Tout comprendre sur le fait social de Durkheim đŸ”„

RĂ©dac des Sherpas - Mis Ă  jour le 30/09/2021
fait social durkheim

Le fait social, Durkheim, le holisme
 ces termes te disent peut-ĂȘtre quelque chose. Dans ce cas, on te fĂ©licite 😉 il t’est dĂ©jĂ  arrivĂ© d’ĂȘtre attentif en cours de SES !

En tout cas, si tu passes bientĂŽt ton bac ou que tu es dĂ©jĂ  en Ă©tudes supĂ©rieures, le fait social fait partie des notions essentielles que tu dois connaĂźtre en sociologie. đŸ”„

Pourtant, c’est un terme flou et mal dĂ©fini pour beaucoup d’étudiants. Alors, dans cet article, je vais essayer de t’expliquer aussi clairement que possible ce qu’on entend par un fait social !

Mais avant toute chose, intĂ©ressons-nous Ă  l’homme qui se cache derriĂšre cette notion !

L’homme derriĂšre le fait social : Émile Durkheim đŸ‘€

ConsidĂ©rĂ© comme un des pĂšres fondateurs de la sociologie moderne en France, Émile Durkheim est un sociologue français de la fin du XIXĂšme siĂšcle. Il est connu Ă  travers le monde pour plusieurs de ses Ă©crits notamment sur la religion (Les formes Ă©lĂ©mentaires de la vie religieuse) ou encore Le Suicide. Il a participĂ© activement Ă  la valorisation du caractĂšre scientifique des sciences sociales et Ă  la crĂ©ation d’une mĂ©thode rigoureuse pour pratiquer ces disciplines.

💡 C’est en 1895 qu’apparaĂźt la notion de fait social. Durkheim l’aborde dans un de ces ouvrages les plus connus aujourd’hui, Les RĂšgles de la MĂ©thode sociologique.

Photo de Durkheim

Durkheim et la sociologie holiste

On peut dire de Durkheim qu’il appartient Ă  un courant holiste de la sociologie. En quelques mots, il considĂšre que la structure prime sur l’individu. Pour lui, la sociĂ©tĂ© ne correspond pas Ă  la somme des actions individuelles, mais a une identitĂ© propre.

En gros, lorsqu’il Ă©tudie un phĂ©nomĂšne, Émile Durkheim ne s’intĂ©resse pas aux choix individuels et aux relations entre les individus Ă  l’inverse de Max Weber. Il va plutĂŽt se pencher sur l’influence des sociĂ©tĂ©s, de l’État et des institutions sur les individus. Ainsi, il accorde une place importante au processus de socialisation.

DĂ©finition clĂ© đŸ—ïž

La socialisation, c’est le processus sociologique par lequel un individu apprend Ă  faire partie de la sociĂ©tĂ© et devient un ĂȘtre social. Pour cela, il intĂ©riorise un ensemble de valeurs, de normes tout au long de sa vie. Cet apprentissage se fait bien entendu en fonction de l’époque et de l’endroit oĂč l’on vit. C’est le cas d’un bĂ©bĂ© qui apprend Ă  parler la langue de ses parents par exemple.đŸ‘¶

Agathe

ENS Lyon

19€/h

Martin

HEC Paris

23€/h

Emma

Dauphine

15€/h

Antoine

Sciences Po Paris

18€/h/h

Victor

ESCP

25€/h

Sophie

Sciences Po Bordeaux

12€/h

Olivier

La Sorbonne

13€/h

Alma

ENS Paris-Saclay

24€/h

Besoin d’un prof particulier d’Ă©conomie ? ✹

Nos Sherpas sont lĂ  pour t’aider Ă  progresser et prendre confiance en toi.

PRENDRE UN COURS GRATUIT

Qu’est-ce qu’un fait social ? đŸ€”

À partir de maintenant ça va devenir plus compliquĂ©, car on va parler d’une notion trĂšs abstraite. Mais pas de panique, un exemple t’attend au bout de cette partie. 😊

On peut dĂ©finir le fait social comme un phĂ©nomĂšne rĂ©gulier qui intervient dans une sociĂ©tĂ©. C’est un comportement, une maniĂšre d’ĂȘtre ou une action adoptĂ©e collectivement dans une sociĂ©tĂ©, que les individus en aient conscience ou non.

