[HGGSP] De la guerre en Yougoslavie à la Justice Internationale ⚖️

Thomas Gilbert - Mis à jour le 13/06/2022
guerre de yougoslavie

Alors que la guerre froide touche à sa fin au début des années 1990, l’ouest du continent européen est frappé par la guerre de Yougoslavie. État fédéral réunissant plusieurs peuples, la succession de guerres d’indépendance a fait réapparaître la guerre sur le sol européen. 

Cet épisode aura permis aux Nations Unis de mettre en place un tribunal international pour juger les différents auteurs de crimes de guerre. Dans cet article, on passe en revue le conflit et la création de cette instance internationale. C’est parti ! 👊

L’histoire de la Yougoslavie en bref 📚

Les débuts d’une union difficile 😬

Tout commence en 1878, l’année des ruptures. Pendant un mois, du 13 juin au 13 juillet s’est tenu le Congrès des nations à Berlin.

À cette occasion, les pays occidentaux participants, reconnaissaient par traité l’indépendance de la Serbie autrefois annexée à l’empire Ottoman et les Croates se détachent de l’empire Austro-Hongrois.

En 1918, à la fin de la première guerre mondiale, Serbes, Croates et Slovènes décident de s’unir sous une même bannière. Une monarchie dominée par les Serbes. En 1929, cette union devient «Les pays slaves du Sud », autrement dit le royaume de Yougoslavie.

Carte des balkans en 1878

Tout le monde ne se réjouit pas de cette union. Le lendemain de la proclamation officielle, un mouvement séparatiste ultranationaliste croate voit le jour : les Oustachis.

👉 Ils parviennent à assassiner le roi Alexandre Ier de Yougoslavie lors de sa visite officielle à Marseille le 9 octobre 1934. Ce qui fragilise grandement le royaume à l’aube de la Seconde Guerre mondiale.

La Yougoslavie parvient à rester en dehors du conflit jusqu’au 6 avril 1941 quand les nazis envahissent le pays. Hitler souhaitait stabiliser la situation dans les Balkans pour y prendre appui avant de se tourner vers l’URSS.

Les nazis sont émerveillés par les Oustachis, à qui ils confient la gestion du nouvel état Croate incluant la Bosnie-Herzégovine. Les Oustachis prennent ensuite exemple sur leurs nouveaux potes…

Ils massacrent les habitants par villages entiers, ou bien raflent des milliers de personnes qui sont ensuite dirigées vers des camps de concentration, les plus importants étant ceux de Jasenovac et Stara Gradiska.

Mémorial de Jasenovac

À lire aussi

Tu veux aller plus loin sur la Seconde Guerre mondiale ? Viens lire notre article ! 😎

Vers une union fédérale ? 🤔

Heureusement la résistance s’organise en Serbie qui forme le plus gros des troupes. Plusieurs centaines de milliers d’hommes trouvent la mort pour libérer la Yougoslavie de l’occupation.

💡 Le pays est divisé en deux

📌 Les Tchetniks, un mouvement royaliste qui souhaite la domination des Serbes, soutenue par le gouvernement exilé en Grande-Bretagne

📌 Les Partisans, des communistes dirigés par le Maréchal Josip Broz dit « Tito » qui défend une vision Marxiste et fédérale de la Yougoslavie.

Autant te dire que la coopération entre eux est inexistante, pendant l’occupation ils préféraient se quereller pour savoir qui prendra le pouvoir après la guerre… 🙄

Les Partisans finissent par remporter la victoire sur les Allemands sans l’intervention de l’Armée Rouge pour les aider. C’est l’un des seuls pays voisins de l’URSS à avoir réussi ce tour de force.

Le 29 novembre 1945 est proclamée la République Fédérative Populaire de Yougoslavie. Le bilan est lourd : près d’un million de morts, 20 % des habitations, des usines et des terres agricoles sont rasées.

La république fédérale est composée de :

  • La Croatie
  • La Serbie
  • La Slovénie
  • Le Monténégro
  • La macédoine
  • La Bosnie-Herzégovine

👉 La yougoslavie comporte également deux provinces autonomes rattachées à la Serbie : le Voïvodine et le Kosovo.

Carte de la Yougoslavie en 1945
Le Maréchal Tito en 1948

En 1945, Tito est le leader de la résistance et dispose de la légitimité pour gouverner le pays.

