Fiche rĂ©sumĂ©e de l’oeuvre : Caligula d’Albert Camus 📚 

RĂ©dac des Sherpas - Mis Ă  jour le 01/06/2022
228242

Tu cherches une fiche de lecture sur Caligula d’Albert Camus avec un rĂ©sumĂ© complet ? Des Ă©lĂ©ments clĂ©s pour Ă©clairer ta lecture ? Tu souhaites dĂ©couvrir cette piĂšce humaine, pleine de folie, de vie et de complots ? Tu as toquĂ© Ă  la bonne porte ! En avant pour le Caligula d’Albert Camus, le rĂ©sumĂ© et l’analyse ! 🚀

Fiche d’identitĂ© de l’oeuvre 

AuteurAlbert Camus
GenrePiÚce de théùtre
Date1944
MouvementThéùtre de l'absurde
InspirationLes Douze Césars de Suétone (121 aprÚs J-C)
Nombre d'actes4

Les personnages dans Caligula d’Albert Camus đŸ‘«

📌 Caligula : Empereur de Rome 

📌 HĂ©licon : Esclave affranchi par Caligula

📌 Cherea : Intellectuel, homme de lettres

📌 Caesonia : Ancienne maĂźtresse de Caligula, complice malgrĂ© elle de ses horribles actes

📌 Senectus, Metellus, Octavius, Mucius, Mereia, Lepidus : Patriciens 

📌 Scipion : Jeune poùte

💡C’était qui Caligula ?

  • Nom de naissance : Caius Julius Caesar Germanicus
  • Dates : 12 – 48
  • Famille : Fils de Germanicus et Agrippine l’AĂźnĂ©e, arriĂšre-petit-fils de l’empereur Auguste et petit-neveu de l’empereur TibĂšre (qu’il a aidĂ© Ă  tuer 🙂)
  • Fonction : TroisiĂšme empereur romain (de 37 Ă  41)
  • Pourquoi on parle de lui ? : Son rĂšgne avait pourtant bien commencé  Mais l’histoire le prĂ©sente comme un homme cruel, vicieux, mĂ©galomane et le qualifie de tyran dans sa façon de gĂ©rer le pouvoir.
  • Mort : AssassinĂ© par un groupe de prĂ©toriens, des soldats d’élites appartenant Ă  l’armĂ©e romaine en Italie

Tu as envie d’en apprendre plus sur l’empereur Caligula ?

RĂ©sumĂ© de Caligula 

Caligula est un empereur romain qui a pour dĂ©sir profond de rechercher et d’atteindre l’impossible. Auparavant, il Ă©tait relativement aimĂ©. Jusqu’au jour oĂč sa sƓur, Drusilla (qui Ă©tait aussi sa maĂźtresse 🙂), meurt. À ce moment-lĂ , il sombre alors dans la folie, rongĂ© par des pensĂ©es pleines de mĂ©pris et d’horreurs.

Il devient peu Ă  peu un tyran complĂštement dĂ©nuĂ© d’empathie. Il a une volontĂ© : ouvrir les yeux de l’humanitĂ©, lui montrer la vĂ©ritĂ© pour la guider loin des mensonges qui ne conduisent qu’à la dĂ©bandade. 

💡Une piùce, deux versions

Albert Camus avait Ă©crit une premiĂšre version de sa piĂšce en 1941. Il la modifie Ă  la suite de la Seconde Guerre mondiale et de la pĂ©riode de l’Occupation en France. La deuxiĂšme version, celle qu’on connaĂźt aujourd’hui, est plus politique, moins empreinte de nihilisme.

Cette version est publiée en 1984 dans les Cahiers Albert Camus.

Résumé de Caligula par acte

Acte I – 11 scĂšnes

La piĂšce s’ouvre Ă  Rome, dans le palais de CaĂŻus Caligula. Il a perdu sa sƓur (et amante), Drusilla. Et suite Ă  cette perte, il ressent un dĂ©sir profond de dĂ©passer toutes les limites pour atteindre l’impossible, comme il le qualifie lui-mĂȘme. 

Il est convaincu d’avoir acquis l’accĂšs Ă  la vĂ©ritĂ© : les hommes sont malheureux, et lui, l’empereur Caligula, cherche Ă  Ă©chapper Ă  cette vie insupportable. Il veut ĂȘtre libre et atteindre les dieux, devenir immortel. 