💬 Un fait social consiste « en des maniĂšres d’agir, de penser et de sentir, extĂ©rieures Ă  l’individu, et qui sont douĂ©es d’un pouvoir de coercition en vertu duquel ils s’imposent Ă  lui », Émile Durkheim

Les caractĂ©ristiques du fait social ✅

MĂȘme s’il peut prendre diverses formes, le fait social est caractĂ©risĂ© par diffĂ©rents critĂšres :

👉 Le fait social est collectif et gĂ©nĂ©ral.

đŸ‘« Le phĂ©nomĂšne Ă©tudiĂ© ne doit pas relever de quelques personnes sans lien. Celui-ci doit ĂȘtre visible sur la majoritĂ© d’une population (association, habitants d’une ville, 
). Le groupe peut ĂȘtre plus ou moins grand.

👉 Le fait social est extĂ©rieur Ă  l’individu.

🌊 Pour Durkheim, le fait social n’est pas l’agrĂ©gat de tous les comportements individuels. Il a une identitĂ© propre et existe avant et aprĂšs l’individu. En outre, si un individu change de comportement, cela n’a pas d’effet sur le groupe, qui continue d’agir ainsi.

Pour illustrer cette idĂ©e, prenons l’exemple d’une vague (le fait social). Celle-ci est composĂ©e d’une infinitĂ© de gouttes d’eau (les individus). NĂ©anmoins, nous n’associons pas la vague aux gouttes d’eau, celle-ci a une existence propre. De plus, si on retire une goutte d’eau, la vague existe toujours.

👉Le fait social s’impose aux individus.

❌ La notion de contrainte est essentielle chez Durkheim. L’individu adopte un comportement particulier pour s’intĂ©grer Ă  la sociĂ©tĂ© et ressembler aux autres. Souvent, il n’en a pas conscience. Mais s’il n’adopte pas ce comportement, il subit une sanction sociale plus ou moins forte (une peine de prison, des moqueries, 
).

👉 L’éducation au cƓur de la pensĂ©e durkheimienne.

🎒 Pour comprendre comment naĂźt le fait social, il faut souvent remonter Ă  l’enfance. En effet, pour lui, les individus, Ă  travers la socialisation, intĂ©riorisent des comportements consciemment ou non. Le fait social est alors transmis d’une gĂ©nĂ©ration Ă  l’autre.

👉 Le fait social peut ĂȘtre organisĂ© ou non.

📃 En effet, il peut dĂ©couler d’une rĂšgle Ă©dictĂ©e clairement dans la loi ou dans un rĂšglement. Mais il peut aussi tout Ă  fait ĂȘtre de nature informelle Ă  travers des coutumes.

👉 Un fait social est propre Ă  une Ă©poque et un lieu. ⌛

Il est toujours important de ne pas oublier que le fait social est contextuel. Par exemple, le fait pour les garçons de ne pas ou peu porter de jupe en France s’oppose Ă  la tradition Ă©cossaise du kilt.

Un exemple concret de fait social : le choix du prĂ©nom đŸŒ

Pour illustrer cette définition du fait social, prenons un exemple concret : le choix du prénom du bébé par les parents.

A premiĂšre vue, cette action semble individuelle et propre Ă  chaque famille. En rĂ©alitĂ©, en observant les statistiques, on retrouve des tendances dans le choix du prĂ©nom, Ă  travers les Ă©poques. Par exemple, depuis quelques annĂ©es, les prĂ©noms courts sont prĂ©fĂ©rĂ©s aux autres. Mais, ne vous inquiĂ©tez pas les autres, nous on vous aime quand mĂȘme !😝

Si tu as bien retenu les critĂšres listĂ©s juste au-dessus, tu te demandes peut-ĂȘtre pourquoi on peut parler de contraintes dans le choix du prĂ©nom. En effet, c’est un des choix les plus intimes possible. NĂ©anmoins, dĂšs le plus jeune Ăąge, des connotations, prĂ©jugĂ©s, opinions se sont greffĂ©s sur certains prĂ©noms. đŸ€Ż C’est pourquoi, depuis la Seconde Guerre mondiale, peu de parents veulent appeler leur enfant Adolf. Évidemment, les tendances sont diffĂ©rentes Ă  travers le monde. 🌎

💡 Cet exemple peut paraĂźtre bĂȘte mais, fais comme nous, n’hĂ©site pas Ă  utiliser ta vie quotidienne pour trouver des exemples !

Maintenant que tu as tout compris sur le fait social, on va aller un peu plus loin et essayer de comprendre comment Durkheim Ă©tudie ces fameux faits sociaux.