En 1948, trop attaché à l’indépendance Yougoslave, il choisit de couper les ponts avec les Soviétiques même s’ils étaient plutôt potes jusque-là.

C’est le premier pays à être non-aligné pendant la guerre froide.

Sous Tito, la Yougoslavie fait un virage vers la dictature mais connaît la stabilité. C’est un état communiste répressif envers les opposants au parti unique le PCY, le Parti Communiste Yougoslave.

En 1974, la Yougoslavie adopte une constitution qui prône l’harmonie entre toutes les nations et les religions. Le pays constitue alors un modèle de cohabitation culturel, multi-ethnique et multi-religieux.

Clémence

HEC Paris

21€/h/h

Antoine

Sciences Po Paris

18€/h/h

Pierre

ESSEC

16€/h

Olivier

La Sorbonne

13€/h

Alma

ENS Paris-Saclay

24€/h

David

EDHEC

25€/h

Ton premier cours particulier de géopolitique est offert ! 🎁

Fais-toi guider par un étudiant passé par une des meilleures écoles de France.

J’EN PROFITE MAINTENANT

L’éclatement de la république fédérale 🪖

Guerres de Yougoslavie : résumé 💥

Tito décède en 1980, la stabilité qu’il incarnait s’évapore et les rancœurs entre les pays Slaves, longtemps enterrées, se mettent à refaire surface. Une présidence tournante est mise en place, ce qui incite indirectement la montée des nationalismes.

💡 Le point def’

Le nationalisme, c’est une doctrine politique qui est née à la fin du 18ème siècle, qui tend à légitimer l’existence d’un État-nation pour chaque peuple.

La Serbie perd en influence au fil des présidences jusqu’à ce que Slobodan Milosevic, prenne la tête de la république fédérale et concentre tous les pouvoirs à Belgrade, la capitale serbe et fédérale.

La guerre en ex-Yougoslavie est assimilée à une succession de guerres d’indépendance. On peut également qualifier de guerres civiles, puisqu’elles interviennent au sein d’un même pays. Chacun de ces conflits (à l’exception de celui en Macédoine) inculpe les Serbes. 

Portrait de Slobodan Milosevic

Lors de l’indépendance de chaque pays de l’ex-Yougoslavie, les Serbes cherchaient à délivrer les populations serbes pour construire une grande Serbie. Pour eux, chaque endroit où vivaient majoritairement des Serbes constituait une province serbe. En bref, les déclarations d’indépendance s’enchaînent et la Serbie attaque chacun de ces pays.

💡 Le savais-tu ?

C’est le même exemple pour la Crimée annexée par la Russie en 2014, la province ukrainienne est peuplée majoritairement par des russophones favorables à la Russie. C’est cette proximité culturelle qui a justifié l’intervention militaire russe et l’annexion de la région.

À lire aussi

Tu veux en savoir plus sur la crise en Ukraine ? Viens lire notre article ! 🧐

📌 La guerre de Slovénie ou guerre de dix jours (27 juin – 6 juillet 1991)       

Elle proclame son indépendance en première parce que le pays en a ras le bol de payer pour la dette des autres. La Slovénie est un pays riche, héritier de la culture austro-hongroise. On considère souvent le pays comme une petite Autriche habitée par des slaves.

En 1991, la Slovénie constituait ¼ du PIB yougoslave. Ce conflit durera seulement 10 jours puisque les Serbes ne souhaitaient pas attaquer la Slovénie.

📌 La guerre de Croatie (1991-1995)

Quelques mois après la Slovénie, la Croatie lui emboîte le pas et réclame elle aussi son indépendance. La guerre survient principalement entre les Croates et les Serbes à l’intérieur du pays. Beaucoup de Serbes vivaient dans le pays, leur rancœur s’est réveillée à la mort de Tito et sans toit fédéral pour les protéger, ils se sentaient menacés à l’idée d’être traités comme une minorité sans droit.  

En 1995, la Croatie a repris le tiers de son territoire, anciennement conquis par les Serbes.

📌 Guerre de Bosnie-Herzégovine (1992 – 1995)

En février 1992, l’ONU envoie des hommes, conscient que la situation dégénère en Croatie. La même année, la guerre en Bosnie démarre. Le conflit opposait les indépendantistes bosniaques et des milices serbes, l’armée yougoslave n’interviendra pas officiellement.

