Comment réussir son entretien de motivation ? 💪

Mathilde Ségui - Mis à jour le 19/05/2022

Comment bien réussir son entretien de motivation ? Si tu as cliqué sur cet article, tu cherches sûrement à savoir comment réussir un entretien de motivation pour une école ou une entreprise, et tu dois te demander ce qui va t’arriver. Rassure-toi, les Sherpas sont là pour t’aider. On va t’expliquer comment gérer l’imprévu en entretien, c’est-à-dire comment anticiper quand c’est possible, mais aussi comment réagir si jamais (pas de bol) t’es pris au dépourvu. 

Bien réussir son entretien de motivation : les imprévus à anticiper

Ce que tu ne dois pas perdre de vue 🧭

Pour bien réussir son entretien de motivation, il faut imaginer une boussole qui va te permettre de toujours rester dans le sujet de ton entretien et d’éviter l’imprévu. Cette boussole, c’est le triptyque : 

📌 Toi : la personne que tu es au moment de l’entretien

📌 L’établissement, la formation ou l’entreprise : les objectifs et le but de l’organisation dans laquelle tu candidates

📌 Ton projet : à quoi tu aspires ? Qu’est-ce que tu veux faire par la suite ? Qu’est ce que tu as envie de faire professionnellement de ta vie ? 

On perd pas le Nord !

L’organisation dans laquelle tu candidates

👉 La première étape, c’est de te renseigner sur les spécificités de l’école, de la formation ou de l’entreprise à laquelle tu candidates. Ce qui va t’aider :

  • Le site Internet
  • Des brochures
  • Des gens autour de toi qui y sont ou y ont été

🎯 L’objectif : avoir compris ce que recherche l’établissement, et évidemment aussi savoir si ça te correspond, à la fois en termes d’aspirations et de personnalité.

👉 Cet objectif correspond parfaitement au triptyque qu’on vient de t’expliquer !

Les règles de l’entretien 📝  

👉 L’étape suivante, c’est de découvrir les règles spécifiques à l’entretien que tu vas passer. Il y a peut-être un questionnaire à remplir, des tests techniques ou un exercice spécifique. 

👉 Dans tous les cas, il faut prendre connaissance de l’épreuve, s’entraîner dessus et soit l’envoyer avant la candidature, soit être prêt parce que tu t’es entraîné chez toi à le faire en live pendant l’entretien.

💡 Le mieux, évidemment, c’est que que tu sois au courant des critères-clés à connaître. Chaque organisation cherche un « truc » spécifique chez ses candidats.

Par exemple, dans le cas d’une école de commerce, certaines écoles vont être attentives à ton ouverture à l’international. 

Authentique… mais préparé ! 😎  

Les jurys ou les recruteurs ont plus d’un tour dans leur sac en entretien, que ce soit à des oraux ou des entretiens d’embauche, pour introduire une dose d’imprévu qui leur permet de vraiment rencontrer le candidat. Parce qu’au fond, c’est ça qu’ils cherchent : te rencontrer vraiment toi, et pas un candidat-robot qui récite sa préparation. 

⚠️ Attention, une rencontre authentique, ça ne veut pas dire que tu dois débarquer les mains dans les poches en claquettes, en mode « venez comme vous êtes » : on n’est pas chez McDo 🍟

💡 Exemple

À l’emlyon, les oraux ont un format spécifique. Le jury tire quatre cartes de questions au début de ses entretiens et te propose de choisir la première question à laquelle tu souhaites répondre. Ensuite, le jury choisit l’ordre des trois autres questions.

 

Ces questions sont là pour servir d’ouverture et éviter au jury que tous les entretiens se ressemblent. Alors il faut y être préparé !

👉 Le but du jeu, pour bien réussir son entretien de motivation, c’est d‘être tellement bien préparé qu’on doit avoir l’impression que tout est fluide et naturel, parce que tu as tout super bien anticipé. Tu sais donc exactement quoi dire sans être un robot, et ça, ça fait toute la diff’.

À lire aussi

Ton projet professionnel 🚀 

Il est d’autant plus important de préparer tes entretiens que t’as un temps ultra limité pour convaincre les personnes que tu rencontres, en moyenne 30 minutes. Ta présentation globale doit donc être cohérente. Il faut que tu prépares des messages-clés, d’autant plus si l’entretien est conçu pour introduire de l’imprévu. Mais comment faire ? 🤔 

👉 Il faut tout simplement préparer les principaux arguments que tu vas développer, à commencer par un projet professionnel. C’est la clé de voûte de tout ce que tu vas présenter. 

💡 Si tu candidates pour une école, c’est normal de ne pas encore savoir exactement ce que tu veux faire. Tu vas continuer à apprendre pendant ta future formation, mais il faut tout de même que tu sois au minimum renseigné sur les débouchés et le programme. 

