Analyse de l’œuvre Les enfants de l’aube 👩‍❤️‍👨

Caroline Roda - Mis à jour le 10/10/2022
Les enfants de l'aube

Roméo et Juliette, Tristan et Iseult.. Nombreux sont les romans d’amour qui s’approchent près de la mort, mais connais-tu celle de Tristan et Camille ? Non et c’est normal. Leur aventure n’a pas eu le temps d’arriver jusqu’à toi. Aujourd’hui, on t’emmène en 1962 à la découverte de leur histoire. Elle commence à Paris, dans le 15ᵉ arrondissement, entre les mains de leur enfant, Alexis (12 ans). Il lit les récits de son père, dans son carnet, cédé après sa mort. 👐

Fiche d’identité de l’œuvre :

Titre
Les enfants de l’aube
Sous-titreMoia Bieda (Mon malheur)
AuteurPatrick Poivre d’Arvor
Date de publication 1982
Nombre de pages 205
Genre Roman, Romance, Fiction

Personnages principaux :

🧔 Tristan : Protagoniste

🙋 Alexis : Fils de Tristan

💁‍♀️ Camille :  Premier amour de Tristan

Résumé de l’œuvre Les enfants de l’aube de Patrick Poivre d’Arvor

Cette histoire est celle de deux adolescents amoureux transits qui bravent tous les obstacles sur leur route jusqu’à leur dernier souffle. En réalité, c’est surtout celle de Tristan, un homme d’une trentaine d’années ravagé par son passé, et celle d’Alexis, son fils, qui prend conscience du passé de son père à travers son carnet intime.

Tristan se donne la mort sous les yeux de son fils de 12 ans. Il lui laisse comme au revoir un carnet renfermant ses plus sombres pensées et son plus tendre secret. Il revient sur ses années de jeunesse, une maladie de sang, un séjour en sanatorium, une rencontre amoureuse, un destin tragique. La vie torturée d’un adolescent de 15 ans confronté à des problèmes qui le dépassent. Une idylle amoureuse avec Camille, 16 ans, aussi résidente du sanatorium. À l’image de nombreux ouvrages, Les enfants de l’aube offre une douce et tendre confession du cœur. Le plus beau dans leur aventure est la valse légère et abrupte entre l’amour et la mort, pour le plus grand désespoir d’Alexis : leur fils.

Résumé par partie ✒️ 

🍂 Automne – partie 1 

Les souvenirs. On entre directement dans les souvenirs d’enfance de Tristan. À ce moment-là, il vit à Tours avec ses parents, en 1962. Il a 15 ans et est conscient de sa maladie. Une maladie du sang qui progresse et l’empêche de poursuivre sa scolarité. Il vient décrire dans ses lignes le bonheur inconscient de ses jeunes années : des petits déjeuners avec son lait au chocolat, de ses promenades dans le bois adjacent à la maison. Là-bas, il laisse voguer son imagination de garçon. Il rêve d’une femme, pâle et malade, peut-être comme lui. Il pense et prend le temps de ressentir ses émotions, de vivre ses craintes face à la maladie. Il est conscient de la mort et cette idée ne l’effraie pas, la mort le fascine. 

Quelque temps plus tard, ses parents, ayant bruit de ces fantaisies, prennent la décision de le remettre en classe pour ne pas l’encourager et cesser cette fascination morbide. 

Le sanatorium. Après plusieurs semaines, l’état de santé de Tristan s’aggrave. Son père décide de trouver une solution. Il entend parler d’un bon établissement en Suisse : un sanatorium. En janvier 1963, soit quelques jours plus tard, c’est le grand départ. Le garçon raconte le voyage, les heures de voiture durant lesquelles il ne s’est jamais senti aussi proche de son père. 

Le drame. C’est ici que, pour la première fois du récit, Alexis sort de son rôle de lecteur. Le récit de cette scène, entre père et fils, fait remonter à sa mémoire le drame : le suicide de son père. Ce dernier, sous l’emprise de l’alcool et face à de longues réflexions sur son existence, décide de passer à l’acte en se laissant tomber dans la Seine, sous le regard horrifié de son fils de 12 ans qui le suivait. Le jeune homme échappe aux policiers, rentre chez lui et récupère le colis que son père lui a laissé : le carnet. 

☀️ Été – partie 2 

L’arrivée au sanatorium. L’adolescent conte son arrivée au sanatorium et ses premières rencontres. Il dévoile un programme journalier, millimétré à l’heure près. Son moment préféré est à 17 heures, lorsque les résidents ont un temps libre. Garçon solitaire, il passe son temps à la bibliothèque où dévore tous les ouvrages écrits en français.

