Friperie en ligne : vrai ou faux bon plan ? đŸ€·đŸ»â€â™€ïž

Estelle Maskowycz - Mis Ă  jour le 12/04/2022
friperie en ligne

Adepte ou non des vĂȘtements de seconde main, tu as surement dĂ©jĂ  mis les pieds dans une friperie. Aux allures de grenier ou de concept store, les friperies font rage ces derniĂšres annĂ©es, et ce, pour plusieurs raisons : mode vintage, Ă©cologie, Ă©thique, prix
 Surfant sur cette tendance, les fripes en ligne apparaissent en masse. Finalement, vrai ou faux bon plan ? 

Pour l’occasion, on a posĂ© des questions Ă  Domitille, crĂ©atrice de la friperie online Amourette. L’amour des vĂȘtements et du vintage a toujours fait partie d’elle et de la mĂȘme maniĂšre que la sĂ©rie Girlboss, elle lance son business pour financer ses Ă©tudes. Aujourd’hui, sa friperie en ligne est devenue son travail Ă  plein temps avec son collaborateur Nicolas. Elle nous donne son avis sur cette nouvelle tendance !

Les origines des friperies đŸ§¶

Ces boutiques existent depuis le Moyen-Age, non, tu ne rĂȘves pas. La grande majoritĂ© de la population n’ayant pas les moyens de s’acheter des vĂȘtements neufs se tournaient vers des tissus usagĂ©s (“frepe”). Au 15e siĂšcle, l’aristocratie s’y intĂ©resse pour trouver des vĂȘtements rares ou uniques.

L’industrialisation fait disparaitre les friperies, car le coĂ»t des vĂȘtements neufs est de moins en moins Ă©levĂ©. Leur retour en force date des annĂ©es 80 grĂące aux amoureux du vintage.

La friperie en ligne, bon plan


Elles sont en hausse ces derniĂšrs temps. Si certaines applications habits d’occasion sont connues du grand public, d’autres passent davantage inaperçu. 

On veut des noms ! đŸŒ·

  • Les applis oĂč tu peux vendre et acheter :  Vinted, Vestiaire Collectif
  • Les shops : United Wardrobe, Crushon, Amourette, La Fourbi, Le porte-manteau sur Instagram
  • Les grandes enseignes : Galerie Lafayette, Zalando

👉 Liste non-exhaustive, of course 😉

L’aventure de Domitille, la crĂ©ation de sa friperie en ligne đŸŒ·

« Au tout dĂ©but, c’est parce que je venais d’entrer Ă  la fac en 2017 et que j’avais besoin d’un travail pour payer mon loyer et mes courses. Je vidais mon dressing sur l’appli Vinted et j’aimais bien mettre en valeur les vĂȘtements, puis mes amis et ma famille m’ont confiĂ© leurs habits pour que je les revende ! Je me suis prise au jeu rapidement.

J’avais quelques piĂšces vintage que j’avais chinĂ©es et revendu plus cher, et je me suis dit qu’il y avait quelque chose Ă  faire. Je savais qu’il y avait beaucoup de vĂȘtements vintage existants, car je frĂ©quentais dĂ©jĂ  beaucoup les brocantes et boutiques associatives.

Au bout de quelque temps, Nicolas m’a rejoint sur ce projet et nous avons continuĂ© tous les deux. C’est en 2020 que nous avons officiellement lancĂ© notre site internet et commencĂ© Ă  ĂȘtre prĂ©sent sur des salons et Ă©vĂšnements vintage. Comme on a fini nos Ă©tudes, c’est maintenant notre travail Ă  plein temps. On a aussi investi dans une machine Ă  broder pour se tourner vers de l’upcycling.« 

Friperie rime avec petit prix 

En tant qu’étudiant, tu as certainement un budget serrĂ© et dans ces conditions, trouver des vĂȘtements pas trop chers peut parfois ĂȘtre un casse-tĂȘte. Le prix des habits, c’est souvent le point positif qui ressort. 

Les friperies en ligne n’échappent pas Ă  la rĂšgle. Les fringues d’occasion sont Ă©videment moins chĂšres. Cela peut ĂȘtre un bon compromis lorsqu’une paire de chaussures te fait de l’Ɠil, mais que le prix neuf est trop Ă©levĂ©. 

