Les grands courants de la pensée économique expliqués 💰

Clara Munnier - Mis à jour le 16/05/2022
226041

La connaissance des différents courants est la clé pour comprendre au mieux l’histoire de la pensée économique ! 🔑

Comprendre les enjeux et les idées de chaque courant de pensée va t’aider à construire plus facilement ta réflexion. Tu pourras même t’en servir dans l’intro pour poser le contexte. C’est super pertinent et ton correcteur va vraiment adorer ! Let’s go 🚀

À lire aussi

Si tu as aussi du mal pour les grands courants littéraires, vas voir cet article ! 👆

Le courant libéral & Adam Smith

🤵 Adam Smith :

  • 1723-1790
  • Ouvrage principal : Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776)
  • Contexte d’écriture : révolution industrielle anglaise (1760-1840)
  • Ce qu’il kiffe : le libre-échange, la division du travail, le principe de management et le libéralisme économique

💡 Le savais-tu ?

Tu noteras qu’Adam Smith est le prem’s à fournir un ouvrage avec des méthodes rigoureuses d’économie : on l’appelle même “ le père fondateur de l’économie ”, rien que ça !

La « main invisible » ✋

Que veut dire cette fameuse expression ? 🧐

L’individu est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n’entre nullement dans ses intentions.

Adam Smith

Philosophe et économiste

👉 Selon lui, en fait, le marché fonctionne grâce à ces mains invisibles ! Il se construit avec une multitude d’interactions, sans que l’État ait besoin d’agir. Les travailleurs agissent indépendamment de leur propre volonté : ils satisfont les consommateurs, dynamisent le commerce, accroissent la richesse sans même sans rendre compte ! Le travailleur cherche seulement, dans son propre intérêt, à gagner son pain !

Cela introduit une autre idée importante : celle de l’individualisme. Les agents économiques recherchent leur intérêt perso et le producteur cherche un max de profit. Tout le monde s’y retrouve ! La richesse profite à tous, et pas uniquement à l’État, et ça, c’est sympa ! 💸

La liberté économique et le libre-échange

Évidemment, qui dit libéralisme dit liberté économique et libre-échange, tout est dans le titre ! 😉

L’économie se veut libre de tout contrôle de la part de l’État. Ce dernier n’a comme rôle seulement de garantir ces libertés. Cette idée est l’une des principales du courant libéral !

Laissez faire, laissez passer, le monde va de lui-même.

Vincent de Gournay

Économiste

La défense du libre-échange est portée par les libéraux. Adam défend la théorie de l’avantage absolu. Chaque pays (pour avoir de bons échanges) doit se spécialiser dans un secteur particulier et doit laisser les autres pays faire pareil. Tout le monde est gagnant : le pays exporte sa spécialité et importe celle des autres ! 🚚

Par exemple, la France est spécialisée dans l’automobile (merci Peugeot et Citroën) et la chimie. Oui, oui, baguette ! Elle vend ses avantages aux pays alentours, et importe du fer au Libéria et des produits pharmaceutiques à l’Allemagne.

Bon, cet avantage est absolu dans une certaine mesure puisque des pays peuvent avoir de nombreux avantages, alors que d’autres, pas du tout… 🙄

L’équilibre économique naturel ⚖

Les marchés sont autorégulés. L’équilibre est garanti par l’offre et la demande. La coordination des actions se fait de manière parfaite entre les acteurs économiques. Tant et si bien que cela conduit à la meilleure des situations possibles ! Le monde parfait ! 🌈

Tu l’as bien compris, avec l’autorégulation et la liberté économique, l’État est peinard !

Les sous-courants libéraux

Si Adam fait partie du courant de pensée économique libéral classique, il en existe d’autres. Ben oui, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? On t’explique ! 👇

  1. Il existe donc en premier lieu, le courant libéral classique (1776-1848) :

🧠 Acteurs principaux : Adam Smith, David Ricardo, Jean-Baptiste Say

✊ Les classiques, comme l’est notre très cher Adam, défendent le libre-échange et le libéralisme éco.

