La menace du bouton rouge : d’où vient la stratégie de la dissuasion nucléaire ? 🚀

Thomas Gilbert - Mis à jour le 16/03/2022
217673

En raison du contexte de guerre en Ukraine, beaucoup de gens sont inquiets de l’escalade du conflit vers une 3ᵉ Guerre mondiale et c’est tout à fait légitime. Tu te demandes si on risque une guerre nucléaire ? Est-ce qu’il est possible qu’on se prenne une bombe sur la tête ? Tu ne sais pas ce qu’est la stratégie de dissuasion nucléaire ? 

Dans cet article, on t’explique tout ce qu’il faut savoir sur la dissuasion nucléaire et pourquoi une guerre nucléaire ne profiterait à personne. C’est parti !👊

La dissuasion nucléaire : définition 🤯

On sait grâce à l’histoire que la dissuasion militaire est une doctrine qui a toujours existé. Pour faire simple, c’est un moyen de pression que tu exerces sur ton adversaire en créant chez lui un sentiment de crainte de représailles.

👉 En bref, si on nous attaque et qu’on est en mesure de riposter plus fort, d’un point de vue stratégique, on aura moins envie de nous attaquer.  

La dissuasion nucléaire, c’est sensiblement la même chose, mais avec la grosse artillerie ! L’arme nucléaire fait passer la dissuasion à un niveau supérieur. Par le passé, on a pu voir le pouvoir dévastateur de sa détonation lors des explosions de Hiroshima et Nagasaki orchestrées par les États-Unis le 6 août 1945. 

À lire aussi

Si tu souhaites en savoir plus sur ces événements nous avons un article complet ici 👇

La fin de la Seconde Guerre mondiale et le début d’un nouvel ordre mondial

Dans le scénario d’une attaque nucléaire, aujourd’hui, on parle de « risque de destruction mutuelle ». Si un détenteur de l’arme nucléaire en fait l’usage sur un autre détenteur, les deux pays seront rayés de la carte par l’effet de représailles.

Par définition, c’est une arme politique. On considère son utilisation uniquement en dernier recours pour protéger les intérêts vitaux d’une nation en visant le cœur d’une nation ennemie et ses sites stratégiques. 

L’arme nucléaire fait partie de ce qu’on appelle les armes non-conventionnelles. Ce sont des armes qui sont nucléaires, biologiques ou chimiques. Elles sont classées dans la catégorie des « armes de destruction massive » à cause de leurs effets pratiquement incontrôlables dus à leur puissance et à leur impact néfaste sur l’environnement.

Le savais-tu ? 💡

En plus des immenses dégâts potentiels, une bombe nucléaire laisse derrière elle des retombées radioactives. Ce sont des matériaux radioactifs de petite taille en suspension dans l’atmosphère sous forme de poussière, un peu comme les cendres d’un volcan après une éruption. Ces matériaux « retombent » au sol, généralement à plusieurs kilomètres de leur provenance qu’ils contaminent pour plusieurs centaines d’années avant de cesser d’être radioactifs.

D’où vient la dissuasion nucléaire ? 🤔

Pour comprendre les origines de cette stratégie, il faut remonter près de 70 ans en arrière, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les États-Unis mettent au point la bombe atomique durant la première moitié des années 1940 dans le cadre du projet Manhattan, tandis que l’Union soviétique se dote de l’arme nucléaire en 1949.

Le monde était alors divisé en deux blocs. D’un côté, le bloc de l’Ouest (avec la France membre de l’OTAN) et de l’autre côté le bloc de l’Est : l’Union Soviétique. 

Les missiles nucléaires soviétiques étaient braqués sur des villes américaines et européennes tandis que les missiles américains de l’OTAN ciblaient les villes de l’Union soviétique. Chacun des deux blocs menaçait l’autre avec une riposte qui serait plus conséquente que l’attaque. C’est la période qu’on appelle la Guerre Froide.

À lire aussi

C’est dans ce contexte de guerre froide que s’est déroulé la crise des missiles de Cuba, si tu veux en savoir plus c’est par ici 👇

Guerre froide : 1962, la crise de Cuba

L’Union soviétique disposait également de forces armées « classiques ». Les États-Unis ne savaient pas si la dissuasion nucléaire suffirait à empêcher les Soviétiques d’envahir l’Europe. Et la France ne savait pas si les États-Unis étaient prêts à déclencher le « feu nucléaire » pour défendre un territoire européen.

