Quelles sont les consĂ©quences de la fast-fashion ? 👕

Clemence Delaitre - Mis Ă  jour le 21/07/2021
189982

En tant qu’étudiant au budget limitĂ©, tu as peut-ĂȘtre l’habitude de t’habiller chez des marques telles que Primark, H&M, Zara
 Mais connais-tu les consĂ©quences de la consommation de ce que l’on appelle la “fast fashion” ?

As-tu connaissance de solutions alternatives pour remĂ©dier Ă  cela ? Que tu sois trĂšs informĂ© sur les consĂ©quences de l’industrie textile, ou au contraire novice en la matiĂšre, tu trouveras probablement toutes les rĂ©ponses Ă  tes questions dans cet article !

Qu’est-ce que la fast fashion ? đŸ€”

Tout d’abord, tu te demandes peut-ĂȘtre ce qu’est la “fast fashion” ? Il s’agit d’une expression utilisĂ©e pour dĂ©signer le renouvellement permanent des collections textiles, de façon souvent rapide (de plusieurs fois par saison Ă  plusieurs fois par mois).

Ces collections sont souvent produites à moindre coût et viennent de trÚs loin (Made in Pakistan, Bangladesh
).

👉 Ce mode de fonctionnement induit une surconsommation des vĂȘtements et a donc des consĂ©quences nĂ©fastes, aussi bien sur nos corps que sur l’environnement.

Les consĂ©quences de la fast fashion sur l’environnement 🌳

L’industrie de la mode est l’une des plus polluantes de notre planĂšte. Si l’on s’intĂ©resse un peu aux chiffres, l’on comprend mieux pourquoi :

  • 100 milliards de vĂȘtements sont vendus chaque annĂ©e dans le monde.
  • Elle Ă©mettrait chaque annĂ©e 1,2 milliard de tonnes de gaz Ă  effet de serre. Cela reprĂ©sente environ 2% des Ă©missions de gaz Ă  effet de serre !
  • 4% de l’eau potable disponible sur notre planĂšte est mise Ă  disposition de l’industrie textile (alors que certaines personnes n’y ont mĂȘme pas accĂšs
)
  • Les vĂȘtements ne sont souvent portĂ©s qu’une dizaine de fois avant que l’on s’en lasse et s’en dĂ©barrasse.
  • Chaque Français achĂšte en moyenne 9,2 kilos de textiles et chaussures par an.*

* Chiffres tirĂ©s de l’infographie “La mode sans dessus dessous” de l’ADEME

❌ Ennemi n°1 : le polyester

Pour produire des vĂȘtements, il faut forcĂ©ment produire des matiĂšres premiĂšres. Pour cela, la mode exploite d’importantes quantitĂ©s de ressources non renouvelables dont le pĂ©trole pour crĂ©er des fibres textiles synthĂ©tiques, comme le polyester par exemple.

Quel est le souci avec cela ? Tout d’abord, le pĂ©trole est une ressource fossile limitĂ©e, mais aussi, ces vĂȘtements fabriquĂ©s Ă  partir de ces matiĂšres relĂąchent lors de chaque lavage des microfibres plastiques, qui, de ce fait, finissent dans les ocĂ©ans !

500 000 tonnes de microparticules de plastique sont ainsi relĂąchĂ©es dans les ocĂ©ans chaque annĂ©e, ce qui Ă©quivaut Ă  l’équivalent de 50 milliards de bouteille en plastique.

❌ Ennemi n°2 : le coton

Le pĂ©trole est principalement utilisĂ© pour crĂ©er le polyester, mais le coton n’est pas en reste non plus : celui-ci demande pour sa culture une importante quantitĂ© de pesticides et d’eau douce (encore une fois, tout le monde n’a mĂȘme pas accĂšs Ă  l’eau potable
). Pour illustrer cela, sache que la production d’un seul tee-shirt correspond Ă  70 douches !

❌ Ennemis n° 3 et 4 : le lyocell et la viscose

Pour ce qui est du lyocell et de la viscose, ce sont d’importantes quantitĂ©s de produits chimiques trĂšs toxiques qui sont utilisĂ©es : hydroxyde de sodium, acide sulfurique, disulfure de carbone
 Ces noms te font un peu peur ? Avec raison puisque ces matiĂšres peuvent provoquer des maladies grave pour les populations qui vivent autour des usines qui produisent des matiĂšres !

Et tout ceci a Ă©videmment un impact sur notre environnement, tu t’en doutes bien
 😞

Les consĂ©quences de la fast fashion sur la santĂ© đŸ©ș

Les grandes entreprises font tout pour garder un taux de production, de rendement et de consommation toujours le plus haut possible. Comment s’y prennent-ils alors ? Ils mettent en place des coĂ»ts de production extrĂȘmement bas, pour que le prix final le reste Ă©galement !

Quand on coud soi-mĂȘme ses propres vĂȘtements, que l’on prend le temps d’aller acheter son tissu au mĂštre et qu’on passe ensuite des heures pour crĂ©er quelque chose
 On se rend compte qu’il y a un problĂšme lorsqu’un tee-shirt est vendu seulement 6 euros. Eh oui, il y a forcĂ©ment quelqu’un dans la chaĂźne de production qui en paie le prix (et je ne parle pas au sens figurĂ©) !

Le cas du Bangladesh 😱

Beaucoup d’enseignes de fast fashion s’approvisionnent vers des usines de textile du Bangladesh.