📋 Ils s’appuient sur 3 grandes théories :

  • La valeur travail : chaque travail crée de la richesse et donne une valeur à un bien.
  • La classe sociale : la société est divisée en 3 classes : celle du propriétaire terrien qui vit grâce à sa rente (son loyer perçu), celle qui vit grâce à son salaire et celle qui vit grâce à ses profits. Ceux qui ne vivent de rien sont les grands oubliés du système…
  • Le libéralisme économique : système éco où les agents éco ont la liberté de vendre et d’acheter des biens, services et capitaux.
  1. Ensuite, on voit se développer le courant libéral néoclassique (à partir de 1870) :

🧠 Acteurs principaux : Léon Walras, Alfred Marshall, Arthur Cecil Pigou

✊ Les néoclassiques défendent un système où le marché est le mode de régulation le plus optimal avec une approche microéconomique.

📋 Ils s’appuient sur 3 grandes théories :

  • La valeur utilité : la formation des prix est liée à l’utilité que les consommateurs retirent des biens.
  • L’approche microéconomique : observation et analyse des interactions à petite échelle.
  • L’équilibre : un équilibre se fait naturellement en fonction de l’offre et de la demande.
  1. Enfin, le courant néolibéral fait son apparition (à partir de 1900) :

🧠 Acteurs principaux : Friedrich Hayek, Milton Friedman, Gary Becker

✊ Les néolibéraux démontrent l’inefficacité des politiques macroéconomiques.

📋 Ils s’appuient sur 3 grandes théories :

  • La dénonciation du poids de l’État-providence : accroissement des interventions publiques dans l’économie.
  • L’économie de marché : système éco où les décisions sont prises en fonction de l’offre et de la demande.
  • La dérégulation du marché : les marchés se régulent tout seul par les lois du marché et le jeu de la concu.

Le courant marxiste & Karl Marx

Les grands courants de la pensée économique, chapitre 2 : c’est le marxisme ! On t’en dit plus sur ce monsieur à la grosse barbe !

🤵 Karl Marx :

  • 1818-1883
  • Ouvrages principaux : Manifeste du parti communiste (1848) & Le Capital (1867)
  • Contexte d’écriture : période de critiques concernant l’école classique (à partir de 1840)
  • Ce qu’il kiffe : le socialisme, le communisme et la lutte des classes.

💡 Le savais-tu ?

Friedrich Engels est le co-auteur du Manifeste du parti communiste. C’est lui qui s’occupe de la publication posthume des livres 2, 3 et 4 du Capital de Karl Marx.

La lutte des classes ⚡

On ne pouvait pas te parler de Karl sans aborder la lutte des classes ! L’économiste t’explique qu’il distingue 2 classes qui s’opposent :

  • le prolétariat (ou la classe laborieuse) est dominé. C’est la classe ouvrière qui ne possède que sa force de travail (ses dix doigts et son savoir-faire) qu’elle loue aux bourgeois contre des revenus. 👷‍♂️
  • la bourgeoisie (ou aristocratie terrienne) est dominante. C’est la classe bourgeoise qui possède les moyens de production pour produire des richesses. C’est cette minorité qui a le pouvoir de décision. 👨‍💼

👉 Pour changer ce système, Karl Marx ne voit qu’un seul moyen : le conflit. Il enclenche le changement social avec plus d’égalité et moins de domination ! ✊

💡 Le savais-tu ?

Comment fait-il pour définir une classe ?

  • la conscience de classe,
  • les intérêts opposés,
  • la place qu’elle occupe dans le processus de production.

Le capitalisme, c’est l’exploitation de l’Homme par l’Homme, et le marxisme, c’est le contraire.

Henri Jeanson

Écrivain, journaliste et scénariste

👉 Ceux qui occupent une place faible dans le processus de production (du coup les prolétaires si tu as bien suivi) sont stigmatisés par le système capitaliste selon l’économiste.

La plus-value et le surtravail

Les prolétaires, bien que stigmatisés, permettent à une entreprise de faire de la plus-value, c’est-à-dire du profit ! Money, money, money ! Dis-nous merci si tu as la musique d’Abba dans la tête ! 🙃

Mais comment est créé ce profit ?

👉 Le travail est la source exclusive de la création de richesse selon Karl Marx. Le bénéfice produit par les entreprises est donc la cause d’un surtravail.