👉 Les applications de seconde main de vente/achat ont des articles aussi vieux que rĂ©cents. Bref, tu peux trouver tout ce que tu cherches Ă  des prix cassĂ©s

L’avis de Domitille 🔊

« Dans beaucoup de fripes pro, les prix restent en dessous de ceux de la fast fashion! C’est d’ailleurs ce qu’on essaye de faire, on se fixe la limite de ne pas dĂ©passer les prix de Zara par exemple. Un pull toujours en dessous de 40€, chemise en dessous de 25€, les jeans, c’est toujours moins de 35€, pour de la qualitĂ© vintage, donc meilleure !

Sur le plan financier Ă©galement, je pense qu’investir dans des piĂšces vintage, c’est beaucoup plus intĂ©ressant, car un pantalon Zara va directement perdre de sa valeur, surtout si c’est une micro trend ! Alors que je sais que si j’achĂšte un vĂȘtement des annĂ©es 70 un peu plus cher en friperie pro, il ne perdra pas de valeur et va mĂȘme en prendre, car c’est de plus en plus rare ! »

👉 Tu l’auras compris, cela reste souvent moins cher que la Fast Fashion. 

À lire aussi

✅ DĂ©couvre notre article consacrĂ© aux ravages de la Fast Fashion.

Une conso Ă©cologique ♻

Acheter ses habits en friperie, c’est aussi consommer mieux et de maniĂšre plus Ă©thique. En effet, acheter ses vĂȘtements en friperie en online, c’est acheter des habits dĂ©jĂ  existants et donc ne plus consommer les vĂȘtements venant d’ĂȘtre produits.  Il y en a pour tous les goĂ»ts, alors tu peux aisĂ©ment trouver la perle rare. 

L’avis de Domitille 🔊

« Au bout de 6 mois de friperie j’ai arrĂȘtĂ© radicalement la fast fashion ! Voir autant de vĂȘtements, ça ne donne plus envie d’en acheter. Tout ce que je veux, je le trouve en vintage ou en seconde main !

Nous sommes de plus en plus Ă  ouvrir des friperies online ou en local, souvent chacun Ă  son univers et son thĂšme ! Il y en a des spĂ©cialisĂ©es annĂ©es 70 ou 2000, des sophistiquĂ©es, des streetwear, des spĂ©cialisĂ©es en luxe, et mĂȘme de l’occasion plutĂŽt actuel. Le choix est vraiment Ă©norme ! »

Le vintage pour affirmer son style 👇

Acheter des habits de seconde main sur des fripes en ligne, c’est aussi l’occasion pour toi d’affirmer ton style en dĂ©nichant des fringues originales et uniques !

Et oui, au lieu de suivre les tendances qui sont dictĂ©es par les grandes industries de la mode, tu as la possibilitĂ© d’inventer et de crĂ©er ton style grĂące aux pĂ©pites d’occasion. 

L’avis de Domitille 🔊

« Mais, comment trouver des pépites ? 

Pour dĂ©nicher des bonnes piĂšces, si tu en as une en tĂȘte, tu te mets des rappels sur les applications de seconde main et tu regardes tous les jours ! 

En plus local, Clara Victoria a sorti une super appli qui s’appelle UNIQUE, oĂč tu as une map de toutes les friperies de France, il faut pas hĂ©siter Ă  jeter un coup d’Ɠil partout oĂč vous allez.

C’est donc devenu tendance ?

Oui, complĂštement ! Les plus jeunes s’y mettent de plus en plus ! J’ai bien vu la frĂ©quentation changer au fil du temps et c’est tant mieux ! Je pense qu’aller s’acheter des vĂȘtements en grande quantitĂ©, mais d’occasion, c’est une maniĂšre pour les accros du shopping de continuer d’une meilleure maniĂšre ! Les vĂȘtements actuels s’inspirent du vintage ! Du coup, c’est facile pour les friperies de proposer des choses dans l’ùre du temps ! »

Margot

Arts et MĂ©tiers ParisTech

22€/h/h

Fabien

Télécom Paris

20€/h

Hugo

Insa Lyon

16€/h

Louise

Mines ParisTech

24€/h

Emma

Dauphine

15€/h

Bastien

Polytechnique

26€/h

Agathe

ENS Lyon

19€/h

Jade

Sciences Po Paris

21€/h

Besoin d’un prof particulier exceptionnel ? ✹

Nos Sherpas sont lĂ  pour t’aider Ă  progresser et prendre confiance en toi.