Bien réussir son entretien de motivation : la technique des blocs

Une technique super efficace pour te préparer et réussir un entretien de motivation pour une école ou d’embauche, c’est la méthode des blocs. On te recommande de préparer entre 6 à 10 blocs en fonction de la longueur de tes entretiens. 

👉 Mais au fait, c’est quoi un bloc ? C’est une expérience qui sert à illustrer des compétences, ou des qualités utiles pour répondre au triptyque qu’on t’a présenté au début. Chaque bloc est préparé, de sorte que tu puisses tenir quelques minutes à l’oral dessus (sans non plus en faire des tartines et rentrer dans des détails inutiles !). 

👉 Tes blocs doivent former un système argumentatif qui va te permettre de rebondir d’un bloc à l’autre et donc de guider subtilement l’entretien. Attention, ils doivent contenir des expériences que tu as vécu et sur lesquelles tu as du recul, parce qu’on veut comprendre ton parcours et ce que tu en retiens. 

💡 Exit les erreurs du style « Je suis parti en vacances avec mes parents en Amérique, c’était génial ». L’idée, c’est de montrer que t’es un adulte, que tes expériences t’ont appris des choses et que tu sais faire preuve de jugement et d’autonomie grâce à elles.

La méthode pour construire tes blocs 📏

👉 Commence par représenter les blocs principaux, qui reprennent toujours le fameux triptyque : ton objectif professionnel, toi, et l’école visée. 

👉 Crée des doubles flèches qui naviguent entre chaque bloc dans les deux sens. 

👉 Une fois que tu as ce premier niveau de structure, tu peux passer aux blocs secondaires sous chaque bloc principal.

📌 Pour le bloc principal « projet pro », tu vas créer des blocs secondaires qui représenteront par exemple tes stages (stage 1, stage 2…) tes jobs étudiants et toutes tes autres expériences pro. Tu pourras sûrement relier par une flèche un stage à ton objectif pro, oui relier plusieurs expériences entre elles parce qu’il y a sûrement une cohérence entre tes expériences. 

📌 Pour le bloc principal « toi », si tu as eu la chance d’aller à l’étranger, tu peux créer le sous-bloc « voyage » et le relier au bloc principal pour montrer en quoi ça t’a rendu ouvert à l’international et curieux. Même chose pour tes passions (passion 1, passion 2…) et tes qualités, que tu peux relier à toi et/ou relier entre elles, voire même à ton projet pro.

📌 Pour le bloc principal « l’école », crée des sous-blocs qui représentent les éléments de la formation. L’idéal, c’est que ces blocs soient à leur tour reliés avec tes expériences pro et avec ce que tu es (passions, qualités…). Comme ça, la boucle est bouclée !

La meilleure technique face à l’imprévu 💖 

💡 Tout ça reste théorique pour correspondre à un maximum de cas, mais bien sûr, c’est à toi de personnaliser ton système de blocs. L’objectif, c’est de construire un système d’argumentation dans lequel tu peux naviguer tranquillou d’un bloc à l’autre.

Toi qui navigues dans l’entretien (oui, on se sent d’humeur Pirates des Caraïbes, aujourd’hui 🏴‍☠️)

👉 Là-dedans, tu trouveras des perches à tendre au jury pour qu’il aille exactement à l’endroit de ton système que tu veux. Par exemple, si on te demande de parler de ton premier stage, hop ! Avec le système de flèches, tu visualises exactement comment rebondir vers d’autres blocs, comme ton deuxième stage, ton voyage à l’étranger, etc.

👉 Tu verras que tu commenceras à pouvoir parler de toi sans que ce soit bizarre ou trop automatique, et en faisant en sorte que ça reste un échange avec le jury. 

👉 En plus, chaque bloc, représente une expérience perso, donc t’as à l’intérieur deux ou trois exemples, faits ou anecdotes que tu peux caser et qui, à chaque fois, ont été préparées pour pouvoir illustrer tes arguments

💡 Hack outil

Pour représenter ton système de blocs, tu peux faire un schéma old school avec du bon vieux papier et un crayon, ou utiliser des outils plus modernes. On te conseille le super site Whimsical, qui permet de construire des mindmaps. Tu as la possibilité de créer une page entière à l’intérieur de chaque bloc pour mettre tous les détails qui te permettront d’avoir des trucs à dire.

 

L’avantage de le faire au propre, c’est que ce sera fait une bonne fois pour toutes et que tu pourras réutiliser ce schéma pour absolument tous tes entretiens d’embauche ou académiques. Hyper utile, non ?