Les premiĂšres scĂšnes servent au public Ă  comprendre l’origine de la dĂ©mence du tyran. Au dĂ©but, il Ă©tait qualifiĂ© d’ “empereur parfait”. Mais aprĂšs le dĂ©cĂšs de sa soeur, il perd la raison. Il se met par exemple Ă  condamner des personnes sans raison vĂ©ritable, pour le simple but de prouver Ă  tout le monde que la vie n’a aucun sens. Dans la scĂšne 11, on en apprend un peu plus sur ses sentiments et ses Ă©tats d’ñme.

Caesonia, son ancienne maĂźtresse, cherche Ă  la raisonner en voyant qu’il devient ivre de pouvoir et qu’il devient incontrĂŽlable. Elle lui parle du danger de l’hybris, mais Caligula n’écoute rien de ses critiques et pire, il la force Ă  l’aider dans ses futures combines (logique). 

💡C’est quoi l’hybris ?

HĂ©ritĂ© directement du grec, ce terme renvoie Ă  l’idĂ©e de dĂ©mesure, d’un comportement empreint de sentiments violents, de passion, d’orgueil, d’arrogance. Il est trĂšs souvent associĂ© Ă  l’excĂšs de pouvoir.

Acte II – 14 scĂšnes

Cet acte est organisĂ© en trois parties et prend la forme d’un jeu macabre.

  • Dans la premiĂšre, de la premiĂšre scĂšne Ă  la quatriĂšme, les patriciens expriment leurs rancƓurs vis-Ă -vis de Caligula et du comportement cruel qu’il a adoptĂ©. Un complot naĂźt autour de l’idĂ©e d’un attentat pour faire tomber le personnage tyrannique.
  • De la scĂšne 5 Ă  la scĂšne 10, qui forment la deuxiĂšme partie de l’acte, le tyran refait son apparition
 pour manipuler les patriciens. 
  • On fait la rencontre, dans la troisiĂšme partie, de Scipion. Il est un jeune homme pur, qui permet au spectateur de mieux se faire un avis critique sur le personnage de Caligula, parce qu’il contraste fortement avec ce jeune poĂšte.

Plot-twist : le poĂšte n’est pas si pur que ça. Il prĂ©voit lui aussi un complot contre l’empereur, qui se trouve ĂȘtre responsable de la mort de son pĂšre. Les deux hommes discutent dans la quatorziĂšme scĂšne. On se rend alors compte du fossĂ© qui les sĂ©pare et les oppose. Aucun des deux n’est rĂ©ellement disposĂ© Ă  Ă©couter ni comprendre l’autre. On assiste Ă  un vĂ©ritable dialogue de sourds


À la fin de cet acte, Caligula rĂ©alise qu’il ne ressent plus d’amitiĂ© pour personne, qu’il est seulement animĂ© par le sentiment de mĂ©pris. AĂŻe. 

Acte III – 6 scĂšnes

Le tyran se prĂ©sente dĂ©guisĂ© en la dĂ©esse VĂ©nus. Il force les patriciens Ă  rĂ©citer une priĂšre blasphĂ©matoire. Scipion est outrĂ©, mais Caligula se sent trop puissant et libre comme un dieu qu’il ne se remet pas une seule seconde en question.

HĂ©licon, un ancien esclave affranchi par Caligula, le met en garde : les carottes sont bientĂŽt cuites pour lui, il doit faire attention. Alors Caligula fait ce qu’il y a de plus logique dans cette situation : il s’enterre encore plus dans ses positions. Mieux : il rĂ©clame Ă  HĂ©licon de lui rapporter la lune, pendant qu’il se vernis tranquillement les ongles

Dans cette scĂšne tu pourras ressentir le caractĂšre absurde de la piĂšce : l’auteur y fait un mĂ©lange de burlesque et de comique alors mĂȘme que la situation demanderait un ton tragique (Caligula est quand mĂȘme la cible d’un assassinat organisĂ©).

À la fin de cet acte, le personnage tyrannique reçoit une tablette sur laquelle Cherea, un homme de lettre, lui avoue le projet d’assassinat. Caligula prend (enfin) conscience de la gravitĂ© de la situation.

Acte IV – 14 scĂšnes

Au lieu de logiquement neutraliser chacun des hommes impliquĂ©s dans le complot qui le vise, Caligula organise un concours de poĂ©sie, avec pour thĂšme (attention, c’est subtile) : 💀 « La mort » 💀

Il rejette Scipion, qui choisit de s’exiler, et repousse aussi Caesonia
 avant de l’étrangler. L’amour ne suffit plus Ă  donner un sens Ă  sa vie. 

Seul devant son miroir, il rĂ©alise ce qu’il est devenu et est triste en pensant au fait que personne ne lui a littĂ©ralement offert la lune. Il accepte sa fin, qui devient de plus en plus inĂ©luctable. Et c’est un excellent timing parce que c’est ce moment prĂ©cis que les patriciens choisissent pour l’assassiner en lui plantant, lĂ  encore littĂ©ralement, un couteau dans le dos. 

