Le Spleen de Paris de Baudelaire 🏙

Mathilde Ségui - Mis à jour le 15/07/2022
241920

Aaah, Le Spleen de Paris, un sentiment familier pour tout étudiant de province exilé… Eh oui, l’œuvre de Baudelaire, quoique mince, ne se limite pas qu’aux Fleurs du Mal ! Aujourd’hui, on te présente l’œuvre posthume des Petits Poèmes en prose, ou pour respecter le titre de l’auteur, Le Spleen de Paris analyse et pistes de réflexion à l’appui !

Baudelaire Spleen de Paris : présentation

Fiche d’identité 📝

Titre alternatifPetits poèmes en prose
AuteurCharles Baudelaire
Date1869 (posthume)
GenrePoésie (en prose)
Composition50 poèmes en prose

À lire aussi

✅ On te le rappelle comme d’hab, mais pour réaliser tes propres fiches de lecture, ça se passe en vidéo !

Le Spleen de Paris analyse du contexte 🔎

👉 Dans la deuxième moitié du XIX° siècle, la littérature française et notamment la poésie est en plein renouvellement. On veut de la mo-der-ni-té ! Justement, déjà en 1842, un type appelé Aloysius Bertrand s’est dit que ce serait chouette d’écrire de la poésie… sans vers. Il a donc inventé les poèmes en prose avec son recueil Gaspard de la nuit.

Baudelaire est enchanté par cette œuvre originale qui évoque un Moyen-Âge romantique, et a envie de s’en inspirer. Sauf que lui, il veut pousser la modernité à fond et parler à nouveau de la ville, ce thème novateur qu’il avait déjà exploré dans Les Fleurs du Mal.

L’idée m’est venue de tenter quelque chose d’analogue, et d’appliquer à la description de la vie moderne (…) le procédé qu’il avait appliqué à la peinture de la vie ancienne.

Charles Baudelaire

Dédicace du Spleen de Paris

C’est ainsi qu’il se met à écrire plusieurs poèmes en prose, qu’il a l’intention de rassembler sous le titre Le Spleen de Paris. La référence à la section « Spleen et idéal » des Fleurs du Mal est faite exprès. 

👉 40 poèmes paraissent dans différents journaux, et après la mort de Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris est publié à titre posthume par ses amis. L’édition finale est intitulée Petits poèmes en prose, d’où le fait que le recueil soit connu sous deux titres.

Le Spleen de Paris analyse thématique

On ne peut pas te résumer Le Spleen de Paris poème après poème étant donné qu’il y en a pas moins de 50, mais cette fiche de lecture est là pour te donner un aperçu global du recueil Le Spleen de Paris analysé à travers ses thèmes récurrents.

L’expérimentation poétique 🧙‍♂️

La première chose qui frappe dans Le Spleen de Paris, c’est bien évidemment la modernité de sa forme : Baudelaire n’est pas le premier à écrire de la poésie en prose, mais c’est lui qui impulsera les plus grands poètes du genre comme Rimbaud puis les surréalistes.

👉 En fait, Baudelaire en a eu assez des contraintes qui, selon lui, devenaient artificielles et ne servaient plus qu’à freiner son imagination. En supprimant la contrainte du vers, il rend sa poésie plus libre et donc plus fidèle à sa pensée. Mais on ne le formulera jamais aussi bien que le king lui-même :

Une prose poétique, musicale sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s’adapter aux mouvements lyriques de l’âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience »

Charles Baudelaire

Dédicace du Spleen de Paris

👉 Ainsi, on retrouve dans Le Spleen de Paris des poèmes tirés tout droit des Fleurs du Mal, que Baudelaire a pour ainsi dire retranscrits en prose : la plus célèbre de ces réécritures est sans doute « Un hémisphère dans une Chevelure », qui est repris de « La Chevelure » des Fleurs du Mal. Mais il y a aussi une version en prose de « L’invitation au voyage » ou encore de « L’Horloge ».

💡 Tips

On te conseille de comparer les deux versions de ces différents poèmes : c’est plus fun que de se contenter de les lire sans but, et tu admireras le talent de Charles Baudelaire pour rendre poétique le même texte sans vers !