L’introduction

👉 Pour que tout ce système soit cohérent et que tu puisses le dérouler, il te reste une étape hyper importante à préparer : l’introduction. C’est la clé pour pouvoir commencer sereinement en tendant des perches au jury. L’objectif ultime, c’est que ce soit toi qui mènes l’entretien, pas l’inverse !

👉 L’introduction consiste à te présenter en une minute, sans répéter bêtement le contenu de ton CV. Essaie plutôt d’expliquer pourquoi t’es là tout en tendant tes premières perches pour faire rentrer le jury dans ton système de blocs. 

Avec tout ça, tu es désormais en parfaite capacité de construire un système qui te permet d’éviter totalement l’imprévu. Mais que faire si, malgré tout,  tu tombes sur un os ? En fait, il y a deux os possibles : les questions pièges et l’entretien qui tourne mal.

Bien réussir son entretien de motivation en cas d’imprévu non anticipé

Les questions pièges 😈

Lors d’un entretien d’embauche ou pour une école, tu risques très probablement de devoir répondre à deux ou trois questions pièges

👉 Il peut s’agir de questions sur la formation et l’école.

Exemple : « Quel est le nom des deux fleuves qui coulent à Lyon ? » lors d’un entretien pour l’emlyon. (Parce que oui, pour ceux qui ne le savent pas, il y a bien deux fleuves qui coulent à Lyon, et c’est le Rhône et la Saône). Si tu sèches sur ce genre de question, c’est dommage, parce que ça montre aux jurés qu’au fond, tu n’as pas très envie de venir étudier à Lyon.

💡 Astuce de pirate

Renseigne-toi aussi sur la ville de tes études. Un petit tour sur Wikipédia avant tes oraux pour voir vite fait quels sont les principaux monuments et les trucs qu’il y a à faire, les grands classiques de la ville, etc., et c’est gagné !

Quand tu passes les oraux, les établissements proposent souvent de te faire une visite de la ville. Accepte l’occasion, c’est trop cool ! Tu en profites pour faire du tourisme, et en plus, ça te permettra d’avoir des sujets de discussion avec les membres du jury (qui souvent sont fans de leur ville, il faut bien le dire).

👉 Si jamais le jury te pose une question piège, le premier truc à faire, c’est de comprendre pourquoi on te la pose. Prends le temps de réfléchir quelques secondes, sans te précipiter. Tu peux reformuler la question pour gagner un peu de temps et t’assurer que tu as bien compris.

👉 Dès que tu réponds, essaie de relever l’implicite dans la question pour rebondir dessus. A priori, si on te pose une question piège, c’est souvent parce que t’as sorti une (petite ou grosse) dinguerie, ou alors le jury essaie de te tester. La question piège est souvent là pour s’assurer que tu es conscient de ce que t’es en train de faire. 

Exemple de réponse adaptée : « Oui, excusez-moi, je comprends, enfin, je me suis mal exprimé sur ma précédente réponse. Permettez-moi de reformuler mes propos ». Si tu fais ça, tu montres que tu es intelligent et que tu as compris ce qu’on te reprochait. 

💡 Ne panique pas si tu tombes sur une question piège, ça ne joue absolument pas dans ta performance globale. Le jury sait que ça arrive de se tromper !

Fake it till you make it

👉 Entraîne-toi sur les questions pièges classiques : citer tes qualités, tes défauts, etc. Il y a aussi des questions un peu WTF du style « Combien de balles de ping pong peut on mettre dans un A380 ? » ou « Vendez-moi ce stylo ».

À lire aussi

Ça tourne mal 😱  

Le deuxième imprévu que tu ne peux pas anticiper, c’est le cas où l’entretien de motivation ou d’embauche ne se passe pas comme tu veux. Tu n’es pas en contrôle, et cette situation risque de te stresser.

👉 La solution : essaie de revenir à tes blocs. Les examinateurs te poseront forcément au moins une question que tu auras pu anticiper. À partir de celles-ci, tends-leur des perches pour qu’ils s’en saisissent, ce qui te permettra de revenir dans ton système d’argumentation et de blocs. 

👉 Oui, on sait, ça ne marche pas toujours. Mais ça montre justement l’importance de préparer tes entretiens avec une bonne intro, bien fluide, et avec un système bien conçu, naturel et sur lequel tu es à l’aise. 

Et voilà, on espère que cet article aura aidé à te montrer comment bien réussir son entretien de motivation. Si t’as des questions, n’hésite pas à nous les poser en commentaire, on est évidemment toujours ravis d’y répondre. On te dit un gros « MERDE » pour tes entretiens. Peace ! 💖

4.7/5 - (4 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

Découvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, réussir le bac, trouver son stage, gagner en productivité… À chaque problème son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-même ! 💪