La bibliothèque. La bibliothèque devient centrale dans son quotidien. C’est ici qu’il découvre les premiers plaisirs de la sexualité. Il y est d’ailleurs pris sur le vif par une résidente qu’il n’avait jamais vue. Cette rencontre impromptue laisse à Tristan un goût amer. Il tombe instantanément dingue de cette jeune fille : Camille, 16 ans. C’est le début de sa conquête amoureuse. Pendant des semaines, il essaie de la séduire. En vain. 

Rechute de la maladie. La santé du garçon se dégrade. Il se renferme, refuse de savoir ce qui l’attend, n’écrit plus à ses parents. Sa seule occupation : entretenir une correspondance imaginaire avec Camille à travers des lettres qu’il ne lui envoie pas à cause du désintérêt de la jeune fille. Malgré tout, elle hante autant ses jours que ses nuits. Il se perd dans ses désirs charnels et vient à imaginer son futur avec elle. Pour se vider l’esprit, il prend l’habitude de sortir la nuit et erre aux alentours de la propriété. 

Rencontre avec la mort. Lors d’une de ses sorties nocturnes, il voit une jeune femme abandonner son bébé mort dans une vielle chapelle. Perturbé par ce qu’il vient de se passer, il rentre au dortoir et s’empresse d’écrire une lettre à Camille dans laquelle il lui confie ce qu’il a vu. 

Les premières fois. Le lendemain matin, il a sa première discussion avec l’adolescente. Elle aussi a vu la scène et prend la défense du jeune homme devant tout le réfectoire, car personne ne le croit. Ils se découvrent alors une fascination commune pour la mort.

Le soir, elle vient le chercher pour continuer à parler. Ils échangent leur premier baiser et ont leur premier rapport sexuel. C’est l’instant précis que choisit Tristan pour expliquer à Alexis que l’amour fait perdre la tête. 

La révélation. L’adolescent commence à s’interroger sur le passé de sa petite amie : où a-t-elle appris les plaisirs charnels ? La réponse n’était pas celle attendue par le garçon qui se sent seul et jaloux. Il plonge alors son mal-être et son désespoir dans la lecture. Son état de santé se dégrade en raison de son moral qui l’empêche de prendre soin de lui. À l’infirmerie, la jeune fille lui rend visite et lui annonce qu’elle est enceinte. Ils finissent par se réconcilier. L’annonce du bébé les rapproche sur le plan émotionnel et physique. Malheureusement, la grossesse de l’adolescente est mise à rude épreuve, car c’est son tour à elle d’avoir une rechute. 

Le monastère. Les semaines passent et ils décident de s’enfuir du sanatorium pour retrouver une liberté incertaine. Leur but : une lumière au travers des arbres – c’est le monastère. Leur aventure est magnifique et sans égal. Malgré leur bonheur, l’état de santé de Camille ne cesse d’empirer. Au bout du quatrième jour, elle peut à peine marcher, mais leur but est atteint, ils arrivent aux portes du monastère et elle est prise en charge par un prêtre. Suite à de longs débats avec le prêtre, il se rend compte que vivre en dehors du regard des adultes est bénéfique. Il peut alors s’inventer par lui-même sans être transformé par l’homme et la société. 

L’état de la jeune fille s’améliore temporairement et les deux amoureux décident de rentrer au sanatorium. 

Le retour au sanatorium. À leur arrivée, Camille est prise en charge par l’infirmière. Lui, est accueilli par la fureur du directeur face à son irresponsabilité. Tristan profite de ce moment pour raconter à Alexis qu’à ce moment précis, il savait qu’il vivait ses derniers moments de bonheur. Auprès des autres pensionnaires, il est applaudi, considéré comme un roi. Les autres le respectent et ne le voient plus comme un adolescent, mais bel et bien comme une personne adulte auquel ils vont se référer.

Décision. L’état de la jeune fille s’aggrave. Elle sait que la mort approche et demande à voir une dernière fois son jeune amoureux avant que son état n’empire davantage. Vient une discussion difficile pour le garçon, les médecins lui demandent s’il souhaite absolument sauver le bébé, auquel cas, elle mourra. 

2 décembre 1963. Alexis naît dans le dernier soupir de sa mère. Tristan est effondré. L’infirmière vient lui donner des lettres écrites par Camille. Il écrit ensuite sa première lettre à l’attention d’Alexis. 

À lire aussi

Toi aussi tu souhaites garder une trace de tes lectures ? On t’explique comment faire une fiche de lecture.

❄️ Hiver – partie 3 

Le départ du sanatorium. Tristan raconte à Alexis ce qu’est devenu son quotidien. Pour lui, il a deux amours : Camille (pendant un an) et Alexis, son fils, durant 12 ans. Cependant, il ne comprend cela que plus tard. Il confie le bébé à ses parents et termine son traitement au sanatorium. Les derniers mois, il vit seul, enfermé dans son malheur. Le jeune homme est guéri et rentre à Tours. À son retour, il se rend compte qu’Alexis est finalement son seul lien avec Camille et apprend à l’aimer. 