🔎 Par exemple, si un travailleur produit une montre à 100 €. Comme le travail est la seule source de bénéfice, le travail de l’employé vaut 100 €. Pourtant, son patron ne le paye que 80 € par montre et garde 20 €. Ces 20 € sont le surtravail que critique Karl Marx dans le capitalisme.

La baisse tendancielle du taux de profit 💳

Karl Marx est en opposition avec le système capitaliste. Pour cela, il crée le courant socialiste et ensuite le courant communiste. Pour lui, seul le travail vivant (les humains) crée le profit.

Karl Marx a découvert un travers de ses concurrents capitalistes qui cherchent sans cesse le profit : l’évolution de leur économie a tendance à faire baisser le taux de profit. Assez contradictoire ! 🤔

Les capitalistes décident d’augmenter la productivité des entreprises en remplaçant les travailleurs par des moyens de production (les machines). Oui, les machines sont certes plus rapides que les humains !

Mais comme le bénéfice d’une entreprise, c’est… le surtravail ! Bravo, si tu as la bonne réponse, c’est que tu as suivi ! Les machines sont du travail mort qui ne permettent pas directement d’en tirer un profit. Seuls les Hommes en sont capables. 💪

L’échange des humains contre des machines est donc une très mauvaise idée selon Karl Marx. Cela fait diminuer le taux de profit des entreprises.

Le courant keynésien & John Maynard Keynes

Les grands courants de la pensée économique, chapitre 3 ! Parlons maintenant du keynésianisme, un courant de pensée assez récent.

🤵 John Maynard Keynes :

  • 1883-1946
  • Ouvrage principal : Théorie générale de l’emploi, de l’internet et de la monnaie (1936)
  • Contexte d’écriture : Crise des années 30 (1929-1939) et Seconde Guerre mondiale (1939-1945)
  • Ce qu’il kiffe : la macroéconomie, la consommation et l’interventionnisme (et critiquer les libéraux aussi)

💡 Le savais-tu ?

John Maynard Keynes est le premier économiste à introduire une nouvelle façon de penser l’économie avec la macroéconomie. C’est un raisonnement global qui ne prend pas seulement en compte une entreprise, à l’inverse de la microéconomie d’Adam Smith. Le keynésianisme est souvent qualifié de “révolution des sciences économiques”.

La difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d’échapper aux idées anciennes.

John Maynard Keynes

Économiste

L’analyse macroéconomique en termes de circuits 🔄

John Maynard Keynes refuse de croire en une économie autorégulée comme l’exposent les libéraux. Pour lui, l’économie n’est pas un marché, mais c’est un circuit. Une toute autre vision !

📍 Le point de départ de ce circuit ? La demande ! Les keynésiens pensent que la demande est l’élément central de la croissance économique !

Mais comment ça se passe quand une entreprise débute et ne connait pas sa demande ? Elle fait des anticipations, des estimations.

👉 C’est ce qu’on appelle la demande effective.

La loi de Say, ou loi des débouchés, explique que toute offre crée sa propre demande. Oui, les théories éco ne sont jamais très explicites ! En fait, il veut dire par là qu’il faut partir du principe que s’il y a un bien, il sera forcément vendu ! La consommation pour eux, c’est le Graal ! 🤑

🚨 Mais les entreprises sont souvent pessimistes et imaginent vendre moins que ce qu’elles pourraient produire ! Du coup, elles produisent moins. Cela crée du chômage, car moins de production veut dire moins de salariés. Le revers de la médaille…

L’intervention nécessaire de l’État 🏛️

Le keynésianisme prône l’interventionnisme public dans l’économie. L’État a un rôle central : s’il fait face à une augmentation du chômage ou d’un ralentissement économique, il doit mettre la main à la poche et augmenter ses dépenses. Ce n’est pas à la population de payer plus d’impôts. C’est cool ça, on prend ! 👍

Il y a alors une reprise de la production qui permet :

  • une baisse du taux de chômage,
  • une relance de l’économie.

👉 On appelle cette théorie le multiplicateur keynésien.

L’État est le seul à avoir le superpouvoir de sortir l’économie des périodes où ça va mal. 🦸‍♂️

L’équilibre de sous-emploi 👨‍💼

Le chômage, même involontaire, est une situation normale du circuit à court terme. Pas très rassurant…

Le sous-emploi arrive à cause de la demande effective, comme dit plus haut !