Pierre

ESSEC

16€/h

Alma

ENS Paris-Saclay

24€/h

Clémence

HEC Paris

21€/h/h

Bastien

Polytechnique

26€/h

Jade

Sciences Po Paris

21€/h

Thibault

ENS Paris Ulm

20€/h

Jeanne

Aix-Marseille Université

17€/h

David

EDHEC

25€/h

Ton premier cours particulier d’Ă©conomie est offert ! 🎁

Fais-toi guider par un étudiant passé par une des meilleures écoles de France.

J’EN PROFITE MAINTENANT

Étudier un fait social : Durkheim et sa mĂ©thode 📚

Comme on l’a dit plus haut, Émile Durkheim a dĂ©fendu la sociologie comme une science, Ă  une Ă©poque oĂč c’était peu acceptĂ©. Pour soutenir ses propos, il a mis au point une mĂ©thode scientifique rigoureuse. 🔬

L’objectif du sociologue français est d’étudier « les faits sociaux comme des choses ». Il veut en quelque sorte que l’objet d’étude de la sociologie (les faits sociaux) soit vu comme n’importe quel objet d’étude scientifique. NĂ©anmoins, cela n’est pas si Ă©vident.

En quoi le fait social est-il un objet d’étude particulier ? ⚡

Ce qui fait la particularitĂ© du travail sociologique (et en gĂ©nĂ©ral des sciences sociales) est le fait d’étudier des personnes, des comportements humains. Ceux-ci sont donc souvent imprĂ©visibles. De plus, il existe un rapport particulier entre le sociologue et son objet d’étude. En effet, celui-ci appartient Ă  la « sociĂ©tĂ© » qu’il Ă©tudie.

Imaginons la sociĂ©tĂ© comme un aquarium, on sait que c’est un peu Ă©trange mais fais nous confiance 😇 Le sociologue cherche Ă  comprendre le fonctionnement de celui-ci. NĂ©anmoins, comme les autres poissons, il est Ă  l’intĂ©rieur du bocal et il peut ĂȘtre difficile pour lui de prendre du recul sur son objet d’étude. 🐟

Comment Durkheim propose-t-il de contourner ces difficultĂ©s ? ♻

Dans un premier temps, Émile Durkheim introduit l’idĂ©e de prĂ©notion, c’est-Ă -dire un savoir immĂ©diat, qui ne vient pas d’une rĂ©flexion. L’ĂȘtre humain a des prĂ©notions sur tout ce qui l’entoure. Cette reprĂ©sentation de la rĂ©alitĂ© repose beaucoup sur les sens et l’observation directe. đŸ‘ïž On pourrait rapprocher ce terme de l’idĂ©e d’opinion en philosophie.

Par exemple, avant d’apprendre que la terre tourne autour du soleil, l’inverse peut visuellement paraĂźtre Ă©vidente. ☀

Les prĂ©notions sont particuliĂšrement prĂ©sentes en sociologie puisque l’on Ă©tudie des phĂ©nomĂšnes que l’on voit au quotidien. Il est alors nĂ©cessaire avant de mener un travail sociologique d’essayer de remettre en question ce que l’on pense savoir.

Durkheim conseille également de définir chaque terme précisément. En effet, certains phénomÚnes ont différentes définitions selon les individus, ce qui peut mener à des incompréhensions.

💡 Souvent, Durkheim prend appui sur le droit pour Ă©noncer des dĂ©finitions. En effet, la loi, selon lui, montre la reprĂ©sentation de la rĂ©alitĂ© par les sociĂ©tĂ©s Ă  un moment donnĂ©.

Enfin, Émile Durkheim met en avant l’importance des statistiques. (Oui, oui des maths en sociologie !) 📊 Celles-ci permettent d’identifier le fait social, en repĂ©rant la rĂ©gularitĂ© de certains phĂ©nomĂšnes. Le sociologue peut aussi Ă©tudier objectivement ces faits sociaux.

L’ensemble de ces mĂ©thodes ont permis Ă  la sociologie d’ĂȘtre considĂ©rĂ©e comme une science chez beaucoup d’intellectuels.

