅DĂ©couvre les classiques de la littĂ©rature anglaise 😉
✅ Tu prĂ©fĂšres te renseigner sur les classiques de la littĂ©rature française ? đŸ’Ș

L’origine du titre VipĂšre au poing

AprĂšs avoir lu tout ceci tu te demandes peut-ĂȘtre d’oĂč vient le nom du livre VipĂšre au poing.

AprĂšs avoir gagnĂ©, le narrateur fait une tirade oĂč il compare sa mĂšre au serpent qu’il a Ă©tranglĂ© dans son poing lorsqu’il Ă©tait enfant. Il dit alors qu’il a Ă©tranglĂ© sa mĂšre dans son poing toute sa vie.

“Cette vipĂšre, ma vipĂšre, dĂ»ment Ă©tranglĂ©e, mais surtout renaissante, je la brandis encore et je la brandirai toujours, quel que soit le nom qu’il te plaise de lui donner : haine, politique du pire, dĂ©sespoir ou goĂ»t du malheur ! Cette vipĂšre, ta vipĂšre, je la brandis, je la secoue, je m’avance dans la vie avec ce trophĂ©e, effarouchant mon public, faisant le vide autour de moi. Merci ma mĂšre ! Je suis celui qui marche, une vipĂšre au poing.”

Conclusion sur VipĂšre au poing

Pour finir, voici quelques problématiques possibles si tu dois commenter un extrait du livre :

  • Comment est montrĂ©e la violence de la marĂątre ?
  • Quelle est la dimension autobiographique du texte ?
  • Comment s’exprime la violence dans le texte ?

Avec ce rĂ©sumĂ© de VipĂšre au poing, tu comprendras probablement mieux l’Ɠuvre !

Comme tu peux le voir, HervĂ© Bazin s’est fortement inspirĂ© de son enfance et de sa mĂšre extrĂȘmement autoritaire pour imaginer son histoire.

4.3/5 - (82 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans Ă  partager ? Nous validons ton commentaire et te rĂ©pondons en quelques heures ! 🎉

Ebook

Notre ebook pour t’aider au lycĂ©e

TĂ©lĂ©charge notre guide pour progresser et rĂ©ussir toutes les Ă©preuves au lycĂ©e ! 📚