; ; ;

Les applications des mathématiques en physique : une exploration des concepts clés

William Mievre - Mis à jour le 

Les mathématiques et la physique sont deux disciplines intimement liées. Les formules mathématiques servent de langage pour exprimer les lois physiques, facilitant ainsi la compréhension du monde qui nous entoure. Cet article explore les diverses applications des mathématiques en physique, à travers plusieurs concepts clés et exemples pratiques.

Maths et Physique

La physique classique et ses relations mathématiques

La physique classique repose sur des principes fondamentaux décrits majoritairement par des équations différentielles. Ces équations permettent de comprendre comment différents corps interagissent dans un environnement donné. Une application courante est l'étude de la chute libre des objets.

Chute libre : modélisation avec les mathématiques

Lorsqu'un objet tombe librement, sa vitesse et son intensité d'accélération sont gouvernées par les lois de Newton. La formule fondamentale pour décrire la vitesse (v) d'un objet en chute libre est :

d=0.5*g*t2

g est l'accélération due à la gravité (environ 9.81 m/s² sur Terre) et t est le temps écoulé. De plus, l'équation

d=0.5*g*t2

permet de calculer la distance (d) parcourue par l'objet.

Forces centripètes et trajectoires circulaires

Un autre aspect classique étudié est la force centripète qui maintient un objet en mouvement circulaire. Exprimée mathématiquement, la force centripète (Fₙ) est donnée par :

Fn=m*v2r

m est la masse de l'objet, v est la vitesse tangente, et r est le rayon de la trajectoire circulaire. Comprendre cette relation permet de prédire des phénomènes comme l'orbite des satellites ou le mouvement des planètes.

Mécanique des fluides et géométrie

La mécanique des fluides utilise largement la géométrie et les formules mathématiques pour comprendre les comportements des liquides et des gaz en mouvement. Par exemple, le débit volumétrique et la surface de contact jouent des rôles centraux.

Surface et débit dans les conduits

Le débit volumétrique (Q) dans un conduit est lié à la vitesse du fluide (v) et à la section transversale du conduit (A) par la formule :

Q=A*v

Comprendre cette relation permet de concevoir des systèmes efficaces de plomberie, des canalisations ou même des flux sanguins dans les veines et les artères.

Volume et pression

En dynamique des fluides, la loi de Bernoulli combine énergie cinétique, gravitationnelle et de pression pour décrire le comportement d'un fluide en mouvement. La conservation du volume et de la pression est cruciale pour cette équation :

P+0.5*ρ*v2+ρ*g*h=constante

P représente la pression, ρ est la densité du fluide, v est la vitesse du fluide, g est l'accélération due à la gravité, et h est la hauteur. Cette loi s'applique dans les systèmes aéronautiques, médicaux et industriels.

Image qui représente l'importance des Maths en Physique

Thermodynamique et statistiques

La thermodynamique s'appuie également fortement sur les mathématiques pour analyser les systèmes énergétiques. Des concepts comme l'entropie, l'énergie interne et la température sont décrits à l'aide de formules mathématiques précises.

L'énergie interne et l'enthalpie

Dans un système fermé, l'énergie interne (U) peut être transformée en chaleur (Q) et travail (W), ce qui est exprimé par la première loi de la thermodynamique :

ΔU=Q-W

L'enthalpie (H), quant à elle, est une fonction d'état reliant l'énergie interne, la pression (P) et le volume (V) :

H=U+P*V

  • Calcul de l'énergie interne : utile pour des réactions chimiques.
  • Détermination de l'enthalpie : essentiel en génie chimique.

Statistiques et micro-états

Les statistiques jouent un rôle vital dans la thermodynamique statistique, où les propriétés macroscopiques d'un système sont dérivées de ses micro-états. Le nombre de configurations possibles ou l'entropie (S) est déterminée par :

S=k*ln(Ω)

k est la constante de Boltzmann et Ω est le nombre de micro-états accessibles.

Électromagnétisme et équations différentielles

Les champs électrique et magnétique sont régis par des équations différentielles. L'électromagnétisme utilise des opérateurs mathématiques sophistiqués, tel que le rotationnel et le gradient.

Les équations de Maxwell

Les quatre équations de Maxwell forment le pilier de la théorie électromagnétique :

  1. La divergence du champ électrique E est proportionnelle à la densité de charge (ρ) : ∇·E=ρε0 .
  2. La divergence du champ magnétique B est toujours nulle : ∇·B=0
  3. Le rotationnel du champ électrique change avec le champ magnétique au cours du temps : ∇×E=-Bt
  4. Le rotationnel du champ magnétique dépend du courant de conduction (J) et du champ électrique : ∇×B=μ0(J+ε0Et)

Ces équations expliquent une vaste gamme de phénomènes tels que les ondes radio, les rayons X et même la lumière visible.

Le potentiel vecteur et d'autres outils mathématiques

Pour simplifier certaines situations complexes, les physiciens introduisent le potentiel vecteur magnétique (A). Ce potentiel est lié au champ magnétique par :

B=∇×A

et facilite la résolution des problèmes comportant des symétries spécifiques. Au-delà des champs, d'autres opérateurs vectoriels et algorithmes numériques peuvent être utilisés pour résoudre des équations différentielles partielles ou totales associées aux phénomènes électromagnétiques.

Physique quantique et probabilités

La physique quantique se distingue par son utilisation intensive des probabilités et des statistiques. Elle exploite des espaces de fonctions mathématiques abstraites pour décrire les états des particules subatomiques.

Fonctions d'onde et opérateurs

Une particule quantique est décrite par sa fonction d'onde Ψ(x,t), et l'évolution de ces fonctions est régulée par l'équation de Schrödinger :

iħΨt=HΨ

H est l'opérateur Hamiltonien représentant l'énergie totale de la particule, ħ est la constante de Planck réduite, et i est le nombre imaginaire. Résoudre cette équation donne des informations sur la position et l'énergie des particules.

Probabilités et mesures

Contrairement à la mécanique classique, la mécanique quantique ne prédit pas des résultats exacts mais des distributions de probabilité. La probabilité de détecter une particule à une position donnée est liée à la valeur absolue carrée de la fonction d'onde :

P(x)=|Ψ(x)|²

Des concepts comme le moment dipolaire, les transitions énergétiques atomiques sont interprétés et prédictions souvent réalisées par des distributions statistiques sur de grands ensembles de mesures.

Apprenez-en plus sur le lien entre les maths et des sciences :

William Mievre
William Mievre sur Linkedin
William Mievre

Passé par une Prépa HEC puis l'ESCP (3e meilleure école de commerce française), j'ai co-fondé Les Sherpas, une entreprise innovante dans le secteur de l'EdTech spécialisée dans le soutien scolaire.Avec 10 années d'expérience dans les cours particuliers, ma passion réside dans l'éducation et le développement personnel. Mon objectif est de vous offrir des conseils pratiques et éprouvés pour aider vos enfants à réussir et à s'épanouir dans leur parcours scolaire. A très bientôt ✌️💖 !