Comprendre la catastrophe Ă©conomique au Liban đŸŒĄïž

Francois Vuillerme - Mis Ă  jour le 19/03/2021
Le liban

Pays qui fut perçu Ă  une Ă©poque comme la « Suisse du Moyen-Orient », le Liban se retrouve actuellement dans un marasme Ă©conomique dramatique. Le manque d’argent public empĂȘche le pays de payer correctement ses crĂ©ances envers les centrales Ă©lectriques : le ministre de l’Énergie a donc menacĂ© le pays tout entier de priver chaque foyer d’électricitĂ© s’il n’y a aucun versement massif d’argent vers les partenaires Ă©nergĂ©tiques dans les prochaines semaines. Ceci est une preuve des difficultĂ©s Ă©conomiques que connaĂźt le pays mais nous allons t’expliquer comment le Liban est arrivĂ© dans cette situation.

đŸ‘‰đŸ» La crise n’est pas qu’économique : elle est aussi sociale et politique. Notre mission dans cet article sera de t’expliquer (de la maniĂšre la plus exhaustive possible) comment le Liban fait aujourd’hui face aux problĂšmes qui le rongent depuis plusieurs annĂ©es et d’oĂč ils proviennent. Alors quels sont les rĂ©sultats visibles aujourd’hui et comment en est-on arrivĂ© lĂ  ? đŸ€”

Le Liban : un pays plongĂ© dans une crise Ă  tous les niveauxđŸ’„

Une crise qui touche le peuple dans son entiĂšretĂ© 

💰 Le pays rencontre aujourd’hui une crise socio-Ă©conomique sans prĂ©cĂ©dent si bien que l’on peut parler d’un potentiel effondrement du pays. En plus des difficultĂ©s internes que connaĂźt le Liban (corruption et incompĂ©tence des dirigeants ou encore manifestations de la population), le pays doit faire face aux nombreuses pressions de la communautĂ© internationale.

Tout d’abord, la crise est Ă©conomique et a pour rĂ©sultat la fragilitĂ© Ă©nergĂ©tique. Cette fragilitĂ© n’est pas rĂ©cente, les Libanais possĂ©dant gĂ©nĂ©ralement des groupes Ă©lectrogĂšnes car les pannes sont rĂ©currentes depuis des annĂ©es, mais elle est en train d’atteindre un tout autre niveau. Nous parlons ici d’une panne d’électricitĂ© Ă  grande Ă©chelle, qui toucherait toute la population. L’incapacitĂ© de l’Etat Ă  rembourser ses dettes dans le secteur de l’énergie va donc amener dans les prochaines semaines de nouvelles difficultĂ©s que la population locale pourra difficilement surmonter seule.

đŸ‘‰đŸ» Ces problĂšmes Ă©nergĂ©tiques ne sont finalement qu’une preuve des difficultĂ©s que connaĂźt le Liban au niveau politique : les dirigeants sont incompĂ©tents, bien souvent corrompus et totalement dĂ©connectĂ©s du peuple. Depuis le retrait du gouvernement de Saad Hariri en 2019 suite aux fortes manifestations que connaissait le pays, le Liban n’a pas rĂ©ussi Ă  garder un gouvernement stable et donc ne peut pas travailler sur les grandes questions politiques. Ceci est une des raisons qui expliquent la catastrophe que le pays connaĂźt actuellement mais nous en reparlerons plus tard.