👉 Pour ces raisons, la France s’est dotée de l’arme nucléaire. Le développement du programme nucléaire militaire française est à l’initiative du Général de Gaulle qui souhaitait rattraper le retard de la France dans une logique de défiance envers les États-Unis, mais aussi pour se défendre face au bloc soviétique. 

Le 8 juillet 1996, la Cour internationale de justice déclare que :

« La menace ou l’emploi d’armes nucléaires serait généralement contraire aux règles du droit international applicable dans les conflits armés […] la Cour ne peut cependant conclure de façon définitive que la menace ou l’emploi d’armes nucléaires serait licite ou illicite dans une circonstance extrême de légitime défense dans laquelle la survie même d’un État serait en cause. »

La force de dissuasion nucléaire 💣

On appelle « force de dissuasion nucléaire » ou « force de frappe » les systèmes d’armements nucléaires dont dispose un pays dans le cadre de sa stratégie de dissuasion nucléaire.

À titre d’exemple, La France est l’un des sept États qui possèdent l’arme nucléaire à l’aube du 21ᵉ siècle. Elle est aussi le quatrième pays à avoir développé l’arme nucléaire lors de la course à l’armement de la guerre froide après les États-Unis, l’Union soviétique et le Royaume-Uni.

💡 Aujourd’hui, l’arme nucléaire est officiellement détenue par les États-Unis (le seul pays à l’avoir utilisé), la Russie, l’Angleterre, la France, la Chine, l’Inde, le Pakistan. Israël n’a jamais reconnu l’existence de son programme nucléaire militaire malgré de fortes présomptions internationales. Plus récemment, les regards se tournent vers la Corée du Nord et l’Iran. 

On parle de missile stratégique quand on se réfère à l’arme nucléaire. Ce missile est une avancée technologique parmi les plus complexes conçues par l’humanité. Il a l’apparence d’une fusée capable de traverser l’eau, de voyager dans l’atmosphère, et même dans le vide spatial ! À son bord, le missile peut contenir plusieurs ogives nucléaires de plusieurs mégatonnes. Toutes les armes nucléaires sont similaires à un missile, elles sont juste déployées différemment.

👉 Pour que la dissuasion nucléaire soit efficace, il faut qu’un pays puisse riposter en cas d’attaque. Pour cela, les gouvernements détenteurs de missiles stratégiques utilisent plusieurs méthodes pour déployer leurs défenses. 

Posséder un seul site de lancement ne serait pas stratégique, même bien caché, un unique site serait facilement vulnérable face aux progrès dans les technologies de détection. Pour cette raison, les pays en possession de missiles stratégiques utilisent 3 différents moyens de lancement développés pendant la guerre froide, on les appelle « la triade nucléaire ».

Le savais-tu ? 💡

Pour mesurer l’énergie dégagée lors de l’explosion d’une arme nucléaire, on utilise une unité de mesure de l’énergie : la mégatonne ou Mt. Cette unité qui correspond à la quantité d’énergie produite par l’explosion d’un million de tonnes de trinitrotoluène, la fameuse TNT !

Les missiles à terre dit « sol-sol » 🚀

Il en existe deux catégories principales :

  • Missile balistique intercontinental ou ICBM, il dispose d’une portée minimale de 5500 kilomètres. La Russie, les États-Unis, la Chine, la France, l’Inde, le Royaume-Uni et la Corée du Nord sont les seuls pays à disposer d’ICBM opérationnels aujourd’hui.
  • Missile balistique à moyenne portée ou MRBM. Sa portée maximale est comprise entre 1 000 et 3 000 km

Ces missiles balistiques peuvent être déployés à partir de véhicules appelés « lanceurs monteurs de transporteurs » ou « TEL ». Ils sont capables de déplacer les missiles pour les tirer depuis des positions stratégiques. Les premiers missiles conçus étaient tirés au sol depuis des bases militaires à l’intérieur de « silos ».

Missile ICBM russe RS-28 Sarmat | wikipédia

Missile ICBM Russe Topol-M | wikipédia

missile ballistique américain LGM-25C Titan II | photo USAF

vue du silo contenant le missile Minuteman | Wikipédia

Le savais-tu ? 💡

Un seul État membre de l’Union européenne dispose d’une force de dissuasion nucléaire : la France. Avant sa sortie de l’Europe, il y avait également le Royaume-Uni.
La Belgique, l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Italie ne possèdent pas l’arme nucléaire, les États se contentent de l’héberger sur leur territoire dans le cadre de la politique de dissuasion nucléaire de l’OTAN.