Paris. Tristan se voit contraint de partir à Paris pour ses études de droit. A Tours, la cohabitation entre Alexis et ses grands-parents ne se passe pas bien. A ses 18 ans, il décide de prendre son fils et de vivre à Paris avec lui. Il trouve un boulot de nuit pour passer le plus de temps possible avec Alexis. Ces nuits de travail lui rappellent ses souvenirs d’ado et ses escapades romantiques. 

Vivre mal. Le jeune papa passe le cap de vivre comme ceux de son âge. Dévergondé, séduire les jeunes filles est un jeu. Un moyen de se venger de celle qui l’a abandonné. Les mois passent, il devient presque un gigolo. À la maison l’attend pourtant son fils, et au fil du temps, il se dégoûte lui-même de son comportement. Il se remet à écrire, cette fois, il s’écrit une lettre à lui-même, comme si elle venait de Camille.

Une rencontre. Un beau jour, il rencontre une femme. Il passe du temps avec elle, mais dans son cœur, rien ni personne ne peut remplacer Camille. La jeune femme tombe amoureuse de lui et c’est le déclic. Il maudit le fait de vivre depuis bien trop longtemps. Son seul ancrage est Alexis, mais ce n’est pas assez. 

La mort. Ce soir-là, il décide de mourir. Il prend la journée du lendemain pour aller à Londres. C’est la première fois qu’il voit le père de Camille, Alain, mais il ne s’en approchera pas. Au départ du père de la défunte, il s’assied près de la tombe et lui raconte les années écoulées. A son retour à Paris, faire ses adieux à son fils est beaucoup trop difficile pour lui. Il décide donc de lui laisser le carnet comme au revoir.

🌹 Printemps – partie 4 

Alexis termine la lecture du carnet de son père. Il annote à la suite des derniers mots : 
Papa, ton histoire est formidable. Je suis fier de toi. Mais t’aurais jamais dû me laisser seul avec ton secret. T’aurais dû rester avec moi. Qu’est-ce que je vais faire ? Comme toi ? – Extrait du roman Les Enfants de l’aube.

Analyse de l’œuvre Les enfants de l’aube 🧐

Les enfants de l’aube est une romance fascinante de tendresse et de découverte. Les premiers mots de l’ouvrage sont directement ceux écrits par Tristan dans son carnet. Tout au long du récit, il s’agit en réalité de la lecture d’Alexis, les yeux fixés sur le journal de son père. En ce sens, l’écrivain donne l’occasion de se retrouver à la place d’Alexis et de vivre en même temps que lui les révélations sur le passé de son père. L’immersion est totale et laisse aux lecteurs le bonheur de vivre des émotions pendant la lecture. 

👉 La curiosité des lieux, du sanatorium, de la vie d’un enfant malade et de tout ce qu’il peut ressentir. 

👉 Le suspens du déroulement des événements, du voyage, de la santé des protagonistes.

👉 La gêne des premières découvertes et des expériences sexuelles. 

👉 Le bonheur, lors des moments doux et attachants.

👉 La tristesse pour Alexis qui comprend la mort de sa mère après la perte de son père.

L’importance des lettres 💌

Tout au long du roman, le garçon écrit des lettres. Une dizaine pour Camille, une pour son père lorsqu’elle décède et une à Alexis. Dans chacune d’elle, il dévoile ses sentiments. Il confie ses plus grandes peurs, ses tendres aveux et un au revoir à son fils
Il y a cependant une lettre qu’on ne considère pas assez ou que le lecteur ne voit pas forcément. C’est le carnet. Le carnet représente une lettre à part entière. Pour preuve, dans ses lettres, Tristan signe par son nom. A la fin du roman – donc du carnet- il laisse un post scriptum à Alexis puis signe papa. Un acte symbolique qui montre l’attachement que porte le protagoniste à son fils.

Epistolaire ou pas épistolaire ?

Ce choix de récit rappelle vaguement le roman épistolaire. Malheureusement, les lettres ne sont pas assez nombreuses pour le définir ainsi. De plus, les lettres écrites par Tristan sont l’état de son âme, elles sont irrégulières tout le long de l’ouvrage.

L’amour et la mort 🖤

L’amour est l’acteur majeur. Premièrement par la relation des deux adolescents, elle est le fil conducteur du premier chapitre, jusqu’au dernier. Ce lien vaincra le sanatorium, l’avis des adultes, le temps, la maladie et même la mort. 

Dans le récit, on peut observer l’évolution de l’affection que possède Tristan envers sa bien-aimée. 

