Comprendre l’affaire Navalny 💥🔎

Rédac des Sherpas - Mis à jour le 27/01/2021
189559

Au cœur de l’actualité de ce début d’année 2021, on trouve à nouveau « l’affaire Navalny ». Celle-ci a éclaté en août 2020, lorsque Alexeï Navalny, opposant au gouvernement russe, aurait été victime d’un empoisonnement suspect… Puis, les rebondissements ont été nombreux et les doutes sur les responsabilités de chacun restent entiers 🕵️‍♂️
Pourquoi un tel acte ? Qui est soupçonné ? Dans cet article, on te propose de retracer les étapes de cette actualité palpitante afin de mieux cerner les motivations d’Alexeï Navalny, au centre de l’affaire, et les enjeux que celle-ci implique…

Qui est Alexeï Navalny ? 🤔

Quel est donc le parcours d’Alexeï Navalny, que l’on connaît aujourd’hui comme le principal opposant à la politique de Vladimir Poutine ?
Issu de la classe moyenne, il naît en 1976 à Boutyne, près de Moscou. Avocat de formation, il bâtit sa réputation sur son blog : « Navalny ». Il y publie des enquêtes qui dénoncent son principal combat : la corruption qui règne au sein du gouvernement. Dès 2011, il organise des manifestations contre la politique du président Russe, Vladimir Poutine ; il sera plusieurs fois arrêté à ces occasions. Il crée la même année la Fondation anti-corruption (FKB) 👊

Deux ans plus tard, il échappe de peu à une condamnation à cinq ans de camp, mais échoue aux élections pour la mairie de Moscou face au candidat soutenu par Poutine : Sergueï Sobianine. Navalny conteste la validité du scrutin, mais n’obtient pas gain de cause, en dépit d’un soutien important de la population. Placé en résidence surveillée en 2014, puis condamné pour diffamation, sa présence sur la scène politique prend un tournant avec sa candidature aux élections présidentielles de 2018.

Cependant, l’opposant russe sera… exclu de ces élections (même si les sondages ne plaident pas en sa faveur), en raison de sa condamnation à cinq ans de prison de 2013 ! Une manifestation populaire organisée contre cette décision lui vaudra deux arrestations et un séjour en prison d’une vingtaine de jours. Une seconde manifestation a lieu : il est encore arrêté. Il y en aura même une troisième, qui, une fois encore, se terminera au commissariat, puis en prison pour Alexeï Navalny.

En outre, il est censuré et critiqué par les médias.
Pour l’anecdote, cette censure a pu être constatée à la télévision russe, lors du match Mexique-Allemagne de la coupe du monde de football en 2018 : le commentateur Leonid Sloutskii plaisantait avec son binôme, et eut le malheur de prononcer le nom d’Alexeï Navalny : il fut renvoyé deux jours plus tard ! 😯

Quant à ses idées politiques…
Alexeï Navalny se veut pro-occidental. Il se dit libéral (souhaite protéger les libertés individuelles), mais a prouvé un profond nationalisme : il est contre l’immigration illégale, il a tenu des propos racistes, et participé à des rassemblements jugés comme tels. Il est de surcroît conservateur sur la question du port d’armes. Son nationalisme lui a valu d’être exclu du parti démocrate russe « Iabloko », qu’il avait rejoint dans les années 2000.

Néanmoins, Alexeï Navalny est très populaire, notamment parmi la jeunesse russe : omniprésent sur les réseaux sociaux, il est suivi par de nombreux adeptes. Par exemple, ses enquêtes publiées sur Youtube, qui dénoncent la corruption de certains membres du gouvernement russe, n’ont fait qu’accroître sa popularité 😎

Maintenant que tu connais mieux la personnalité et le passé de l’opposant russe numéro un, reprenons de façon chronologique l’affaire qui l’a mis sur le devant de la scène, l’année dernière 🔎

L’affaire Navalny : L’empoisonnement 💣

Cela commence le 20 août 2020, dans l’avion qui l’emmène à Moscou. A bord, il perd connaissance ; l’avion atterrit en urgence. Dans un état grave, il est transporté à l’hôpital. On apprend alors qu’il aurait ingéré du poison dans son thé. Selon son entourage, ce n’est pas la première fois qu’il est victime de procédés douteux mais cette fois les conséquences sont dramatiques.

A l’hôpital, les médecins russes excluent l’empoisonnement.
Or, une fois transféré dans un centre hospitalier en Allemagne, cette hypothèse refait surface, ce qui alerte l’Union Européenne. Début septembre, la théorie de l’empoisonnement est confirmée par le gouvernement allemand d’une part, et trois laboratoires européens d’autre part 🔬

La substance responsable est un agent neurotoxique du groupe « Novitchok », créée dans un cadre militaire par des spécialistes soviétiques dans les années 70 ! Bien que son nom signifie “petit nouveau” en russe, ce n’est pas la première fois que cet agent toxique extrêmement dangereux fait parler de lui. Navalny est le dernier d’une longue liste de victimes, ennemies du gouvernement russe.
Alexeï Navalny quitte l’hôpital fin septembre après un long coma artificiel.

Pourquoi Navalny a-t-il été empoisonné ?
En tant que principal opposant russe, il représente une menace non négligeable pour Vladimir Poutine. De plus, la popularité de ce dernier n’a jamais été aussi basse : cet été, d’importantes manifestations de rue contre sa politique gouvernementale ont eu lieu. Aussi, à l’approche des élections locales du 13 septembre, Alexeï Navalny devenait-il gênant 🤐

L’affaire Navalny : L’enquête 🕵️‍♀️

Bien sûr, Vladimir Poutine a su faire face aux questions des médias quant à cette affaire, mais également concernant la possible surveillance de Navalny depuis plusieurs années. Comme à son habitude, le président russe ne prononce jamais le nom de l’opposant lors de déclarations publiques.

« Il a le soutien des services spéciaux américains. Il doit donc être surveillé par nos services spéciaux. Mais ça ne veut pas dire qu’il fallait l’empoisonner. Si on l’avait voulu, l’affaire aurait été menée à son terme »
, déclare-t-il (source : Le Monde). De fait, Vladimir Poutine nie l’empoisonnement de façon radicale ! Or, les versions du Kremlin ont tendance à ne pas être tout à fait identiques… 😅

Une chose est sûre : les autorités russes n’ont jamais eu l’intention d’enquêter sur l’affaire Navalny. Les investigations relatives à cette « anecdote » ont dû être menées par la victime elle-même, ses collègues, ainsi que des journalistes indépendants.

Le 15 décembre, une enquête journalistique dénonce une filature d’Alexeï Navalny ainsi que son empoisonnement par les services de sécurité russes. L’opposant au régime dit alors connaître ses agresseurs, qui appartiendraient au FSB (nouveau KGB), le service fédéral de sécurité. Selon lui, le chef de l’organisation est à l’origine de l’opération, bien sûr, commanditée par Vladimir Poutine. Cette enquête, parue sur le site Bellingcat, révèle entre autres comment Navalny aurait piégé, au cours d’une interview, un membre du FSB, qui aurait alors avoué qu’une tentative d’assassinat contre lui semblait imminente ! 😲

Le Kremlin rejette toute accusation de cette sorte. Quinze jours plus tard, la justice russe ouvre une enquête contre Alexeï Navalny, pour « fraudes ». Pour l’accusé, l’objectif est clair : ayant manqué l’empoisonnement, le gouvernement doit faire en sorte qu’il soit incarcéré 🔒

Le retour de Navalny et son arrestation en Russie ✈

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