Les missiles dit « air-sol » ✈️

Il s’agit ni plus ni moins d’un avion bombardier, qui transporte l’arme nucléaire. En France, l’armée de l’air utilise des avions Rafales et Mirages pour délivrer des frappes nucléaires avec des missiles téléguidés pouvant contenir plusieurs ogives.

👉 Cette composante de l’armée de l’air assure en permanence la stratégie de dissuasion nucléaire française depuis sa création en 1978. Comme pour toute autre mobilisation de l’arme nucléaire, les tirs se font sur ordre du président qui est le chef des armées.

Jusqu’en 1980, les armées utilisaient généralement ce qu’on appelle, une bombe à gravité, aussi connue comme une bombe stupide. C’est une bombe classique larguée par avion qui ne contient pas de système de guidage, elle suit simplement une trajectoire balistique quand elle est lâchée dans le vide. C’est ce type de bombe qui a été utilisé sur Hiroshima.

Les missiles dit « Mer-Sol » 🚢

Ils sont tirés depuis un sous-marin nucléaire lanceur d’engins ou SNLE. c’est un sous-marin qui dispose d’un réacteur nucléaire comme moteur, lui permettant de faire de très longues missions. Les SNLE garantissent une riposte en cas d’attaque, ils sont presque impossibles à localiser lorsqu’ils sont en plongée.

Cette difficulté à les localiser et à les identifier permet aux sous-marins lanceurs d’engins de frapper les premiers, avec un avantage : la riposte ne saura pas qui frapper parmi les possesseurs de SNLE, en théorie, sans revendication de l’auteur de l’attaque, cette dernière peut rester anonyme, c’est ce qui fait la force de la dissuasion.

C’est toi qui m’a tiré dessus ?

💡 À ce jour, les États-Unis, la Russie, la France, le Royaume-Uni, la Chine et l’Inde disposent de tels sous-marins. D’ailleurs, on estime que les États-Unis et la Russie possèdent à eux seuls 80% de la flotte de sous-marins en activité.

La force de dissuasion nucléaire française 🇫🇷

François Hollande, l’ancien chef de l’État français s’était exprimé en février 2015 pour faire preuve de transparence face au reste du monde en révélant la composition de l’arsenal nucléaire français :

Le temps de la dissuasion nucléaire n’est pas dépassé. […] Dans le domaine du nucléaire militaire, de nouvelles puissances sont apparues ces vingt dernières années [et] d’autres cherchent encore à émerger.

François Hollande

Ancien Président de la République

Depuis la chute du mur de Berlin en 1989 suivi de l’effondrement de l’URSS en 1991, la guerre Froide est terminée. Les États  membres de l’ONU se sont mis d’accord pour organiser un effort commun de désarmement. C’est dans ce contexte que l’ancien chef de l’État Français prononçait son discours. Il ajoutait également que la priorité de la France était « l’arrêt définitif de la production de matières fissiles. »

Depuis la fin de la guerre froide, la France diminue son arsenal nucléaire tout en maintenant ses stratégies de défense. Les anciennes bombes sont démantelées. Le plutonium et l’uranium contenus dans l’ogive nucléaire à l’origine de l’explosion sont recyclés pour produire de nouvelles armes, les plus anciennes devant être renouvelées pour des questions de sécurité de stockage. 

À ce jour, la France compte 4 sous-marins SNLE :

👉 Le Triomphant

👉 Le Téméraire

👉 Le Vigilant

👉 Le Terrible

Ils se relayent continuellement pour assurer en permanence la dissuasion nucléaire. Ils sont complétés par la « composante aéroportée » de la force de dissuasion nucléaire française. Il s’agit de l’ensemble des avions transportant l’arme nucléaire à bord du Porte-avion Charles de Gaulle et des avions décollant depuis le sol français.

Lors de son discours François Hollande avait révélé que la France dispose de trois lots de 16 missiles dans ses sous-marins et de 54 missiles contenant des ogives nucléaires équipant les avions de combat de la composante aéroportée de la dissuasion.

Sommaire

La dissuasion nucléaire : définition
D’où vient la dissuasion nucléaire ?
La force de dissuasion nucléaire ?
La force de dissuasion nucléaire française
Une dissuasion qui a fait ses preuves !
Des inquiétudes et des menaces sérieuses ?
La Dissuasion nucléaire aujourd’hui

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

Découvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, réussir le bac, trouver son stage, gagner en productivité… À chaque problème son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-même ! 💪