; ; ;

Comprendre le phénomène des marées grâce aux mathématiques

William Mievre - Mis à jour le 

Le phénomène des marées est un sujet fascinant qui touche à divers aspects de notre quotidien et de la nature. En tant qu'article destiné à des professeurs, étudiants ou simplement des passionnés de mathématiques, nous allons explorer comment les mathématiques permettent d'expliquer et de prévoir ces fluctuations naturelles des eaux. Ce domaine relève tout autant de la physique que des mathématiques, offrant ainsi une multitude d'exercices pratiques pour mieux appréhender ce phénomène naturel complexe.

Phénomène Des Marées

Les fondations scientifiques : la gravité et ses influences

Les marées résultent essentiellement de la force gravitationnelle exercée par la Lune et, dans une moindre mesure, par le Soleil sur les eaux terrestres. Cette section décompose les éléments scientifiques permettant de comprendre comment ces forces agissent.

La force gravitationnelle de la Lune

Isaac Newton a été parmi les premiers à théoriser l'effet de la gravité sur les corps célestes. La loi universelle de la gravitation stipule que la force entre deux masses s'attire proportionnellement à leurs masses et inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare. La Lune, en étant plus proche de la Terre que le Soleil, exerce une force considérable sur nos océans.

Cette attraction crée un "renflement" de l'eau sur le côté de la Terre faisant face à la Lune, ainsi qu'un second renflement sur le côté opposé dû à l'inertie de l'eau. Ces renflements sont à l'origine des marées hautes tandis que les zones entre les renflements connaissent des marées basses.

L'impact du Soleil

Également influentes mais moins puissantes que celles de la Lune, les forces gravitationnelles du Soleil contribuent aussi aux marées. Lorsque Soleil, Lune et Terre sont alignés (lors des nouvelles et pleines lunes), on assiste à des marées de vive-eau, caractérisées par une amplitude maximale. À l'opposé, lorsque les trois astres forment un angle droit (premier et dernier quartier de lune), les marées de morte-eau sont observées, avec des variations beaucoup plus faibles.

Les outils mathématiques essentiels

L'étude des marées nécessite une compréhension solide de certains outils mathématiques particulièrement utiles pour modéliser et prévoir les cycles des marées. Cette section couvre quelques concepts fondamentaux tels que le calcul différentiel, les séries harmoniques et la modélisation en langage Python.

Calcul différentiel appliqué aux marées

Les fonctions périodiques dépendent lourdement du calcul différentiel pour analyser les diverses dérivées reliant les hauteurs et les heures des marées. Ces dérivées peuvent servir à déterminer l'amplitude et la fréquence de changement des niveaux d'eau.

Par exemple, si nous représentons la hauteur de la marée comme une fonction sinusoïdale du temps, h(t)=H*cos(wt+Φ), où H représente l'amplitude, w la fréquence angulaire et Φ la phase, les équations différentielles permettent de prédire les moments précis des marées hautes et basses.

Séries harmoniques et théorie des marées

Huysken et Laplace ont développé des modèles basés sur la décomposition harmonique des forces lunaires et solaires pour expliquer les variations quasi-périodiques des marées. Les mathématiciens utilisent ces modèles pour transformer des phénomènes physiques continus en séries discrètes dont les termes individuels correspondent à différentes composantes des forces en jeu.

  • Fourier : ancienne méthode consistant à décomposer toute fonction périodique en somme de sinus et cosinus. Utile pour détecter les différents cycles de marées.
  • Transformée de Fourier : extension moderne qui permet de travailler directement dans le domaine fréquentiel, utile pour analyser les données de marées enregistrées sur long terme.
  • Méthode de régression linéaire multiple : statistiquement pertinente pour ajuster les modèles harmoniques aux observations concrètes des marées.
Image qui représente le Phénomène Des Marées

Applications pratiques et prévisions

L'application réussie de concepts mathématiques à des phénomènes marins permet de nombreuses réalisations pratiques telles que la navigation maritime, les sports nautiques ou encore la gestion côtière. Examiner ces applications révèle combien il est crucial de bien comprendre les mécanismes mathématiques sous-jacents.

Prévisions des marées

De nombreux logiciels et outils informatiques exploitent les modèles mathématiques susmentionnés pour fournir des prévisions précises des horaires de marées dans différentes régions du globe. Afin de faciliter la modélisation informatique, Python s'impose souvent comme un langage très prisé.

Python facilite l'analyse et la manipulation des séries temporelles des hauteurs de marées enregistrées. Des bibliothèques spécifiques, comme NumPy et SciPy, contiennent des fonctions permettant de traiter ces données efficacement.

Exercices appliqués en salle de classe

Utiliser des exemples concrets peut rendre l'apprentissage de la théorie des marées plus tangible et engageante. Voici quelques types d'exercices pratiqués :

  • Suivi sur plusieurs jours des horaires et hauteurs des marées dans une zone spécifique pour construire des graphiques temporels.
  • Comparaison entre les prévisions théoriques et les mesures réelles obtenues pour identifier les erreurs potentielles et affiner les modèles.
  • Simulations numériques avec des langages de programmation tels que Python pour comprendre les impacts des paramètres variables (comme l'orbite lunaire ou les saisons).

Sources d'erreurs et limites méthodologiques

Bien que les mathématiques fournissent un cadre solide pour comprendre les marées, certaines sources d'erreurs demeurent. Elles proviennent principalement des hypothèses simplificatrices adoptées dans les modèles ou des imprécisions instrumentales dans la collecte des données empiriques.

Hypothèses et simplifications

Les modèles théoriques reposent souvent sur des hypothèses idéalisées inexactes. Par exemple, les couches d'eau océanique ne sont pas parfaitement homogènes ni infiniment extensibles. D'autres facteurs environnementaux comme les courants atmosphériques ou les masses continentales jouent un rôle non négligeable.

Précision des outils de mesure

Les instruments de marégraphie capturent les variations de niveau marin mais restent soumis à des marges d'erreur intrinsèques. Ondes résiduelles, pressions atmosphériques locales ou interférences mécaniques sont des facteurs perturbateurs potentiels.

Afin de minimiser ces limitations, les chercheurs investissent continuellement dans des méthodes de calibrage fines, des prédictions numériques avancées et des collaborations interdisciplinaires associant géophysiciens, ingénieurs et météorologues.

En résumé, saisir la dynamique des marées via les mathématiques ouvre un champ exploratoire vaste, alliant rigueur théorique et application pratique. Que vous soyez professeur préparant un cours sur ce phénomène ou chercheur cherchant à améliorer vos modèles, la compréhension approfondie des principes gravitatoires et des outils mathématiques concernés offre une perspective enrichissante et indispensable.

Pour en savoir plus sur les mathématiques appliquées, lisez aussi :

William Mievre
William Mievre sur Linkedin
William Mievre

Passé par une Prépa HEC puis l'ESCP (3e meilleure école de commerce française), j'ai co-fondé Les Sherpas, une entreprise innovante dans le secteur de l'EdTech spécialisée dans le soutien scolaire.Avec 10 années d'expérience dans les cours particuliers, ma passion réside dans l'éducation et le développement personnel. Mon objectif est de vous offrir des conseils pratiques et éprouvés pour aider vos enfants à réussir et à s'épanouir dans leur parcours scolaire. A très bientôt ✌️💖 !