La mĂ©thode de Durkheim appliquĂ©e : Le suicide 📖

En 1897, dans son ouvrage Le suicide, Émile Durkheim applique la mĂ©thode sociologique que l’on vient de dĂ©velopper. En traitant le suicide comme un fait social, Durkheim essaye d’en comprendre les causes.

fait social Durkheim

Dans cette oeuvre, l’auteur veut d’abord rompre avec la prĂ©notion qui considĂšre que la cause du suicide est avant tout psychologique (et donc personnelle et individuelle). ​​🧠

Pour cela, il part d’un constat : le nombre de suicides est en forte hausse en France à la fin du XIXe siùcle. 📈

Si l’on admet l’hypothĂšse selon laquelle le suicide est psychologique, l’augmentation ne devrait alors pas ĂȘtre la mĂȘme selon les diffĂ©rents groupes en fonction de leur situation et de leur mode de vie.

Martin

HEC Paris

23€/h

Jade

Sciences Po Paris

21€/h

Bastien

Polytechnique

26€/h

Emilie

Sciences Po Lyon

19€/h

Hugo

Insa Lyon

16€/h

Alma

ENS Paris-Saclay

24€/h

David

EDHEC

25€/h

Jeanne

Aix-Marseille Université

17€/h

Gagne 4 points sur ta moyenne gĂ©nĂ©rale ! 📈

En étant accompagné par un Sherpa, nos élÚves gagnent 4 points sur leur moyenne en un an.

PRENDRE UN COURS GRATUIT

Pourtant, en observant les statistiques du suicide selon les classes sociales, Durkheim rĂ©alise que le nombre de suicides psychologiques a autant augmentĂ© chez les agriculteurs đŸ‘©â€đŸŒŸ (Ă  l’époque, en situation de dĂ©classement) que chez les professions libĂ©rales đŸ‘šâ€âš•ïž (Ă  l’époque, en situation d’ascension sociale). La hausse, qui s’applique Ă  l’ensemble de la sociĂ©tĂ©, a donc une cause sociale. đŸ€

Ce travail a permis Ă  Durkheim de dĂ©velopper deux causes principales au suicide : l’intĂ©gration (un sentiment plus ou moins fort d’appartenance Ă  un groupe) et la rĂ©gulation (un ensemble plus ou moins important et efficace de rĂšgles qui donnent des repĂšres aux individus). D’aprĂšs cette thĂ©orie, c’est le fonctionnement de plus en plus individualiste de la sociĂ©tĂ© qui explique que le nombre de suicides ait augmentĂ©.

Voici un tableau des conclusions de l’ouvrage de Durkheim. Celui-ci a dĂ©terminĂ© 4 types de suicide :

ExcĂšsDĂ©faut
IntégrationSuicide altruiste
Suicide Ă©goĂŻste
RĂ©gulationSuicide fataliste Suicide anomique

De plus, Durkheim rĂ©alise que certaines caractĂ©ristiques permettent de diminuer le risque de se suicider : d’un point de vue collectif, les pĂ©riodes de guerres ou de troubles renforcent les liens au sein de la sociĂ©tĂ© ; d’un point de vue individuel, la proximitĂ© avec la famille et les liens sociaux renforcent l’intĂ©gration et la rĂ©gulation.

Ainsi, Émile Durkheim a appliquĂ© sa mĂ©thode. Il a remis en question ses prĂ©notions et utilisĂ© les statistiques, ce qui lui a permis de mieux comprendre un fait social : le suicide.

Conclusion sur le fait social Durkheim et son oeuvre✹

Voilà, cet article touche à sa fin ! J’espùre qu’il t’a permis de mieux comprendre le fait social, Durkheim et son Ɠuvre.

MĂȘme si celle-ci peut sembler compliquĂ©e, n’hĂ©site pas Ă  chercher des exemples dans ton quotidien !

Et si tout ça te semble encore abstrait, n’hĂ©site pas Ă  nous poser toutes tes questions.☝

4/5 - (43 votes)
profile picture
RĂ©dac des Sherpas
La RĂ©dac des Sherpas, c'est prĂšs de 100 auteurs passionnĂ©s d'Ă©ducation qui mettent leur expertise Ă  ta disposition pour t'aider Ă  profiter pleinement de tes Ă©tudes. Étudiants, profs particuliers ou spĂ©cialistes : avec eux, tu es sĂ»r d'avoir les meilleurs conseils ! âšĄïž

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans Ă  partager ? Nous validons ton commentaire et te rĂ©pondons en quelques heures ! 🎉

Ebook

Notre ebook pour t’aider au lycĂ©e

TĂ©lĂ©charge notre guide pour progresser et rĂ©ussir toutes les Ă©preuves au lycĂ©e ! 🎓