  • D’abord par le désir, celui de la conquérir et de la posséder : prémices des premières relations.
  • Par la suite, par l’inquiétude de la perdre, d’être le seul à aimer.
  • Le début de la relation amoureuse. Ses sentiments se transforment en profondeur, il veut apprendre à la connaître, à savoir comment elle est et à découvrir leurs points communs. 
  • La sexualité vient créer un lien indestructible. C’est sa première fois et pour lui ça a du sens. L’amour devient alors quelque chose qui se tisse entre eux et qui s’exploite. 
  • Puis vient la grossesse. Il devient protecteur, tendre, doux et attentionné envers elle.
  • Après le décès, son amour est inconditionnel, il aimera Camille jusqu’à son dernier souffle.

Ainsi, le sentiment persiste au cœur de l’ouvrage avec les relations entre père et fils. On l’observe d’abord avec Tristan et son père. Une relation platonique d’un père orgueilleux et insensible face à l’adolescent qui se laisse porter par ses émotions. Cet élan entre père et fils, on le retrouve entre Alexis et son père. Si leur début est chaotique, il se rend compte que son fils est son deuxième amour, le fruit du premier. 

La mort est, elle aussi, présente tout au long du livre. Dès les premières pages, Tristan est conscient de cette mort qui est prête à intervenir à tout moment. Au sanatorium, il se retrouve plusieurs fois confronté à elle. Dans un premier temps à l’infirmerie où il voit le corps d’un résident livide. Puis avec la jeune femme et son bébé à la chapelle. Ces deux expériences le perturbent, même s’il avait conscience de la mort, il ne l’avait jamais encore vue de ses yeux. 

Enfin, il voit la mort de près avec ses rechutes médicales et la perte de Camille. S’ensuit sa propre mort qu’il inflige à Alexis. 
Contrairement à d’autres œuvres où la mort se ressent durement et brutalement, dans Les enfants de l’aube de Patrick Poivre d’Arvor, la mort danse une douce valse avec l’amour. Un effort du romancier qui offre à ses lecteurs le bonheur de suivre cette romance sans être surpris par la fin.

Références 📚

Dans son écrit, le romancier émet plusieurs références à travers les lectures du protagoniste. Au-delà des tragédies les plus connues telles que Roméo et Juliette ou encore Tristan et Iseult, il renvoi à des écrivains dont les thématiques viennent approfondirent des sujets à peine traités dans le roman. Cendras, Heine, Hemingway, Camus, Sartre… Tous ont un point de vue différent sur la nature de l’homme, l’amour et le drame

Hemingway écrit sur ses expériences de vie, sur son contact à la mort par la guerre. 

Camus à son tour parle de l’existence humaine marquée par l’absurde. Pour lui, tout ce que l’homme fait n’a aucun sens et le pousse dans tous les cas vers sa perte. 

De son côté, Sartre pense autrement, si l’homme possède une conscience, alors il vit.  

Tous leurs mouvements littéraires ou leur sujet de prédilection concernent, à un moment ou un autre, Les enfants de l’aube.

Exemples : 

👉 Le regard d’Hemingway se ressent lorsque le protagoniste partage son expérience de vie et de mort à Alexis. 

👉 Concernant le point de vue de Camus, on le retrouve dans le monde adulte de Tristan. Lorsqu’il se perd dans la débauche, aucun de ses actes n’a de sens, ce qui le mène à son suicide. 

À lire aussi

L’ouvrage de Camus L’étranger est aussi au programme !

Adaptation en film  🎬

L’œuvre inspire Marc Angelo, scénariste et réalisateur français. En 2003, il sort un téléfilm adapté du récit, il le nomme L’enfant de l’aube. Tout comme dans le bouquin, il vit une folle et intense histoire avec Camille au sanatorium. Elle meurt quand elle met le bébé au monde. C’est la fin du récit qui est entièrement différente

Contrairement à la fin dramatique de l’ouvrage, dans le téléfilm, Tristan continue ses études et poursuit un cursus de journaliste. Il continue à prendre soin de son fils. Après ses études, il écrit un livre, aux tendances autobiographiques, et tombe amoureux de sa professeure de littérature. 

C’est ainsi que prend fin cette fiche de lecture intense en émotions sur Les enfants de l’aube de Patrick Poivre d’Arvor. Si tu as aimé, tu peux lire le carnet dans lequel se cachent encore beaucoup de détails croustillants. N’hésite pas à regarder nos autres fiches de lecture, tu pourrais tomber sur l’une d’elles lors d’une épreuve ! 🥰

Tu as aimé cet article ?

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

Découvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, réussir le bac, trouver son stage, gagner en productivité… À chaque problème son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-même ! 💪