Présidentielles : Comment repérer les Fake News ? 🗞️

Thomas Gilbert - Mis à jour le 10/03/2022
216413

Avec la pandémie de Covid, la guerre en Ukraine et maintenant la présidentielle française qui pointe le bout de son nez, les fake-news ont le vent en poupe ! Comment vérifier une information ? Comment démêler le vrai du faux ? Comment éviter les pièges des fake news ? Si tu t’es déjà posé ce genre de question, cet article est fait pour toi ! 👊

Avec un immense flux d’information publié chaque jour sur le net, dans la presse et sur les réseaux sociaux, difficile de faire la part du vrai et du faux ! Cette année tu auras peut-être l’occasion de voter pour la première fois, alors chez Les Sherpas on s’est dit qu’un petit guide anti-fake news pourrait t’être utile ! Dans ce guide, on te donne toutes les clés pour lutter contre la désinformation et t’aider à te forger ta propre opinion pour la présidentielle !  

Qu’est-ce qu’une Fake News ? 🧐

En 2022, apprendre l’utilisation des médias aux jeunes générations s’avère presque aussi important que de leur apprendre à lire ou à écrire. Si tu souhaites faire ton devoir de citoyen et voter aux prochaines élections présidentielles, te doter d’un esprit critique est primordial !

Les Fake News, aussi connu sous le nom d’Infox en français (un mot-valise composé d’info et d’intox). C’est une information fabriquée de toute pièce qui ne repose sur aucun fait et dont le but est d’induire en erreur, de nuire à une personne ou une organisation, de tromper les gens ou de manipuler leur opinion.

Le Savais-tu ? 💡

Le 20 novembre 2018, l’Assemblée nationale adopte la loi contre la manipulation de l’information, c’est une loi qui vient renforcer l’arsenal législatif pour combattre toutes les formes de diffusion intentionnelle de contenu erroné.

Apprendre à identifier les sources sûres ! 🔍 

Pourquoi est-ce qu’on se fait souvent avoir ? 🤔

Le fait de se laisser influencer par un contexte, une idée reçue, nos sentiments ou nos convictions : c’est ce qu’on appelle le biais d’ancrage ! C’est la valeur qu’on attribue naturellement ou par défaut à une chose ou un sujet. Cette valeur constitue alors une ancre à laquelle on se rattache et sur laquelle on se base pour établir notre réflexion et notre jugement.

Le savais-tu ? 💡

Le concept du biais d’ancrage a été établi par Amos Tversky and Daniel Kahneman dans leur étude de 1974  Judgment under Uncertainty: Heuristics and Biases

👉 En bref, c’est le fait de rester marqué par sa première impression. C’est l’influence de notre ancrage qui nous induit en erreur et plus cet ancrage va se renforcer plus il sera difficile de s’en débarrasser ! 

Comment bien vérifier une info ? 👨‍💻

Dans l’ère du tout numérique, Internet est autant rempli d’articles vides de sens que de bons contenus. La difficulté : différencier l’un de l’autre. Pour trouver une source fiable sur laquelle on peut s’appuyer il y a quelques principes simples à respecter :

  • Privilégier les sites officiels du gouvernement ou de grandes marques
  • Les médias reconnus
  • Les sites de statistiques officiels 
  • Les études universitaires et scientifiques

Concernant la presse, il faut faire attention aux partis pris. Des journaux comme le Figaro, Mediapart ou Libération sont très orientés politiquement, cela ne remet pas en cause la fiabilité du contenu qu’ils diffusent, mais il arrive qu’ils ne soient pas toujours très objectifs dans leur façon de traiter un sujet.

Les encyclopédies participatives, les wikis, les blogs ou les forums sont à éviter en dépit de leur notoriété. Wikipédia à titre d’exemple, est une encyclopédie participative en ligne, chacun est libre de modifier une page et d’y ajouter des informations qui ne sont pas toujours vraies. Il faut toujours vérifier la source (s’il y en a une) d’une information publiée sur l’encyclopédie et ne jamais se contenter de ce qui y est écrit.

Le savais-tu ? 💡

En juillet 1849, pendant la Seconde République, l’Assemblée nationale a adopté la loi sur la presse, selon l’article 4 : « la publication ou reproduction, faite de mauvaise foi, de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers » sont punies d’une peine de prison pouvant aller d’un mois à un an en plus d’une lourde amende.

Le Fact Checking qu’est-ce que c’est ? 📝

Ça se traduit littéralement par « vérification des faits ». C’est une pratique issue du domaine journalistique qui tend à se démocratiser aux internautes, puisque aujourd’hui il est très facile de faire ses propres recherches ! Historiquement, c’est une façon de traiter l’information de manière systématique à l’issue de débats publics ou de prise de parole de personnalités politiques.

Cette pratique vient des organes de presse anglo-saxons qui disposent d’une équipe chargée de vérifier la véracité des faits, des chiffres ou des citations rapportés. Ce processus de contrôle s’est intensifié lors des élections américaines de 2016 ou l’ancien président des États-Unis, Donald Trump, alors en campagne, avait la mauvaise manie de diffuser des propos erronés. Depuis, de nombreux journaux français ont développé des structures similaires, dédiées à l’analyse des discours et des prises de parole, notamment pendant les périodes de présidentielles.