Le Spleen de Paris analyse : la ville 🏙

Baudelaire aime la mer, mais c’est surtout un grand citadin. On le sentait déjà dans les « Tableaux parisiens » des Fleurs du Mal, mais avec Le Spleen de Paris, comme son nom l’indique très bien, c’est tout le recueil qui est imprégné de l’atmosphère de la capitale.

👉 L’une des raisons est que la ville incarne la modernité (on pense que t’as compris maintenant que Baudelaire est plutôt un mec moderne). Eh oui, à l’époque de Baudelaire, les poètes romantiques écrivaient plutôt sur la campagne et la forêt ! Mais chez lui, Paris devient carrément un personnage à part entière.

💡 Au passage…

Quand on parle de l’équation ville = modernité, on pense bien sûr à Baudelaire mais aussi à un autre poète obsédé de modernité… notre pote Guillaume Apollinaire ! On te renvoie à notre fiche de lecture sur les Alcools pour que tu comprennes à quel point son recueil est révolutionnaire (et COMME PAR HASARD, Paris y est là aussi un main character) 😇

👉 L’autre raison, c’est que Baudelaire est fasciné par l’expérience urbaine elle-même : il est plongé au milieu de la foule, mais plus seul que jamais (cf. « La Solitude »). Et, comme tu le sais sans doute, à Paris, on croise aussi bien les plus riches que ceux qui n’ont rien, ce qui ne laisse pas Baudelaire indifférent.

Je sentis ma gorge serrée par la main terrible de l’hystérie, et il me sembla que mes regards étaient offusqués par ces larmes rebelles qui ne veulent pas tomber.

Charles Baudelaire

« Le Vieux saltimbanque »

📌 Il évoque notamment ce thème dans « Le joujou du pauvre », qui montre un gosse de riches avec un super jouet, pourtant envieux d’un enfant pauvre qui joue avec un rat. L’argent ne fait pas le bonheur, comme on dit…

📌 Dans « Le Vieux saltimbanque », il observe un vieux misérable tout seul au milieu d’une foire pleine de monde. ll se rend compte à la fin du poème qu’il voit en lui son avenir, vieux poète oublié par les générations suivantes.

Je viens de voir l’image du vieil homme de lettres qui a survécu à la génération dont il fut le brillant amuseur.

Charles Baudelaire

« Le Vieux saltimbanque »

Entre mélancolie et évasion 🍃

On ne peut pas faire une fiche de lecture sur Le Spleen de Paris analysé sans parler du spleen ! Encore une fois, ce recueil en prose a de grandes similarités avec Les Fleurs du Mal sur le plan thématique, puisque comme on l’a vu, son titre rappelle la section « Spleen et idéal » du recueil en vers.

Rêveries, portraits, anecdotes… Il n’y a pas de fil conducteur dans Le Spleen de Paris, qui est une sorte de mosaïque de poèmes. Mais le recueil est quand même unifié par un ton assez amer, entre ironie, humour noir et désespoir.

💡 Le savais-tu ?

Le fait que Les Fleurs du Mal ait été condamné par la justice a mis Baudelaire dans un sacré pétrin, ce qui n’arrangeait rien à son mood.

👉 Dans « La Chambre double », ce n’est pas la première fois que Baudelaire exprime son angoisse devant le temps qui passe et la fatalité inexorable de la mort qui l’attend au bout.

Oui ! le Temps règne ; il a repris sa brutale dictature.

Charles Baudelaire

« La Chambre double »

👉 Pour tenter d’échapper à ses idées noires, Baudelaire convoque des thèmes familiers des Fleurs du Mal

  • La femme et le plaisir charnel dans « Portraits de maîtresses » et « Un hémisphère dans une chevelure »
  • L’exotisme et le voyage dans « Le Port » et « L’invitation au voyage »
  • Les drogues, alias les « paradis artificiels », avec « Enivrez-vous »
  • L’échappatoire ultime reste… la mort, évoquée dans « Anywhere out of the world » (« N’importe où hors du monde »). 

Bref, c’est toujours aussi joyeux avec Charles Baudelaire ! 🥳

On espère que cette fiche de lecture sur Le Spleen de Paris analysé et commenté t’aura été utile ! On se revoit bientôt pour un nouvel article 🚀

5/5 - (4 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

ebooks

Découvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, réussir le bac, trouver son stage, gagner en productivité… À chaque problème son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-même ! 💪