Pour lutter contre cela, notre cher John a une stratégie d’enfer :

  • Il relance la consommation des ménages et l’investissement des entreprises.
  • Les entreprises auront ainsi plus de biens ou de services à produire et embaucheront plus. ➕

Les sous-courants keynésiens

Le keynésianisme a beaucoup évolué ces dernières décennies pour évoluer en sous-courants. On essaye de décrypter ça ! 👇

  1. Le post-keynésianisme (à partir des années 1930) :

🧠 Acteurs principaux : Nicholas Kaldor, Paul Davidson, Sidney Weintraub

✊ Les post-keynésiens défendent la monnaie, l’inflation et le déficit public possible.

📋 Ils s’appuient sur 3 grandes théories :

  • Les politiques structurelles : la liberté des agents économiques est limitée pour ne pas avoir une économie trop instable et qui n’est pas contrôlée.
  • La monnaie est l’actif privilégié : la monnaie est indispensable pour l’économie puisqu’elle permet aux ménages de consommer.
  • L’encadrement nécessaire du capitalisme : le capitalisme est un système économique qui ne fonctionne que sous le contrôle de l’État.
  1. Le néokeynésianisme (à partir des années 1970) :

🧠 Acteurs principaux : Robert Solow, Robert Mundell, Joseph Stiglitz

✊ Les néo-keynésiens défendent la macroéconomie, la croissance et l’économie industrielle.

📋 Ils s’appuient sur 3 grandes théories :

  • L’influence de la théorie des déséquilibres : possibilité d’allier un chômage keynésien avec un chômage classique pour un chômage involontairement prolongé. Il produit une crise avec des prix rigides.
  • L’importance des asymétries d’information sur le marché : situation où tous les participants du marché n’ont pas les mêmes infos. Tu sais, c’est un peu pareil quand tu demandes l’énoncé d’un exercice à ton pote qui n’écoute rien. Cela conduit à des sur-paiements en économie et à une mauvaise note pour toi qui n’as pas le bon énoncé !
  • La rigidité sur le marché des biens et services : remise en cause de la loi de l’offre et de la demande pour expliquer la rigidité des prix.

À lire aussi

D’ailleurs si ça t’intéresse, notre blog recèle d’articles pépites en économie !

Tableau comparatif des 3 courants de pensée

 LibéralismeMarxismeKeynésianisme
Acteur principalAdam SmithKarl MarxJohn Maynard Keynes
DatesXVII - XVIIIᵉ sièclesÀ partir du XIXᵉ siècleÀ partir du XXᵉ siècle
AimeLiberté, responsabilité, propriétéLutte des classes, propriété collective, démocratiqueIntervention de l’État, demande, emploi
EnnemiLégitimité et efficacité de l’action étendue de l’ÉtatPatriarcat, inégalités sociales, capitalismeÉpargne, libéralisme, microéconomie
Micro ou macro ?MicroéconomieMicroéconomieMacroéconomie
Système économiqueÉconomie de marchéÉconomie socialisteÉconomie mixte
Rôle de l’ÉtatLibéralisme : économie de marchéPropriété collectiveIntervention : politique de relance
Régime de propriété des moyens de productionPropriété privéePropriété collectivePropriété mixte essentiellement privée mais aussi publique
Mécanisme de régulation entre l’offre et la demandePrixPrix et volume produitRégulation normale ou par la politique économique
Instance de régulationMarchéÉtatMarché et État
Gestion d’une crise économiqueLe ralentissement ou l’accélérationIl ne peut pas y avoir de crise car l’État définit par avance la productionL’État augmente sa dette publique et accroît la demande aux entreprises

Voilà, on espère avoir éclairé ta lanterne sur les grands courants de la pensée économique et leurs histoires ! Évidemment, il en existe d’autres, mais on t’a parlé des principaux à connaître ! Bon courage pour tes révisions ! ✨

5/5 - (5 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

Ebook

Notre ebook pour réussir le bac

Télécharge notre guide et découvre comment réussir le bac grâce à nos conseils et nos méthodes ! 👩🏻‍🎓