🗑️ Pourquoi nos déchets finissent leur vie en Asie ?

Rédac des Sherpas - Mis à jour le 16/05/2021
189722

Aujourd’hui, la prise de conscience des dangers du réchauffement climatique et la prise en compte des enjeux environnementaux sont plus que jamais d’actualité en France et dans le monde en général.

Les politiques environnementales se concentrent énormément sur les énergies renouvelables, les moyens de transports, l’habitat durable avec les éco-quartiers mais il y a un sujet qui est malheureusement méconnu et où il faut le dire, il existe une certaine omerta : l’exportation de déchets des pays occidentaux dans les pays en développement ou en voie de développement, plus particulièrement en Asie.

Ainsi, la France et d’autres pays exportent leurs déchets en Asie malgré les conséquences importantes, bien qu’aujourd’hui les lignes soient en train de bouger.

Les raisons de l’exportation de déchets

Le contexte

En 2018, d’après Eurostat, la France a exporté plus de 1,8 million de tonnes de déchets hors de l’Union européenne. Même si une quantité importante de déchets est exportés en Asie, ceci représente peu par rapport à la quantité totale de déchets qui est recyclés, incinérés en France. Ce ne sont pas des ordures en vrac mais des matières premières recyclables, triées et homogènes.

Par ailleurs, « environ 4 % des déchets plastiques voyagent » selon Arnaud Brunet, directeur général du Bureau international du recyclage, ce qui est beaucoup et peu à la fois.

Le cas de la France

La France n’a pas encore le modèle économique pour recycler chaque déchet. En effet, certains déchets sont très coûteux et particulièrement complexes à traiter donc les industriels préfèrent se tourner vers des matières premières vierges et exporter leurs déchets ailleurs où certains pays pourront tenter de les recycler comme en Asie le plus souvent.

Selon Thibault Turchet, responsable des affaires juridiques chez l’ONG Zero Waste France, « ce sont souvent des déchets de basse qualité, dont le recyclage demande beaucoup de main d’œuvre et offre peu de valeur ajoutée » qui sont exportés en Asie.

Ainsi, expédier les plastiques mélangés ou les câbles électriques vers des États d’Asie du Sud-Est, où le coût du travail est moindre, est beaucoup moins cher. De plus, « ces produits restent dans les statistiques du recyclage« , d’après le juriste donc tout est bénéfique pour les industriels et la France.

Mais le plus important est que les pays importateurs de déchets en sont particulièrement friands. Effectivement, selon l’avocate Evguenia Dereviankine, spécialiste notamment des litiges concernant les transferts internationaux de déchets, « la majeure partie des produits que nous consommons vient de Chine et d’Asie du Sud-Est, y compris leurs emballages. »

Donc il est logique que les déchets de produits et d’emballages soient renvoyés dans ces pays, puisqu’ils les transforment ensuite en matières premières pour alimenter leur production et ainsi de suite. Malheureusement, tout ce commerce en apparence circulaire et vertueux a des conséquences assez lourdes dans les pays asiatiques.

Les multiples conséquences pour les pays asiatiques

Les mafias des déchets

Le problème de l’exportation de déchets est que des mafias s’en saisissent, comme en Thaïlande avec des filières parallèles qui se développent ce qui pose un problème évident de sécurité et d’éthique avec les industriels français qui enrichissent des mafias peu scrupuleuses des règles environnementales, judiciaires et sociales.

Les conséquences environnementales

Les déchets vont parfois dans des décharges à ciel ouvert donc imagine les conséquences sur l’environnement avec la pollution des sols, des nappes phréatiques, de l’air respiré et la disparition de la vie animale et végétale sur de vastes zones.

Par exemple, des villages ont subi une grave pollution de leurs réserves d’eau et de leurs productions agricoles, liée notamment aux additifs chimiques associés aux plastiques. De nombreuses maladies respiratoires sont aussi apparues dans ces villages

Comment cela se passe-t-il, concrètement, une fois que les déchets sont arrivés à destination ? Ce qui est valorisable est mis de côté pour repartir dans des circuits de recyclage, le reste est laissé sur place, parfois brûlé à l’air libre avec toutes les conséquences que cela induit malheureusement.

Malheureusement, les Etats importateurs finissent par assumer les coûts environnementaux, sanitaires, économiques et sociaux de cette pollution exportée donc certains d’entre eux ont réagi… et sacrément réagi !

Les importateurs de déchets ne se laissent plus faire dorénavant

renvoi des déchets dans leur pays d'origine

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