  • Cette crise Ă©conomique libanaise produit donc des rĂ©sultats dĂ©plorables sur l’ensemble du territoire : Le prix des produits de premiĂšre nĂ©cessitĂ© s’est envolĂ©.đŸ”„ La nourriture, l’essence et mĂȘme les mĂ©dicaments voient leur prix exploser. Pour donner un exemple probant, le prix d’un paquet de pĂątes est de 5 euros au Liban. Un prix totalement disproportionnĂ© dans un pays oĂč le salaire minimum est Ă  70 euros par mois.
  • La pauvretĂ© fait une percĂ©e record depuis de nombreux mois. D’aprĂšs les derniĂšres estimations, plus de la moitiĂ© de la population libanaise est en situation de pauvretĂ©. Si l’on observe les chiffres de 2019, on constate que cette estimation a doublĂ© !đŸ’„
  • La crise Ă©conomique est un frein majeur Ă  toutes solutions face Ă  la crise sanitaire. 💰 Les Libanais s’appauvrissent et de nombreux citoyens n’ont pas les moyens de se faire soigner. Les hĂŽpitaux ne peuvent se fournir correctement en oxygĂšne.
  • La pauvretĂ© et l’insalubritĂ© des structures (qui ne trouvent plus les fonds pour ĂȘtre amĂ©liorĂ©es) poussent la classe moyenne libanaise Ă  fuir le pays. On constate une accĂ©lĂ©ration du phĂ©nomĂšne de « Brain Drain » (la « fuite des cerveaux ») vers les pays plus dĂ©veloppĂ©s. Cette fuite de la classe moyenne possĂšde 2 consĂ©quences majeures. La premiĂšre est celle d’une fuite des capitaux ce qui va accroĂźtre les difficultĂ©s que rencontre le pays. La seconde consĂ©quence est celle de la disparition des travailleurs les plus qualifiĂ©s et des intellectuels, ceux qui pouvaient justement trouver une solution viable sur le long-terme.đŸ’„
  • Cette crise Ă©conomique a bien entendu une rĂ©percussion sur les salaires et sur le travail au Liban. 💰 Les entreprises meurent ou sont devenues plus frileuses et attentives Ă  la situation, ce qui augmente naturellement le chĂŽmage.
  • On peut observer une hausse des manifestations depuis les derniers mois.đŸ’„ Le peuple rĂ©clamant des solutions et des sanctions Ă  son gouvernement inactif.
Une pauvretĂ© qui pousse Ă  l’endettement…

Cet effondrement Ă©conomique et social est en train de se prĂ©ciser alors que la possibilitĂ© d’une aide du Fond MonĂ©taire International (FMI) par injection de monnaie devient de moins en moins sĂ»re. Cette injection de monnaie est capitale pour le Liban car seul remĂšde pouvant ramener l’inflation Ă  un degrĂ© moindre. Le pays est en perte de crĂ©dibilitĂ© et en manque de solvabilitĂ© ; cela pousse les grands prĂȘteurs Ă  ne pas accorder de crĂ©dits. Pour le moment, le FMI attend les rĂ©sultats d’analyse de solvabilitĂ© du pays avant d’émettre son opinion finale et non-nĂ©gociable.

đŸ‘‰đŸ» En plus du FMI, les autres pays font aussi pression sur le Liban. Jean-Yves le Driand, ministre des Affaires Ă©trangĂšres de France, accuse les dirigeants libanais de « non-assistance Ă  pays en danger ». La communautĂ© internationale pousse le gouvernement libanais Ă  trouver une solution et Ă  accepter l’aide des instances supranationales contre des rĂ©formes structurelles importantes.

Comment en est-on arrivĂ© lĂ  ? đŸ€”

đŸ‘‰đŸ» Il est important de prĂ©ciser que la livre libanaise a perdu prĂšs de 85% de sa valeur en 2 ans.đŸ”„

💰 Aujourd’hui, 1 dollar amĂ©ricain Ă©quivaut 10 000 livres libanaises sur le marchĂ© noir (car le pays a restreint l’accĂšs aux dollars pour prĂ©venir les risques). Cette dĂ©valuation de la livre libanaise aura plusieurs consĂ©quences, notamment la baisse des prix des produits exportĂ©s par rapport au produit importĂ©, ce qui fait dysfonctionner la balance commerciale du pays et favorise donc la crise. Cette crise Ă©conomique n’est donc pas rĂ©cente : elle est le rĂ©sultat d’un processus qui a durĂ© plusieurs annĂ©es.

C’est avant tout l’inaction du gouvernement quant Ă  la prĂ©vention de cette perte de valeur qui va amener le Liban dans le marasme actuel. Cette inflation aurait donc potentiellement pu ĂȘtre contrĂŽlĂ©e mais elle n’a pas Ă©tĂ© traitĂ©e. DĂ©sormais, elle touche tous les corps de mĂ©tiers de la sociĂ©tĂ© : l’armĂ©e libanaise ne va plus servir de viande dans les rations pour les soldats Ă  cause de cela.

