; ; ;

Définition et utilisation du nombre e en maths

William Mievre - Mis à jour le 

Le nombre e, également connu sous le nom de constante d'Euler, est l'une des constantes les plus importantes en mathématiques. Son rôle crucial dans les logarithmes naturels, les équations différentielles et même la finance le distingue des autres nombres irrationnels. Cette exploration vise à détailler sa définition, ses propriétés et ses multiples applications pratiques.

Nombre E

La découverte du nombre e

Le nombre e a été découvert au XVIIe siècle par le mathématicien suisse Leonhard Euler. Il peut être défini comme la base du logarithme naturel ou logarithme népérien. Sa valeur approximative est 2,71828, mais étant un nombre irrationnel, il possède une infinité de chiffres après la virgule sans aucune répétition périodique.

Définition par les séries infinies

Dans un contexte mathématique formel, le nombre e est souvent défini par une série infinie. Une manière courante de l'exprimer est la série de Taylor pour l'exponentielle :

  • En notation mathématique : e=n1n!, où n commence à 0 et continue jusqu'à l'infini.

Cette expression montre que e peut être décomposé en une somme infinie de fractions, chaque terme devenant progressivement plus petit à mesure que n augmente.

Limites et approximations

Une autre façon de définir e est via des limites. Par exemple, on pourrait écrire :

  • Formule de limite : e=limn(1n+1)(n

Cette approche est utile pour comprendre les fondements théoriques de e, notamment en analyse. Pour les approximations pratiques, on utilise généralement des segments limités des séries infinies ou des expressions itératives.

Applications du nombre e

Le nombre e trouve des applications variées dans plusieurs domaines des mathématiques, y compris les calculs financiers, la croissance exponentielle et les équations différentielles.

Logarithmes naturels

Les logarithmes naturels, notés ln(x), utilisent e comme base. Ils possèdent d'importantes propriétés, rendant les calculs algébriques plus simples. Par exemple :

  1. ln(e) = 1
  2. ln(1) = 0
  3. ln(ab)=ln(a)+ln(b)

Ces propriétés facilitent la résolution d'équations logarithmiques complexes, utiles en intégration et dérivation.

Croissance et décroissance exponentielles

L'utilisation du nombre e est fréquente dans les modèles de croissance et de décroissance exponentielles. Dans un modèle de population par exemple, la croissance peut être modélisée par l'équation :

P(t)=P0ert

où P_0 est la population initiale, r est le taux de croissance, et t est le temps.

Équations différentielles

L'une des applications les plus avancées du nombre e se trouve dans la solution d'équations différentielles. Des solutions générales aux équations linéaires prennent souvent la forme :

y(x)=Cekx

où C et k sont des constantes déterminées par les conditions initiales du problème.

Image qui représente le Nombre E

Nombre e et suites de nombres

Le nombre e joue aussi un rôle significatif dans les suites de nombres et la normalisation des distributions statistiques.

Suites géométriques et arithmétiques

Dans les suites géométriques, le nombre e apparaît dans les intérêts composés continus. Par exemple, pour un investissement avec un taux d'intérêt r composé continuellement, la formule devient :

A=Pert

où A représente la valeur future de l'investissement, P est le capital initial, r est le taux d'intérêt et t est le temps.

Normalisation

En probabilités et statistique, le nombre e est essentiel pour les fonctions de densité de probabilité et les processus stochastiques. Dans une distribution normale standard, la fonction de densité peut être écrite comme :

f(x)=12πe-x22

Cette formule permet de comprendre comment distribuer les valeurs autour de la moyenne de manière symétrique.

Propriétés du nombre e

Différentes propriétés du nombre e rendent son utilisation très pratique et élégante en manipulation mathématique.

Irrationalité

Le nombre e est irrationnel. Contrairement aux nombres rationnels, e ne peut pas s'exprimer comme une fraction exacte de deux entiers. Cela rend ses décimales infinies et non-récurrentes, ce qui lui donne beaucoup de complexité.

Transcendance

John von Neumann a prouvé que e est un nombre transcendant. Par conséquent, il ne peut pas être solution d'une équation algébrique à coefficients entiers. Ceci a des implications profondes sur ce qu'on peut réaliser avec des constructions géométriques classiques.

Calcul numérique du nombre e

Pour de nombreux calculs pratiques, il est nécessaire d'approximativement calculer le nombre e. Voici quelques approches utilisées :

Algorithmes de calcul

Des méthodes itératives telles que l'algorithme de Newton-Raphson permettent un calcul précis de centaines voire milliers de décimales de e. Elles arrivent à résoudre rapidement grâce à des étapes successives se rapprochant de la précision désirée.

Utilisation de logiciels modernes

Des outils numériques comme Matlab, Mathematica ou des bibliothèques Python (telles que NumPy et SciPy) incluent des fonctions pré-programmées pour exploiter les valeurs précises de e. Ces ressources facilitent grandement la vérification théorique et l'expérimentation en projets scientifiques.

Nom complet

Egalement reconnu comme nombre d'Euler, cette nomenclature provient par reconnaissance de Leonhard Euler, mais il ne faut pas le confondre avec la fonction Gamma d'Euler qui généralise la notion factorielle appliquée sur les réels positifs et complexes.

Extensions et généralisations

D'autres formes impliquent des extensions mathématiques fondamentales incluant des aspects théoriques plus larges au nombre de dimensions occupé par e en l'analyse complexe et béternamienne.

Loi Exponentielle

Utilisé dans les études de temps d'attente, des calculs sans mémoire caractérisant les événements aléatoires tels que la radioactivité ou la fiabilité matérielle suivant une loi exponentielle.

Ces diverses applications démontrent que le nombre e dépasse largement les frontières des seules mathématiques pures, impactant aussi la physique, l'ingénierie et l'économie avec une portée incommensurable.

Nos autres articles sur l'analyse et l'algèbre :

William Mievre
William Mievre sur Linkedin
William Mievre

Passé par une Prépa HEC puis l'ESCP (3e meilleure école de commerce française), j'ai co-fondé Les Sherpas, une entreprise innovante dans le secteur de l'EdTech spécialisée dans le soutien scolaire.Avec 10 années d'expérience dans les cours particuliers, ma passion réside dans l'éducation et le développement personnel. Mon objectif est de vous offrir des conseils pratiques et éprouvés pour aider vos enfants à réussir et à s'épanouir dans leur parcours scolaire. A très bientôt ✌️💖 !