PRENDRE UN COURS GRATUIT

Et faux bon plan
 

La friperie Ă  la cote, mais est-ce vraiment un bon plan ? Il y a souvent des paradoxes, et c’est aussi le cas dans l’émergence des friperies online. On discute du sujet ?

La fripe en ligne : une tendance qui fait grimper les prix ?

On te l’a dit, c’est souvent des petits prix. Mais pas que ! En effet, la mode vintage est en plein essor et en gĂ©nĂ©ral, plus y a de demande, plus les prix augmentent
 

👉 Selon Domitille, il est toujours possible de consommer Ă  petit prix, mais certaines piĂšces sont rares et sont donc plus onĂ©reuses. Pourquoi les prix augmentent vraiment ?

  • L’effet tendance 
  • La rĂ©munĂ©ration des personnes qui cherchent les articles ou les remettent en Ă©tat

  • La raretĂ© de certains habits vintage
  • La marque 

L’avis de Domitille 🔊

« Si Domitille et Nicolas ont fait le choix de la fripe online, c’est notamment pour garantir des prix raisonnables aux habits d’occasion :

Avec une boutique c’est tout de suite plus compliquĂ©, il faut payer le loyer, les charges, les assurances, et ça monte trĂšs vite ! Quand on ajoute les taxes que l’on paye sur chaque paiement par les prestataires bancaires et les impĂŽts, les chiffres deviennent vraiment hauts. Ça a donc un impact direct sur le prix des piĂšces vendues qui va monter pour couvrir toutes ces charges. »

VĂȘtement Ă©colo oui, mais la livraison ?

L’un des problĂšmes soulevĂ©s par la consommation de vĂȘtement sur internet, c’est bien Ă©videment l’impact des livraisons. Avec la crise sanitaire, le nombre des livraisons en France et dans le monde a considĂ©rablement augmentĂ©. 

Cela concerne particuliĂšrement l’industrie de la mode. Mais alors, acheter d’occasion et se faire livrer, est-ce un paradoxe ? 

L’avis de Domitille 🔊

« C’est vrai que c’est une question qu’on s’est tout de suite posĂ©e ! Nous avons commencĂ© nos emballages avec des pochettes en plastique classique, puis quand on a pu investir, on s’est tournĂ© vers une marque qui propose des enveloppes en amidon et qui sont compostables. MĂȘme si c’est beaucoup plus cher, c’est quelque chose qui Ă©tait presque obligatoire dans notre dĂ©marche !

AprĂšs, c’est toujours mieux de se faire livrer localement en France des vĂȘtements dĂ©jĂ  produits plutĂŽt que des habits de mauvaise qualitĂ© qui viennent tout droit de Chine en avion ! Je me dis qu’on essaye de faire le maximum
 En espĂ©rant que les transporteurs prennent une tournure plus green maintenant ! »

La “fast” friperie, un business Ă  l’allure vintage 

Eh oui, il existe plusieurs types de fripes et cette diffĂ©rence est surtout fondĂ©e sur la provenance des vĂȘtements. 

S’il existe des fournisseurs d’habits vintage, certains crĂ©ateurs de fripes sur internet continuent Ă  chiner les piĂšces une Ă  une. Lorsque les vĂȘtements proviennent de fournisseurs, on peut y voir un lien avec la Fast Fashion. Une telle tendance amĂšne les boutiques Ă  se renouveler rapidement, bref, Ă  faire du business. C’est souvent le cas des chaĂźnes de vĂȘtements vintage connues. 

L’avis de Domitille 🔊

« On a contactĂ© des fournisseurs, mais cela ne correspondait plus Ă  notre esprit, et ne pas choisir les habits ne nous intĂ©ressait pas du tout. Ceux qui nous laissaient choisir Ă  la piĂšce Ă©taientt loin de chez nous, et trĂšs chers ! On prĂ©fĂšre rencontrer directement les particuliers Ă  qui on achĂšte les vĂȘtements, c’est plus humain et ça donne encore plus d’histoire ! »

Clémence

HEC Paris

21€/h/h

Thibault

ENS Paris Ulm

20€/h

Sophie

Sciences Po Bordeaux

12€/h

Noémie

M2 en droit Ă  Assas

19€/h

Fanny

Ponts ParisTech

19€/h

Simon

4e année de médecine

26€/h

Nicolas

CentraleSupélec

17€/h

Victor

ESCP

25€/h

Ton premier cours particulier est offert ! 🎁

Fais-toi guider par un étudiant passé par une des meilleures écoles de France.

