Hong Kong-Chine : la fin du « un État, deux systĂšmes » ? 🇭🇰

Martin Mortamet - Mis Ă  jour le 19/07/2021
189981

“La rĂ©gĂ©nĂ©ration impĂ©riale” (“Minzu Fuxing”) de la Chine, c’est l’idĂ©al du “pĂšre de la Chine moderne”, Sun Yat-sen, et l’objectif ultime de la RĂ©publique Populaire de Chine de Xi Jinping. Une telle renaissance reposait notamment pour Sun Yat-sen sur l’effacement de l’humiliation des traitĂ©s inĂ©gaux imposĂ©s par les puissances colonisatrices europĂ©ennes au XIXe siĂšcle. 📜

L’un de ces traitĂ©s, le traitĂ© de Nankin de 1842, cĂšde Hong Kong au Royaume-Uni aux dĂ©pens de la Chine. Ce n’est que 155 ans aprĂšs, en 1997 que Hong Kong est rĂ©trocĂ©dĂ© Ă  la Chine, tout en conservant un statut particulier : le libĂ©ralisme politique propre Ă  la RĂ©gion Administrative SpĂ©ciale (RAS) forge alors l’expression “un État, deux systĂšmes”.

Une telle rĂ©trocession constitue alors une Ă©tape majeure du “Minzu Fuxing”. Mais la Chine de Xi Jinping ne semble pas se contenter du “un Etat, deux systĂšmes”. 😯

Hong Kong Chine : la “rĂ©gĂ©nĂ©ration impĂ©riale” doit-elle passer par la fin du statut politique spĂ©cial de Hong Kong ? Les libertĂ©s des hongkongais sont-elles menacĂ©es ? Retour sur la crise qui frappe Hong Kong depuis 2019. đŸ’„

Durcissement de la politique de PĂ©kin et revendications dĂ©mocratiques ✊

La “Loi fondamentale” de 1997 📃

La rĂ©trocession de Hongkong Ă  la Chine en 1997 passe par l’adoption d’une “Loi
Fondamentale” dĂ©finissant le statut de l’ancienne colonie. C’est cette loi qui forge le principe “un État, deux systĂšmes”.

Elle dĂ©finit alors le systĂšme politique qui rĂ©git la nouvelle RAS, celui d’une dĂ©mocratie libĂ©rale : les droits sociaux et civiques ainsi que et les libertĂ©s individuelles (libertĂ© d’expression, d’opinion, de la presse notamment) sont maintenus. Le multipartisme s’oppose Ă  la domination de l’unique PCC (Parti Communiste Chinois) Ă  Beijing, et la Loi promet Ă©galement l’élection au suffrage universel de l’exĂ©cutif de la rĂ©gion.

👉 Ce statut particulier est prĂ©vu pour 50 ans, jusqu’à 2047 et une rĂ©intĂ©gration au sein du systĂšme politique chinois.

Un durcissement de la politique de la Chine Ă  l’égard de Hong Kong sous Xi Jinping 😬

Alors que le virage Ă©conomique libĂ©ral de la Chine de 1979 n’a pas mis fin Ă  l’autoritarisme chinois, l’arrivĂ©e de Xi Jinping Ă  la tĂȘte de la RPC en 2012 a renforcĂ© le caractĂšre autoritaire et nationaliste de l’Etat chinois.

La rĂ©pression des opposants et des minoritĂ©s, lancĂ©e depuis des annĂ©es, se renforce : la communautĂ© ouĂŻghoure (minoritĂ© musulmane turcophone), notamment, en fait les frais. 👊

👉 La rĂ©pression politique des opposants au pouvoir central de PĂ©kin touche l’ensemble de la Chine, et en particulier le dernier bastion libĂ©ral de Chine continentale : Hongkong. Ainsi, en 2015, cinq Ă©diteurs hongkongais publiant des ouvrages interdits en Chine ont Ă©tĂ© enlevĂ©s.

Un renforcement des revendications dĂ©mocratiques Ă  Hong Kong đŸ’Ș

La volontĂ© de PĂ©kin de renforcer son autoritĂ© sur la RĂ©gion Administrative SpĂ©ciale suscite la vive contestation des pro-dĂ©mocrates hongkongais. En 2014, alors que PĂ©kin souhaite imposer un contrĂŽle absolu de la RPC sur les candidats Ă  l’exĂ©cutif de 2017, le “mouvement des parapluies” qui s’y oppose entre octobre et dĂ©cembre constitue une premiĂšre Ă©tape de la montĂ©e du mouvement pro-dĂ©mocratie Ă  Hong Kong.