💡ReprĂ©sentations de la piĂšce dans le monde

Cette piĂšce a connu et connaĂźt encore aujourd’hui un grand succĂšs ! Elle a Ă©tĂ© jouĂ©e partout dans le monde : Ă  la ComĂ©die-Française Ă  Paris, Ă  Londres en Angleterre, Ă  Dublin en Irlande, en Inde, en Hongrie, au Japon, au BrĂ©sil, en Bulgarie


Enjeux principaux de Caligula

📌 Le thĂ©Ăątre de l’absurde 

En quelques points, on t’explique ce que c’est que l’absurde au thĂ©Ăątre au XXe siĂšcle 👌

Contexte

  • Ce mouvement naĂźt Ă  la suite de la Seconde Guerre mondiale. L’atrocitĂ© de cette guerre choque et marque les esprits. Les artistes sont impactĂ©s, ils veulent reprĂ©senter leur sentiment en crĂ©ant un genre qui souligne en mĂȘme temps la violence et l’absurditĂ© du monde.

CaractĂ©ristiques 

  • Il s’oppose au rĂ©alisme et au thĂ©Ăątre traditionnel et ses codes
  • Il mĂȘle comique et tragique pour crĂ©er un malaise chez le spectateur 
  • Il met en avant le fait que le monde est Ă©trange. Certains auteurs par exemple dĂ©cident d’écrire une piĂšce sans histoire. Les actions des personnages sont perturbantes, souvent incohĂ©rentes et dĂ©nuĂ©es de sens.
  • Il rejette toute caractĂ©risation psychologique des personnages. Ce sont des anti-hĂ©ros dont on ne sait rien, on ne connaĂźt pas leur passĂ© ni leur caractĂšre, ou que trĂšs peu.
  • L’un des enjeux principaux est la communication. La parole est au cƓur des piĂšces de thĂ©Ăątre de ce mouvement. Elle est questionnĂ©e, remise en question, les auteurs jouent avec elle et avec le spectateur. 

Exemples de piĂšces absurdes :

  • La cantatrice chauve, EugĂšne Ionesco (1950)
  • En attendant Godot, Samuel Beckett (1952)
  • La Parodie, Arthur Adamov (1947)

📌 Le “cycle de l’absurde”

Albert Camus entame une rĂ©flexion sur la condition humaine. Il voudrait, dans l’idĂ©al, que l’humanisme se gĂ©nĂ©ralise. C’est-Ă -dire que les gens soient plus proches les uns des autres. Pour cette raison, il Ă©crit des histoires dans lesquelles les personnages sont confrontĂ©s Ă  l’absence de solidaritĂ©, Ă  l’individualisme de la sociĂ©tĂ©.

 On compte quatre livres dans ce cycle

  • Caligula (1944)
  • L’Étranger (1942)
  • Le Mythe de Sisyphe (1942)
  • Le Malentendu (1944)

📌 La libertĂ© humaine 

Tout au long de la piĂšce, Caligula recherche la libertĂ©. Il l’expĂ©rimente en faisant un usage illimitĂ© de son pouvoir politique et surtout de son pouvoir sur les autres. 

Il se croit invincible et au-dessus de la mort. Il pense aussi ĂȘtre le seul Ă  avoir compris comment ĂȘtre libre.

Mais finalement, il est celui qui est condamnĂ© : condamnĂ© Ă  ressentir la peine suite Ă  la mort de sa sƓur, Ă  subir sa propre dĂ©mence et sa passion, et condamnĂ© finalement Ă  mourir assassinĂ©. Note cependant qu’il s’est crĂ©Ă© lui-mĂȘme ce piĂšge en commettant de nombreuses erreurs par hybris.

D’autres pistes de rĂ©flexion Ă  explorer :

  • L’hybris et son rĂŽle dans l’histoire politique
  • L’écriture d’une fiction Ă  partir d’un livre historique
  • La cruautĂ© dans l’exercice du pouvoir
  • Le deuil

Analyse d’une citation expliquĂ©e

Enfin ! Mais je ne suis pas fou et mĂȘme je n’ai jamais Ă©tĂ© aussi raisonnable. Simplement, je me suis senti tout d’un coup un besoin d’impossible. (Un temps.) Les choses, telles qu’elles sont, ne me semblent pas satisfaisantes.

