Quels sont les processus sociaux qui contribuent à la déviance ?

Rédac des Sherpas - Mis à jour le 07/11/2021
Les processus sociaux qui contribuent à la déviance

En classe de Première, la déviance sociale est une notion phare du programme de la spécialité en sciences économiques et sociales. Dans cet article, on va t’aider à comprendre quels sont les processus sociaux qui contribuent à la déviance, tout en l’illustrant avec des exemples et des auteurs incontournables de la sociologie de la déviance. Let’s go ! ☺️

Comprendre le processus de déviance sociale à travers le contrôle social

La déviance découle directement de la notion de contrôle social. But what is this process ? C’est super simple. En fait, c’est l’ensemble des activités qui permettent d’assurer le maintien des règles, des normes et des mœurs en vigueur au sein de notre société. Par conséquent, le but est donc de lutter contre les comportements déviants.

👉 Un contrôle social efficace est celui qui conduit à une forte conformité des individus au sein d’un groupe.

Les différents types de normes de la société

On peut l’analyser à travers deux types de normes (les normes sociales et les normes juridiques) :

Les normes sociales

Tout d’abord, le contrôle social est conforme aux normes sociales.

🔖 Une norme sociale est une règle sociale qui peut être formelle (écrite) ou informelle (qui est tacite, qui s’inscrit dans les mœurs). C’est une règle de conduite que les individus doivent respecter lorsqu’ils vivent en société.

👉 Prenons un exemple super simple pour que tu puisses cerner davantage le concept : la politesse. Dire “bonjour”, “bonsoir”, « s’il vous plaît », “merci” ou encore “de rien” sont des règles sociales. Une personne n’appliquant pas ces normes de politesse peut être considérée comme déviante à l’égard de la norme sociale.

Normes juridiques

Cependant, il n’y a pas que les normes sociales qui régissent le contrôle social. Il y a également les normes juridiques.

🔖 Une norme juridique est une règle qui est inscrite dans le cadre même de la loi. C’est quelque chose qui peut être puni par loi, la justice.

👉 Par exemple, l’interdiction du vol par la loi est une norme juridique.

Les différentes formes de contrôle social

Maintenant, tu sais ce qu’est le contrôle social. Mais sais-tu quelles formes peut-il prendre ? On en distingue deux types : celui qui est formel et celui qui est informel. On t’explique tout ça 😉

Le contrôle social formel

Il est régi par des institutions telles que l’école, la justice, la police ou encore la religion. C’est celui qui veille au maintien des normes juridiques, explicites. Ce type de contrôle s’exprime par des sanctions ou des récompenses qui sont institutionnalisées. Il se distingue de l’informel car les sanctions sont prononcées explicitement.

👉 Par exemple, être verbalisé parce que tu as fraudé dans le métro est une sanction du contrôle social formel. C’est quelque chose qui inscrit dans la loi et puni par celle-ci.

Le contrôle social informel

Quant à lui, le contrôle social informel est la pression sociale qui est exercée par nos pairs, nos semblables. Lors de notre socialisation (processus par lequel on intègre les normes et valeurs de la société), nous sommes capables de déterminer les comportements qui sont attendus et ceux qui sont inappropriés au sein de notre société.

Ce contrôle peut être interne (on s’auto-contraint) ou externe (exercé par autrui). Nous le retrouvons dans notre quotidien.

👉 Exemple de contrôle social informel externe : Dans Cultures lycéennes : la tyrannie de la majorité, publié en 2005 par Dominique Pasquier, l’auteure explique que la pression collective joue sur les goûts des lycéens. Il y a donc pression à la conformité pour éviter d’être mis à l’écart. Par exemple, lorsque j’étais au collège, il y a une période où tout le monde portait des Vans, puis des AirForce 1 et enfin des Superstar. Porter ces chaussures nous permettait de “rentrer dans le moule” et d’être conformes.

les processus sociaux qui contribuent à la déviance

En gros, la conformité c’est ça. 