💡 Le savais-tu ?

Durant l’été 1992, des journalistes occidentaux dénoncent l’existence de « camps » dans les territoires de Bosnie-Herzégovine contrôlés par les Serbes. Ils y pratiquent des persécutions selon des critères ethniques. Ce sont ces crimes de guerre qui vont donner naissance à la formule de « purification ethnique ».

Les Bosniaques musulmans sont massacrés, le pays est le théâtre d’une épuration ethnique qui ne va pas sans rappeler les traumatismes subis sous l’occupation nazie.

👉 C’est le massacre de Srebrenica : plus de 8000 hommes et adolescents Bosniaques y ont trouvé la mort. Milosevic se taille alors la réputation de « boucher des Balkans »

Mémorial de Srebrenica en Bosnie-Herzégovine

La guerre en Bosnie-Herzégovine prend fin en octobre 1995 avec l’intervention des États-Unis et de l’OTAN.

Les accords de Dayton, sont négociés par les diplomates américains avec l’aide de plusieurs États européens. Ils sont signés à Paris le 14 décembre 1995. Ils stipulent que Croatie et Serbie auront chacune une part du gâteau. La Bosnie-Herzégovine est alors divisée en deux entités :

👉 La République serbe de Bosnie-Herzégovine
👉 La Fédération Croato-Bosniaque.

La signature des accords de Dayton à Paris

📌 Guerre du Kosovo (1998-1999)

Bataille du Kosovo Polje.

Dans un sens, on peut dire que les Serbes se sont inventé un devoir de reconquête. Historiquement, le Kosovo est une province Slave. Elle a été perdue au profit des Ottomans en 1389 lors de la bataille du Kosovo Polje.

👉 Cet énième conflit mènera à une intervention forte de l’OTAN. Après le génocide de musulmans kosovars, la Serbie est bombardée par l’OTAN du 24 mars 1999 au 10 juin 1999, pour aboutir à la création du Kosovo indépendant.

📌 L’insurrection en Macédoine (2001)

L’insurrection des Albanais en Macédoine pour le rattachement de leur province à l’Albanie voisine est la cause de tous les conflits. Les Albanais sont principalement musulmans et constituent 25 % de la population de la Macédoine. L’OTAN intervient rapidement et met fin à la guerre. Néanmoins les tensions entre les deux peuples sont toujours visibles aujourd’hui.

👉 Pour résumer, les guerres de l’ex-Yougoslavie ont permis d’illustrer l’inefficacité de l’Europe en matière de conflits armés. Les troupes de l’ONU déployées en Yougoslavie ont brillé par leur inaction.

Casque bleu à l’aéroporto de Sarajevo en 1992

Les Casques bleus se sont contentés d’acheminer l’aide humanitaire mais ne parviennent pas à empêcher les massacres ni à arrêter les conflits.
Finalement, le réveil des tensions ancestrales balkaniques ont fait pas moins de 140,000 morts dans l’ensemble des pays Slaves du Sud.

L’origine des guerres : des causes plurielles 🤔

L’Europe n’avait pas connu de guerre sur son territoire depuis 1945. Elle qui croyait vivre en paix après l’effondrement de l’Union Soviétique, découvre avec horreur les bombardements de populations civiles, les crimes de guerre et le déchaînement de violences entre les différentes communautés. 

Plusieurs causes ont entrainé ces différents conflits :

📌 La mort de Tito en 1980, le dirigeant yougoslave de 1945 à 1980 est l’une des principales raisons de l’unification yougoslave. Sa mort sans successeur a contribué à désunir la République yougoslave.

📌 La chute du mur de Berlin en 1989, qui met fin à la guerre froide et incite l’occidentalisation de certains pays slaves.

📌 Les religions : La région des Balkans, a autrefois été partagé entre l’empire austro-hongrois, l’empire ottoman et l’influence russe. Aujourd’hui la région a hérité de trois religions, respectivement, le Catholicisme, l’Islam et l’Orthodoxie.