Ces protestations, qui rĂ©unissent 1 million de personnes, sont un Ă©chec, puisqu’elles n’empĂȘchent pas la Chine d’accroĂźtre son droit de regard sur les Ă©lections de l’exĂ©cutif local.

👉 Mais elles sont Ă  l’origine d’une radicalisation des revendications dĂ©mocratiques dans la rĂ©gion : le mouvement pro-dĂ©mocratie prend de l’ampleur et devient, en partie, un courant indĂ©pendantiste.

Ainsi, les partis “localistes” montent progressivement en puissance et signent une premiĂšre victoire Ă©lectorale en 2016, avec l’entrĂ©e de dĂ©putĂ©s indĂ©pendantistes au parlement hongkongais.

2019 (l’espoir) : avant la COVID-19, “la rĂ©volte des masques” đŸ˜·

L’annĂ©e 2019 a Ă©tĂ© une annĂ©e marquĂ©e par de nombreuses contestations partout dans le monde, y compris en Chine : aux protestations contre le renforcement de la rĂ©pression contre les ouĂŻghours, il faut ajouter la rĂ©volte des citoyens hongkongais. ✊

Celle-ci est nĂ©e dĂ©but 2019 d’une proposition de loi d’extradition Ă  Hongkong, autorisant donc les extraditions de prisonniers hongkongais vers la Chine. Le projet de loi est alors vivement critiquĂ© comme une rĂ©duction de l’indĂ©pendance judiciaire de la RAS de Hongkong. D’autant plus que l’on craint que ces extraditions soient souvent d’ordre politique et concernent des activistes indĂ©pendantistes.

Des manifestations historiques 🙌

Des manifestations sont organisées à partir de mars, puis les premiÚres protestations majeures surviennent en juin 2019 :

1ïžâƒŁ Le 9 juin, une manifestation organisĂ©e par le CHRF (Front civil des droits de l’homme) rĂ©unit 1 million de personnes.

2ïžâƒŁ Elle est suivie de la “marche noire” du 16 juin, qui rĂ©unit cette fois 2 millions de personnes, soit plus du quart de la population de HK, et aboutit Ă  la suspension du projet de loi controversĂ©. Il s’agit alors de la plus grande manifestation de l’histoire de Hong Kong, dĂ©passant le taux de participation des protestations en soutien aux manifestants de la place Tian’anmen en 1989.

Les contestations se maintiennent les mois suivants. Les hongkongais demandent la dĂ©mission du chef de l’exĂ©cutif Carrie Lam, Ă  l’initiative du projet de loi, et la libĂ©ration de manifestants arrĂȘtĂ©s. En consĂ©quence, la rĂ©pression se poursuit et les violences policiĂšres sont dĂ©noncĂ©es par des organisations de dĂ©fense des droits de l’homme comme Amnesty International.

3ïžâƒŁ Le 31 octobre, de nouvelles contestations ont lieu pour protester contre l’interdiction du port du masque, alors qu’Halloween allait ĂȘtre l’occasion de nouvelles revendications. Le masque devient alors un symbole et le mouvement devient “la rĂ©volte des masques”.

Deux États, deux systĂšmes ? đŸ€”

L’annĂ©e 2019 se solde surtout par une victoire Ă©crasante des pro-dĂ©mocrates (80% des voix) contre les soutiens du pouvoir central pĂ©kinois aux Ă©lections lĂ©gislatives locales. Les hongkongais ont fait leur choix : pour eux, ce sera la dĂ©mocratie, et si besoin, l’indĂ©pendance.

👉 Ils ont donc optĂ© pour le maintien du principe “un État, deux systĂšmes”. Et s’il devait prendre fin, ce serait pour ĂȘtre remplacĂ© par “deux États, deux systĂšmes”.

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans Ă  partager ? Nous validons ton commentaire et te rĂ©pondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

DĂ©couvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, rĂ©ussir le bac, trouver son stage, gagner en productivitĂ©… À chaque problĂšme son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-mĂȘme ! đŸ’Ș