👉 En moyenne, au Bangladesh, les ouvrier(e)s gagnent 80 euros par mois. Les travailleur(euse)s sont surexploitĂ©s et les accidents industriels sont courants.

Ainsi entre 2009 et 2013, 579 travailleur(euse)s sont mort(e)s dans des incendies d’usine ! Autre Ă©vĂ©nement dont tu as peut-ĂȘtre entendu parler : l’effondrement du Rana Plazza, une industrie textile, le 24 avril 2013 dans la banlieue de Dacca au Bangladesh. LĂ  aussi, le bilan a Ă©tĂ© catastrophique, puisque 1138 ouvrir(e)s ont perdu la vie ce jour-lĂ  et 2500 ont Ă©tĂ© blessĂ©(e)s.

L’exposition aux produits toxiques 😰

L’exposition rĂ©guliĂšre au formaldĂ©hyde, un produit vaporisĂ© sur les vĂȘtements pour prĂ©venir la formation de moisissure, est aussi Ă  risque : elle provoque des allergies sĂ©vĂšres, ainsi que des infections sĂ©vĂšres et cancers.

Ces accidents de travail n’arrivent pas qu’au Bangladesh, mais de façon globale dans toutes les industries textiles de fast fashion.

Un droit du travail inexistant đŸ˜©

Outre ces accidents de travail scandaleux qui coûtent la vie aux personnes qui travaillent dans ces usines, elles sont également surexploitées. Le volume horaire journalier de travail est trop élevé, tandis que les jours de repos sont insuffisants et que les heures de travail supplémentaires forcées sont la norme
 Tout cela pour un salaire dérisoire !

D’autre part, les protections sociales Ă©tant inexistantes, il n’est pas rare que des enfants travaillent aux cĂŽtĂ©s des adultes. Ils constituent 60% de ceux qui travaillent dans l’industrie de la mode. Les femmes reprĂ©sentent quant Ă  elle 80% des travailleur(euse)s textiles dans le monde et font rĂ©guliĂšrement des heures de travail supplĂ©mentaires pour un salaire, encore une fois, extrĂȘmement modeste.

Toutes ces donnĂ©es effrayantes ne peuvent qu’amener Ă  une rĂ©flexion sur notre façon de consommer et induire un changement. Avant d’acheter une piĂšce dans une enseigne de “fast fashion”, il vaut donc mieux rĂ©flĂ©chir Ă  ce qu’un prix bas coĂ»te Ă  la vie d’autres personnes.

Quelques ressources sur la fast fashion 👇

Si tu t’intĂ©resses aux rouages de la fast fashion et ses dessous, mais que tu ne sais pas oĂč donner de la taille, j’ai quelques ressources Ă  te proposer !

  • “The true cost” d’Andrew Morgan : il s’agit d’un documentaire rĂ©alisĂ© en 2015, que tu peux trouver sur Netflix. Il traite des consĂ©quences de la fast fashion, en explorant la vie des personnes qui travaillent dans l’industrie textile, mais aussi l’impact que celle-ci produit sur l’environnement. C’est trĂšs bien documentĂ©, et je te le conseille si tu veux en savoir un peu plus sur les donnĂ©es apportĂ©es plus haut !
  • La sĂ©rie de vidĂ©os “La vĂ©ritĂ© sur la fast fashion” de MyBetterSelf : Louise, que l’on connaĂźt mieux sous le nom de “MyBetterSelf” lance une sĂ©rie de vidĂ©os sur la fast fashion. Il y en a pour l’instant deux. Elle y explique pourquoi elle n’achĂšte plus certaines marques comme Boohoo, H&M, mango, etc, en les analysant et offre Ă©galement un dĂ©cryptage des stratĂ©gies marketing de ces marques pour pousser Ă  toujours plus de surconsommation. Si ça t’intĂ©resse, c’est ici et ici !

Quelles sont les alternatives à la fast fashion ? 🧐

ArrivĂ©(e) Ă  ce stade de l’article, tu prends peut-ĂȘtre conscience de l’impact de l’industrie de la mode sur la planĂšte
 Tu aimerais alors consommer de façon plus Ă©thique, mais tu ne sais pas comment faire ? J’ai quelques solutions pour toi !

La slow fashion, qu’est-ce que c’est ? đŸŒ±

Consommer moins, mais consommer mieux : c’est ainsi que l’on pourrait rĂ©sumer la slow fashion ! Le concept s’oppose Ă  la fast-fashion, en nous encourageant Ă  investir dans des vĂȘtements de meilleure qualitĂ©, Ă©co-conçus et durables.

Ainsi, il nous invite Ă  repenser notre consommation de vĂȘtements. En ai-je vraiment besoin ? Est-ce que je peux trouver cet article vendu par une enseigne Ă©thique ? Vais-je le porter sur le long terme ? La qualitĂ© est-elle suffisamment bonne pour durĂ©e dans le temps, ou ce pull va-t-il boulocher aprĂšs un seul passage en machine ? La slow fashion, c’est adopter un dressing Ă©coresponsable !

Lutter contre la fast fashion avec un dressing plus minimaliste ! 👗

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans Ă  partager ? Nous validons ton commentaire et te rĂ©pondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

DĂ©couvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, rĂ©ussir le bac, trouver son stage, gagner en productivitĂ©… À chaque problĂšme son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-mĂȘme ! đŸ’Ș