💡 On peut associer la pratique avec la déontologie du journalisme, elle fait même l’objet de cours dans les formations et les écoles de journalisme !

Néanmoins, depuis qu’elle fait partie du débat public, cette pratique est souvent remise en question, particulièrement en raison de sa faible efficacité à faire changer d’avis les personnalités publiques vis-à-vis de leurs propos erronés ou des fausses informations qu’ils relaient. Ces mêmes personnes n’hésitent pas à dénoncer « une prétention à dire le vrai ».

Difficile d’admettre qu’on peut avoir tort.

Comment repérer les fake news : les pièges à éviter 🪤

  • On peut tous se tromper : À partir du moment où tu comprends que n’importe qui peut tomber dans le panneau à cause d’une “infox” bien rodée, tu feras plus attention à ce que tu lis et tu pourras mieux déceler les fausses rumeurs.
  • Faire la distinction entre les opinions et les faits : L’opinion, c’est un jugement émis par quelqu’un, tandis qu’un fait, c’est une vérité vérifiable. De la même façon, il faut bien se méfier des éditorialistes toujours plus nombreux sur les chaînes de télévision, ce ne sont pas des journalistes qui relaient l’information, ils sont là pour commenter l’actualité et donner leur opinion. 
  • Faire confiance aux experts : particulièrement concernant les enjeux de santé ! Mieux vaut faire confiance à un expert qui a de multiples années d’études dans le domaine, plutôt qu’un journaliste qui pourrait se contenter de relayer des propos sans aller les vérifier.
  • Croiser ses sources et vérifier une information avant de la partager : On suit toujours le même fil conducteur, si on lit une information quelque part, il faut se demander si elle a déjà été relayée par d’autres journaux ou différents médias sérieux. L’important dans une information, c’est sa date. Si un article date de plusieurs mois, mais que personne n’en a parlé, c’est qu’il manque de crédibilité ou que les sources ne sont pas vérifiables. Si on est sûr de rien, mieux vaut s’abstenir de dire des bêtises !
  • Se méfier des titres trop alléchants : Connu sous le nom de « clickbait » ou du « piège à clic » selon l’Académie française, si une information semble pratiquement incroyable, mais que personne n’en a déjà parlé, ou que cela te semble trop beau pour être vrai : méfiance ! Il faut se demander qui en est l’auteur, est-il fiable ou même, existe-t-il vraiment ?

La méfiance est toujours pour moi une des formes de l’intelligence. La confiance, une des formes de la bêtise.

Paul Léautaud

Écrivain

À lire aussi

Si tu souhaites apprendre à mieux t’informer nous avons un article qui pourrait t’intéresser 👇

Tous nos conseils pour suivre l’actualité

Quelques initiatives pour t’aider à repérer les fake news 💪

👉 Google a été initialement créé pour permettre aux internautes de trouver des informations de qualité et utiles. C’est ce principe qui te pousse à continuer de parcourir le web, l’accès à l’information vraie et utile. Aujourd’hui avec des millions d’articles publiés par jour sur le net, la quantité d’information peut être parfois déroutante, il n’est pas si évident de différencier le réel de la fiction.

En 2016, Google a annoncé en partenariat avec l’organisation International Fact-Checking Network, la création d’un label « Fact-check » disponible dans plusieurs pays. Ce label te permet d’identifier les articles et les pages web qui ont été passées au peigne fin par des organes de presse ou des organisations spécialisées dans la vérification d’informations.

image | Google

💡 L’efficacité de ce label reste toutefois à nuancer, puisque tous les contenus ne pourront pas être vérifiés, et dans certains cas, il se peut que deux organismes vérifient une information pour proposer deux conclusions différentes.

👉 Depuis 2017, l’équipe Les Décodeurs associés au journal Le Monde a mis en place Décodex un outil de contrôle de l’information, c’est l’équivalent d’un moteur de recherche pour vérifier la fiabilité d’un site, débunker les rumeurs ou les exagérations. Tu as simplement besoin d’y entrer l’URL d’un site ou d’un article pour connaître la fiabilité d’une source.

Le point def’ 💡

Debunker : Un démystificateur (originaire de l’anglais “debunker”) est une personne ou une entité qui tente de discréditer des revendications fausses, exagérées ou prétentieuses. On associe régulièrement le terme aux enquêtes sur des sujets controversés : phénomènes paranormaux, théories du complot, médecines alternatives, pseudo-science…

Repérer les fake news à partir d’une photo 📸

👉 La recherche inversée de Google :

Il te suffit de copier l’URL d’une photo ou de la télécharger directement sur la page de recherche inversée, en fouillant un peu tu as la possibilité de retrouver la première publication de l’image, sa date et le lieu où la photo a été prise. C’est un bon moyen de vérifier la fiabilité d’une source. On peut facilement découvrir s’il s’agit d’un détournement, ou si son origine provient d’un contexte différent.