đŸ‘‰đŸ» Cette crise financiĂšre et cet endettement catastrophique sont donc avant tout les consĂ©quences d’une mauvaise gestion de la part du gouvernement. La facture de l’électricitĂ© est donc impossible Ă  rembourser du fait de la mauvaise gestion du budget de l’Etat surtout depuis 2019, date qui correspond Ă  la dĂ©mission du gouvernement sous Saad Hariri, ex-prĂ©sident du Conseil des ministres au Liban. Le Liban connaĂźt en effet des difficultĂ©s politiques depuis plusieurs annĂ©es.

En 2019, le gouvernement libanais a dĂ©cidĂ© de taxer fortement les appels Whatsapp, ce qui a mis le feu aux poudres. Il faut bien comprendre que les Libanais connaissent dĂ©jĂ  de nombreuses difficultĂ©s, cette question des taxes n’est qu’un prĂ©texte Ă  l’explosion de colĂšre qui va suivre
 exactement comme la question de l’essence en France avec la crise des gilets jaunes ! Mais revenons au Liban.

Saad Hariri, président du Conseil des ministres, démissionne avec son gouvernement en 2019

đŸ‘‰đŸ» Les manifestations de 2019 au Liban furent si importantes qu’il a suffi de treize jours pour que le gouvernement de l’époque dĂ©missionne. Les manifestants (qui reprĂ©sentaient  la moitiĂ© de la population libanaise !) obtinrent alors ce qu’il souhaitaient : le dĂ©part de tous les dĂ©cideurs de l’Etat, jugĂ©s incompĂ©tents et corrompus.đŸ’„

Le problĂšme fut alors de reconstruire ce gouvernement et c’est encore aujourd’hui une question majeure pour le pays ! D’autres gouvernements ont dĂ©missionnĂ© entre temps, il y eut de nombreux remaniement, des choix plus ou moins populaires (notamment Ă  cause de la Constitution libanaise oĂč certains postes doivent ĂȘtre aux mains d’un chrĂ©tien ou d’un musulman. On n’abordera pas plus que cela la question de la religion mĂȘme si elle reste importante dans la politique libanaise) et de ce fait des gestions totalement incohĂ©rentes et dĂ©connectĂ©es des besoins de la population. Ce climat n’était pas le terreau propice Ă  une rĂ©solution efficace des difficultĂ©s Ă©conomiques qui se prĂ©cisait alors que le pays n’avait aucun gouvernement stable. N’oublions pas que l’apparition de la crise sanitaire et le confinement mondial, sont venus apporter le coup de grĂące au Liban.

En plus des problĂ©matiques internes que rencontrent le Liban, le pays a Ă©tĂ© fortement impactĂ© par le conflit chez son voisin direct: la Syrie.đŸ’„

Ce conflit affecte le Liban sur le plan Ă©conomique, social et sĂ©curitaire. Ce conflit a effectivement plusieurs consĂ©quences pour le dĂ©veloppement libanais : 

  • On peut observer un fort ralentissement de l’activitĂ© commerciale et financiĂšre pour le pays puisque la Syrie Ă©tait un partenaire proche et privilĂ©giĂ©. 💰
  • L’afflux de rĂ©fugiĂ©s syriens va amener une fragilisation du tissu social libanais, dĂ©jĂ  assez affaibli.
  • Le conflit a dĂ©passĂ© la frontiĂšre syrienne et est devenu clivant pour la population libanaise, partagĂ© entre dĂ©fenseur et opposant du rĂ©gime de Damas. 

Conclusion  ❀

Le Liban n’est clairement pas au bout de ses peines et n’a que peu de soutien pour faire face Ă  cette crise sans prĂ©cĂ©dent depuis la Guerre Civile (1975-1990) qui a rongĂ© le pays.đŸ”„ Il s’agit aujourd’hui d’un pays sans horizon pour le peuple qui s’appauvrit et fuit Ă  la recherche d’un Etat plus fort et plus stable. Il va ĂȘtre important d’observer les prochains mois pour comprendre si le Liban s’effondrera Ă  la maniĂšre du Venezuela quelques annĂ©es auparavant ou si, au contraire, il va rĂ©ussir Ă  sortir de ses terribles dĂ©fauts structurels. 💰

4.7/5 - (4 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans Ă  partager ? Nous validons ton commentaire et te rĂ©pondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

DĂ©couvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, rĂ©ussir le bac, trouver son stage, gagner en productivitĂ©… À chaque problĂšme son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-mĂȘme ! đŸ’Ș