J’EN PROFITE MAINTENANT

Le cas des grandes enseignes : greenwashing ou vraie initiative ? 

Si elles sont en plein essor, les grandes enseignes aussi se lancent dans la commercialisation des habits d’occasion. C’est le cas par exemple de Zalando, de la marque Urban Outfitters ou encore des Galeries Lafayette. Mais qu’est-ce que cette initiative vaut vraiment ?

Les choix de ces grandes enseignes ont parfois tendance Ă  diviser l’opinion publique : vĂ©ritable intiative Ă©thique ou greenwashing ? Coup de com’ ? Business ? 

👉 La dĂ©marche de ces enseignes est de rĂ©cupĂ©rer les vĂȘtements des anciennes collections et de les revendre. Pour d’autres, il ne s’agit pas de rĂ©cupĂ©rer les habits de leur marque, mais de plusieurs et donc d’ouvrir un onglet fripe en ligne sur leur site internet. 

À vrai dire, il n’y a pas de vĂ©ritĂ© gĂ©nĂ©rale. Mais aprĂšs avoir fait un tour sur le site d’occasion de grandes marques, il ne s’agit pas d’un bon plan petit prix Ă©tudiant, loin de là
 

Est-ce que les marques se lancent dans la seconde main pour redorer leurs images ? C’est sĂ»r que c’est une bonne publicitĂ© dans le contexte actuel. Mais on ne peut tout de mĂȘme pas rĂ©duire ces initiatives Ă  un simple coup de communication, non ? đŸ˜¶

Quelques questions que tu peux te poser


  • Est-ce que le fait de proposer des vĂȘtements de seconde main et des habits de fast fashion sur le mĂȘme site internet est Ă©thique ?
  • Est-ce que la motivation d’une initiative est plus importante que l’initiative elle-mĂȘme ?
  • Est-ce que le fait que ce soit un coup de com affaiblit l’impact positif de l’initiative ?
  • Faut-il ĂȘtre irrĂ©prochable pour entreprendre une dĂ©marche Ă©thique ?
  • Vaut-il mieux payer un peu plus cher un vĂȘtement en fripe et le garder longtemps ou consommer moins cher pour moins longtemps chez Zara ?

Alors, vrai ou faux bon plan ?

Dans toutes ces transitions, les paradoxes sont de mise. Il est souvent difficile d’avoir une rĂ©ponse exacte Ă  toutes ces questions. đŸ˜źâ€đŸ’š

L’émergence de ces boutiques d’occasion sur internet rĂ©pond Ă  une demande croissante liĂ©e au contexte actuel : prix, style moins conformistes, Ă©cologie
 Aucun systĂšme n’est parfait et il y a souvent un pendant ! 

Le conseil de Domitille 🔊

« Je vous conseille le reportage d’Hugo ClĂ©ment « Sur Le Front » qui montre que les vĂȘtements de mauvaise qualitĂ© sont vendus en export vers l’Afrique, et mĂȘme lĂ -bas, ils ne peuvent pas ĂȘtre utilisĂ©s. Ils finissent donc dans des bennes Ă  ciel ouvert, notamment sur la plage  »

Et toi, tu achĂštes souvent en friperie ?
5/5 - (3 votes)
profile picture
Estelle Maskowycz
Hello, c'est dans la cadre de mon Master en Journalisme que j'ai rejoint le mĂ©dia des Sherpas. J'espĂšre que mes articles te seront utiles, tant dans ta rĂ©ussite que dans ton Ă©panouissement. ☀

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans Ă  partager ? Nous validons ton commentaire et te rĂ©pondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

DĂ©couvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, rĂ©ussir le bac, trouver son stage, gagner en productivitĂ©… À chaque problĂšme son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-mĂȘme ! đŸ’Ș