👉 Exemple de contrôle social informel interne : le cas Agnès par Garfinkel. Agnès était un jeune homme transsexuel. Pour pouvoir se fondre dans la masse, ce dernier tente d’utiliser son savoir pour se comporter comme une femme “normale”. Agnès développe donc des méthodes, des stratégies afin d’être dans la conformité.

(Cet exemple est un incontournable de la sociologie du XXe siècle, que tu peux utiliser pour illustrer plusieurs notions de cette discipline. Tu peux être sûr de te démarquer des autres si tu le maîtrises 😉)

Comment se construit la déviance et comment s’analyse-t-elle ?

🔖 On parle de déviance lorsqu’il y a non-respect des normes sociales et juridiques. En fait, c’est l’ensemble des comportements qui sortent des normes.

Bon ok, tu sais définir la déviance, mais quels sont les processus sociaux qui contribuent à la déviance ? On va t’expliquer tout ça à l’aide de concepts sociologiques classiques. 😉

L’origine de la déviance

Elle est propre aux normes en vigueur au sein d’une société, d’une culture. D’une culture à une autre, une action ne sera pas comme déviante. Par exemple, la polygamie en Algérie est qualifiée comme une action déviante, ce qui n’est pas le cas en France.

Une action est qualifiée de déviante par rapport à sa culture dominante, c’est-à-dire l’ensemble des normes, valeurs et rites partagés au sein d’une même société.

En socio, il existe trois grandes théories de la transgression : l’approche déterministe, l’approche individualiste et l’approche inégalitariste.

L’approche déterministe

Les sociologues partisans de cette approche évoquent l’idée d’une désorganisation sociale, d’une perte de repère au sein de la société où ses fondements sont remis en cause. C’est ce que notre cher ami Durkheim appelle l’anomie. L’anomie désigne une situation où les normes de la société ne sont plus suffisamment fortes pour maintenir le contrôle social et guider le comportement des individus.

À lire aussi

✅ D’ailleurs, si tu veux comprendre davantage la pensée de Durkheim, je t’invite à aller lire cet article sur le fait social😉

L’anomie favorise les sous-cultures, c’est-à-dire la création d’un groupe à l’intérieur d’une culture dominante avec des normes et des moeurs différentes de celles de la culture dominante.

L’approche individuelle stratégique

Pour comprendre cette approche, tu auras besoin de connaître ton cours d’éco sur la rationalité des agents économiques. Don’t worry, c’est super simple.

Tu sais sans doute que l’homo œconomicus désigne en microéconomie l’agent rationnel qui est capable de faire un calcul coût-avantage pour prendre ses décisions. Eh bien, dans cette approche, c’est la même idée. En fait, une action déviante serait issue d’un calcul d’estimation des sanctions.

👉 Je m’explique : si j’estime que j’ai plus à gagner en volant quelque chose car selon l’évaluation de mon environnement j’en déduis que les risques de me faire prendre sont minimes, alors mon action est issue d’un calcul rationnel.

L’approche inégalitariste

Dans cette approche, on reprend la célèbre thèse de la frustration relative développée par Ted Gurr pour expliquer ce phénomène. Mais, c’est quoi la frustration relative ?

Gurr explique qu’il y aurait un décalage entre les objectifs que les individus espèrent atteindre au sein de la société et les moyens dont ils disposent réellement pour les atteindre. Ce décalage inciterait à des comportements déviants.

Les processus sociaux qui contribuent à la déviance sociale

La déviance est perçue en socio comme un processus. Elle comprend différentes étapes qui permettent de qualifier un acte et une personne de déviant.

Elle repose sur la corrélation de 3 éléments :

  • existence d’une norme partagée
  • transgression de celle-ci
  • désignation et reconnaissance par le groupe et/ou par l’individu concerné

Lorsque ces éléments sont corrélés, on peut alors parler de déviance. Cependant, il faut distinguer un acte déviant des carrières déviantes.

L’étiquetage

Dans Outsider, Becker prend l’exemple des consommateurs de marijuana et des joueurs de jazz qui sont désignés comme déviants. En dehors du passage à l’acte, ce qui intéresse ce sociologue, c’est la désignation par le public, c’est-à-dire l’étiquetage. C’est lui qui désigne une action comme étant déviante. Deux choix s’imposent à l’individu suite à cette désignation : endosser ou non ce statut de déviant et entamer ou non une carrière de déviant.