Acte 1, scÚne 4 

  • Caligula avait disparu, il vient de rĂ©apparaĂźtre, sale, dans une posture qui trahit de la fatigue et un Ă©tat inhabituel. Il s’adresse Ă  HĂ©licon.
  • Ce passage prĂ©sente le personnage dans sa dĂ©mence. Tu peux y voir le fil directeur de la piĂšce, la volontĂ© du tyran d’obtenir l’impossible.
  • Tu peux y lire un mĂ©lange de dĂ©sir de libertĂ© absolue, une quĂȘte du bonheur mais aussi la marque du deuil et son impact Ă©motionnel. 
  • Le caractĂšre absurde de la piĂšce apparaĂźt aussi ici : il dit trĂšs clairement vouloir l’impossible, tout en Ă©tant convaincu d’ĂȘtre raisonnable, alors que ces deux idĂ©es sont parfaitement Ă  l’opposĂ© l’une de l’autre.

Mais voir se dissiper le sens de cette vie, disparaĂźtre notre raison d’exister, voilĂ  ce qui est insupportable. On ne peut vivre sans raison.

Acte 2, scĂšne 2

  • C’est Cherea qui s’exprime ici en face des patriciens en pleine rĂ©union pour se plaindre du comportement de Caligula et comploter contre lui.
  • Ici, tu peux constater l’opposition entre le tyran et le reste du peuple qui ne conçoivent pas l’idĂ©e d’ĂȘtre libre et le sens de la vie de la mĂȘme façon. Caligula s’est renfermĂ© dans son Ă©goĂŻsme, oubliant le reste du monde. Cette citation interroge les conditions et les limites pour ĂȘtre libre en communautĂ©. En voulant ĂȘtre libre entiĂšrement et sans limite, il rĂ©duit jusqu’à faire disparaĂźtre la possibilitĂ© des autres de l’ĂȘtre.
  • “On ne peut vivre sans raison” : Caligula finit d’ailleurs par en mourir.

On ne comprend pas le destin et c’est pourquoi je me suis fait destin. J’ai pris le visage bĂȘte et incomprĂ©hensible des dieux.

Acte III, scĂšne 2

  • Tu peux lire ici l’ambition du tyran qui tient de la folie. Son Ă©go le pousse Ă  se comparer aux dieux.
  • Tu peux aussi comprendre ici que Caligula a trouvĂ© une parade au doute que subissent tous les hommes, Ă  propos du sens de leur existence, de ce que leur rĂ©serve le futur et leur destin. Il a pris une place qui ne lui appartenait pas en voulant acquĂ©rir trop de libertĂ©. Il a voulu s’accaparer les plus grands des pouvoirs.
  • Dans le mĂȘme temps, cette scĂšne (il se dĂ©guise en VĂ©nus et parade devant son peuple) est un autre exemple d’absurditĂ© donnĂ© par l’auteur. La scĂšne est comique, ridicule et absurde. Caligula reprĂ©sente les plus grandes divinitĂ©s sacrĂ©es
 et il se moque d’elles.

Je suis encore vivant.

Acte IV, scĂšne 14

  • Ce sont les derniers mots de la piĂšce, prononcĂ©s par Caligula.
  • Une des façons de comprendre cette derniĂšre parole est d’y voir l’idĂ©e que cet homme restera Ă  jamais insaisissable pour tous ceux qui l’entourent
  • Tu peux aussi y voir l’écho au dĂ©sir de l’empereur : il se voulait immortel, intouchable par la mort, comme les dieux.
  • Finalement, il est bel et bien toujours vivant : cette piĂšce a continuĂ© d’ĂȘtre jouĂ©e de nombreuses annĂ©es aprĂšs sa publication. Le personnage reste vivant Ă  travers la lecture de cette Ɠuvre et sa mise en scĂšne.

Zoom sur Albert Camus đŸ‘€

Nom et prénomCamus Albert
Dates de vie1913 – 1960
ProfessionsPhilosophe, romancier, dramaturge, essayiste, journaliste
MouvementHumaniste et thĂ©Ăątre de l’absurde
DistinctionsPrix nobel de littérature en 1957
À noterPendant la Seconde Guerre mondiale, il Ă©tait engagĂ© dans la RĂ©sistance française
Autres oeuvres famousL’Étranger (1942), La Peste (1947), Le Mythe de Sisyphe (1942)

Bonne lecture !

Eh voilĂ , Ă  prĂ©sent tu es incollable sur Caligula d’Albert Camus ! On espĂšre que cette fiche t’aura Ă©tĂ© utile 😊

5/5 - (3 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans Ă  partager ? Nous validons ton commentaire et te rĂ©pondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

DĂ©couvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, rĂ©ussir le bac, trouver son stage, gagner en productivitĂ©… À chaque problĂšme son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-mĂȘme ! đŸ’Ș