👉 TinEye

TinEye est un outil gratuit qui dispose de la même fonction que Google, à la différence près qu’il permet de trouver les versions modifiées, les plus anciennes et les plus récentes versions d’une photo. Cet outil est très pratique pour te permettre de démasquer les supercheries et les photomontages faits sur Photoshop.

👉 Fake Image Detector (ou Veracity sur iOS)

Comme les deux outils précédents, ces applications pour smartphone ont la particularité de te permettre de prendre une photo d’une affiche ou d’une image et de la vérifier directement sur le net. Les applications ont également accès aux métadonnées d’une photo, le lieu et l’heure où elle a été prise !

Quelques conseils pour identifier un photomontage 🖼️

Le site du collectif First Draft a produit un guide destiné aux journalistes avec une série de d’astuces qui permettent de déceler le vrai du faux derrière l’utilisation de photographies détournées ou truquées. Leurs principaux conseils sont :

  1. Identifier la date d’origine de la publication de la photo si la photo est vieille de 10 ans alors qu’elle fait la Une de l’actualité, c’est plutôt louche !
  2. Les panneaux de signalisation, les devantures de magasins, les plaques d’immatriculation des véhicules, est-ce que l’écriture correspond bien au pays où la photo est censée avoir été prise ?
  3. Déformation des contours d’objets, incohérence lumineuse, incohérence météo (s’il neige en été dans une photo prise dans l’hémisphère nord par exemple) ce sont des informations qui peuvent t’aider à identifier un détournement de la photo d’origine.
  4. Fais attention aux vêtements des gens ! Chaque décennie à son style vestimentaire, est-ce que les vêtements d’une foule correspondent aux usages du pays où a été prise la photo, à la bonne époque ? 
Si c’est internet qui le dit, c’est que ça doit être vrai !

Comment combattre les fake news ? 🤺

👉 Ne pas partager n’importe quoi

Le plus efficace à ton niveau, c’est de ne pas partager une rumeur tant que tu n’es pas certain de son authenticité. Ce qui alimente les rumeurs, c’est avant tout le partage sur les réseaux sociaux. Quand une publication essaye de faire de la désinformation, il y a certains signes qui ne trompent pas : « Les médias n’en parlent pas mais… » ou les fameux « Faites tourner » et « diffusez à tous vos contacts ». C’est monnaie courante sur Facebook, mais aussi par mail ou par SMS. 

👉 Démentir si cela te concerne

Si une fake news ou une rumeur te concerne directement, il est primordial de la démentir au plus vite avant qu’elle ne soit virale ! Certes, ça ne suffira pas à stopper la propagation d’une rumeur sur les réseaux, mais ne pas démentir, c’est accepter une atteinte à ta réputation. Le web garde une trace de tout, une fausse rumeur peut potentiellement nuire à ta vie professionnelle si elle atteint ta réputation en ligne. Si la nature d’une rumeur porte atteinte à ta vie privée tu as la possibilité de porter plainte.

👉 Dénoncer si c’est nécessaire

Tu peux dénoncer une fake news en la signalant sur les réseaux sociaux, les plateformes sont tenues par la loi de proposer cette option à leurs utilisateurs. Cela concerne les contenus erronés ou indésirables. Facebook et Twitter par exemple travaillent avec des partenaires pour vérifier la précision des contenus relayées sur leurs plateformes. Si une fake news est identifiée, l’auteur peut recevoir une sanction et voir son compte supprimé.

Aujourd’hui, en tant que citoyens du web, nous sommes tous responsables des informations qui circulent. Au milieu de cette « infodémie » nous avons tous le pouvoir et le devoir de faire barrage au fardeau que sont les Fake News !

Le vrai génie réside dans l’aptitude à évaluer l’incertain, le hasardeux, les informations conflictuelles.

Winston Churchill

Premier Ministre Britannique

Le savais-tu ? 💡

Dans le cadre du conflit Russo-Ukrainien, Meta, la nouvelle maison mère de Facebook a annoncé la suppression de plusieurs comptes basés en Russie et en Ukraine pour avoir propagé des fake news. Ces comptes partageaient des liens vers de faux sites d’actualités diffusant des informations erronées concernant la guerre. Cette campagne de suppression de compte à également lieu sur Twitter et YouTube.

En bonus : quelques comptes Twitter à suivre 🐦

  • Les Décodeurs c’est un collectif de journalistes qui se charge de vérifier l’actualité ! 
  • Aude WTFake : c’est une journaliste vidéaste qui produit des vidéos éducatives sur YouTube pour identifier les Fake News et apprendre à les combattre !
  • AFP Factuel :  c’est un compte associé à l’Agence France Presse, une agence de presse mondiale et généraliste chargée de collecter, vérifier et diffuser l’information, sous une forme neutre et fiable.
5/5 - (2 votes)

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

Découvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, réussir le bac, trouver son stage, gagner en productivité… À chaque problème son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-même ! 💪