👉 Voici un exemple un peu plus concret pour que tu puisses comprendre le concept : un enfant qui est en échec scolaire est considéré comme déviant. Seulement, il peut choisir de poursuivre une carrière de déviant, c’est-à-dire d’accepter son statut de “mauvais élève” et de continuer dans cette voie. En ce sens, cela peut constituer un motif d’exclusion.

Cependant, l’étiquetage n’est pas le seul motif d’exclusion. On va regarder ça ensemble de plus près ☺️

La stigmatisation

Dans Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Goffman explique qu’un individu peut être exclu d’un groupe et jugé comme déviant car il possède des caractéristiques particulières qui ne répondent pas aux normes sociales d’un groupe. Il distingue 3 stigmates :

  1. Stigmate corporel : le visage, la taille…
  2. Stigmate tribal : nationalité, couleur de peau, origine
  3. Stigmate dû à l’expérience : la prison, l’homosexualité…

Ces personnes, étant considérées comme déviantes au regard des normes, peuvent se regrouper afin d’affirmer leur identité, comme c’est le cas pour les LGBTQI+.

La délinquance, un autre type de déviance ?🤔

La délinquance est un type de déviance. Elle est reliée au non-respect des normes juridiques.
Elle est difficile à mesurer et on va t’expliquer pourquoi.

Différencier délinquance et déviance

En effet, il existe une hiérarchie des délinquances :

  • Les contraventions (procès-verbal pour non-respect de la limitation de vitesse par exemple)
  • Les délits, punis par le tribunal correctionnel (vol par exemple)
  • Les crimes, punis par le cours d’assise (homicide, viol)

Bien qu’il existe des degrés différents de la délinquance, toutes ces actions sont punies par la loi ⚖️

La délinquance, un processus difficile à mesurer

Ce qui caractérise aussi la délinquance, c’est sa difficulté à la mesurer. Depuis les années 1950, on a développé les premières statistiques policières qui se basent sur les plaintes et les interpellations enregistrées dans les bureaux de police.

Néanmoins, elles présentent un problème : elles ne représentent pas la délinquance réelle. On parle donc du chiffre noir de la délinquance, c’est-à-dire l’écart entre la délinquance réelle et celle statistique.

👉 Par exemple, selon les chiffres du gouvernement, le nombre de femmes entre 18 et 75 ans ayant subies une agression sexuelle est estimé à 94 000 femmes par an. Or, parmi ces victimes, seules 12% portent plainte.

On utilise également les enquêtes de victimation. Le principe est simple : sur un certain échantillon, on demande à des personnes si elles ont été victimes de délinquance ou non.

👉 Cette technique présente également une faille : elle se fonde sur l’honnêteté des personnes interrogées. Pour reprendre notre exemple, les agressions sexuelles sont sous-représentées dans les statistiques.

Suite à une agression sexuelle, un sentiment de honte et de culpabilité peut s’emparer de la victime. C’est ce qui explique le faible dépôt de plainte et une sous-représentation dans les statistiques de ces violences. C’est quelque chose qui reste encore assez tabou et dont les victimes ont du mal à parler.

Conclusion sur les processus sociaux qui contribuent à la déviance 💫

La déviance est un processus social qui découle directement du contrôle social. En effet, la déviance apparaît lorsque ce dernier n’est plus assez efficace. Elle peut s’expliquer par l’anomie, un calcul rationnel ou encore la frustration relative.

Par le biais de l’étiquetage et de la stigmatisation dont fait l’office l’individu déviant, ce dernier peut choisir d’entamer une carrière de déviant ou non. Enfin, comme tu viens de le voir avec le chiffre noir de la délinquance, tu sais que la déviance est très difficile à mesurer. Maintenant, tu sais quels sont les processus sociaux qui contribuent à la déviance pour pouvoir tout déchirer lors de tes DS ☺️

4.8/5 - (6 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

Ebook

Notre ebook pour t’aider au lycée

Télécharge notre guide pour progresser et réussir toutes les épreuves au lycée ! 📚