📌 L’histoire : La trahison croate vis-à-vis des Serbes en Autriche-Hongrie au début du 20ème siècle, l’oppression ottomane sur les Serbes, l’oppression subie par les Albanais au temps de la Seconde Guerre mondiale. Ce passé n’a pas aidé à la cohésion de la Yougoslavie.

📌 L’égoïsme de chacun : l’inaction de l’Europe, le nationalisme et la quête d’indépendance de chacun a joué en faveur de la guerre. Le nationalisme a toujours été une partie intégrante de ses peuples, d’abord en Autriche-Hongrie par les Serbo-Croates puis dans le royaume des Serbes, Croates et Slovène.

Martin

HEC Paris

23€/h

Jade

Sciences Po Paris

21€/h

Emilie

Sciences Po Lyon

19€/h

Victor

ESCP

25€/h

Sophie

Sciences Po Bordeaux

12€/h

Jeanne

Aix-Marseille Université

17€/h

Besoin d’un prof particulier de géopolitique ?

Nos Sherpas sont là pour t’aider à progresser et prendre confiance en toi.

PRENDRE UN COURS GRATUIT

La mise en place d’une justice internationale ⚖️

En 1993, malgré l’intervention conjointe de l’ONU et de l’OTAN, le conflit semble s’éterniser. Le 25 mai de la même année, le Conseil de Sécurité de l’ONU décide créer le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY)

💡 Le savais-tu ?

C’est le tout premier tribunal international d’origine civile, chargé de juger les auteurs de crimes de guerre depuis les tribunaux militaires de Nuremberg et de Tokyo qui ont conclu le chapitre de la Seconde Guerre mondiale.

Ce tribunal apparait alors comme une compensation face à l’inaction des grandes puissances devant la guerre civile qui ravage le pays. Les États-Unis et la France en sont à l’initiative. Sa création marque le début du droit international, avec une juridiction neutre et impartiale.

Le tribunal est notamment un pionnier en matière de justice internationale. Il est la preuve de la possibilité de juger des criminels de guerre, y compris des chefs d’État.

Le TPIY a ouvert la voie à la pratique, aujourd’hui courante, de traduire en justice des criminels de guerre d’où qu’ils viennent.

💡 Quelques procès célèbres

  • Le président de la République de Serbie, Slobodan Milosevic, a été accusé de crime de guerre, de crime contre l’humanité et de génocide. Il meurt en 2006 durant la cinquième année de son procès.
  • En 2017, Ratko Mladic, commandant en chef de l’armée de la République serbe de Bosnie-Herzégovine, est reconnu coupable de génocide et condamné à la prison à perpétuité
  • En mars 2019, le président de la République serbe de Bosnie-Herzégovine, Radovan Karadzic, est inculpé pour génocide et condamné à une peine de prison à perpétuité.

Conclusion sur la Guerre de Yougoslavie 🧐

Les missions du Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie sont :

📌 Juger les coupables de violations du droit international humanitaire en ex-Yougoslavie. Le tribunal recense 4 types de crimes : le génocide, les crimes contre l’humanité, les crimes de guerre, les infractions graves aux Conventions de Genève 

📌 Aider les pays concernés à faire face aux événements récents et les accompagner vers une réconciliation

Sur ce dernier point, on peut considérer que la mission du Tribunal est un échec. Après sa mise en place, les Serbes le considèrent comme une sanction à leur égard et ne reconnaîtront jamais sa légitimité. Depuis la fin de la mission du TPIY et sa dissolution en 2017, les dirigeants politiques locaux n’ont jamais cherché à se réconcilier, les nationalismes sont toujours aussi forts dans la région.

Le TPIY a néanmoins ouvert la voie à une justice internationale permanente, l’expérience a notamment conduit à la création de La Cour pénale internationale (CPI) en 2002. Elle poursuit les crimes de guerre, les génocides ou les crimes contre l’humanité. Elle siège à La Haye, aux Pays-Bas.

5/5 - (3 votes)
profile picture
Thomas Gilbert
Salut ! Moi c'est Thomas. Dans le cadre de mon Master Métier de la Rédaction et de la Traduction j'ai choisi de rejoindre la rédaction chez Les Sherpas ! J'espère que mes articles te plairont ✌️

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

Ebook

Notre ebook pour réussir le bac

Télécharge notre guide et découvre comment réussir le bac grâce à nos conseils et nos méthodes ! 👩🏻‍🎓