COVID en Colombie : un coup d’accélérateur pour la révolution ?

Francois Vuillerme - Mis à jour le 29/05/2021
Covid en colombie

Depuis février/mars 2020, la crise sanitaire liée à la COVID-19 est éprouvante pour tous les pays. Cependant, certaines régions sont bien plus touchées que d’autres et la pandémie va parfois de pair avec une catastrophe sociale déjà bien entamée par les gouvernements. C’est précisément cela que connaît la Colombie aujourd’hui.

Entre une gouvernance de droite impopulaire et une crise de la COVID-19 mal maîtrisée, la Colombie est aujourd’hui en état de rébellion face au pouvoir de Iván Duque , président colombien depuis le 7 août 2018.

La loi « Solidarité Durable » : la goutte de trop pour la Colombie

🌡️ La Colombie se trouve actuellement confrontée à une triple crise impactant violemment la population du pays, notamment les classes basses et moyennes qui se retrouvent en première ligne : c’est eux qui reçoivent le contrecoup le plus fort et c’est à eux que le gouvernement Duque demande continuellement des efforts supplémentaires. La Colombie connaît aujourd’hui une crise à la fois pandémique, sociale et politique.

Le pays est touché bien entendu par la crise sanitaire que l’on connaît tous. Cependant, la négligence du gouvernement et le manque de moyen sont en train de faire exploser les chiffres de la Covid-19 partout sur le territoire. A ce jour, 78 000 personnes ont perdu la vie du fait de la crise sanitaire en Colombie. L’émergence du variant brésilien a déclenché des vagues encore plus meurtrières alors que le processus de vaccination est beaucoup trop lent : seulement 8% des adultes ont reçu une première dose.

Cette pandémie renforce de ce fait la crise économique et sociale du pays. On estime que le PIB a chuté de 6,8% et que le taux de chômage a atteint 17%, un record que le pays n’a pas battu depuis 2004 ! Enfin, la crise est aussi politique : Iván Duque, du parti Centro Democrático (la droite forte), est un président impopulaire puisque son agenda politique n’est pas en adéquation avec les besoins des classes les plus pauvres du pays.

Une manifestation de grande ampleur

C’est dans ce terreau déjà propice à un soulèvement que le gouvernement actuel va voter une loi qui mettra le feu aux poudres. Le 28 avril, la loi « Solidarité Durable » est acceptée par le parlement et provoque la colère du peuple colombien. Cette loi a été conçue dans le but de soutenir l’économie, fortement touchée par la crise sanitaire. Il s’agit d’une réforme fiscale indiquant que l’impact de la crise économique sera absorbé en grande partie par les travailleurs, les retraités et surtout les classes populaires et les classes moyennes. Cette réforme indique notamment une augmentation de la TVA et des impôts ainsi qu’une taxe sur les pensions et une véritable politique d’austérité.

💡 Cette réforme vise donc les classes les plus pauvres ce qui la rend parfaitement impopulaire puisqu’on estime que 45% de la population colombienne vit sous le seuil de pauvreté, dont 15% en situation d’extrême pauvreté. C’est pourquoi le peuple est en grève nationale depuis.

La réforme a été finalement abandonnée le 2 mai 2021 (soit 4 jours après sa mise en place) mais la mobilisation continue : c’est effectivement le signe que cette réforme n’a été qu’un prétexte pour continuer un combat déjà largement entamé face à Iván Duque.

Pierre

ESSEC

16€/h

Margot

Arts et Métiers ParisTech

22€/h/h

Simon

4e année de médecine

26€/h

Olivier

La Sorbonne

13€/h

Jeanne

Aix-Marseille Université

17€/h

Clémence

HEC Paris

21€/h/h

Louise

Mines ParisTech

24€/h

Sophie

Sciences Po Bordeaux

12€/h

Besoin d’un prof particulier exceptionnel ? ✨

Nos Sherpas sont là pour t’aider à progresser et prendre confiance en toi.

PRENDRE UN COURS GRATUIT

Un pays dans un continuel combat

Nous en sommes en réalité au troisième soulèvement populaire que connaît Iván Duque en raison de sa politique qui favorise les riches aux dépens de la majorité de son peuple. Sa politique, et particulièrement depuis la loi Solidarité Durable, va probablement lui coûter la victoire de son parti en 2022 au profit de la gauche.

Cette baisse de popularité n’est pas uniquement dû à la dernière réforme mise en place par le parti : en 2019, les impôts des grosses entreprises et des classes aisées ont diminué. L’objectif était la création d’emploi mais cela n’a eu pour effet que de faire perdre plus de 20 milliards de pesos aux caisses de l’Etat. Les choix du gouvernement Duque n’ont pas été à la hauteur pour la majorité du peuple colombien.

Ivan Duque
Iván Duque, ennemi public numéro 1 en Colombie ?

🌡️ De plus, les manifestations sont aussi un moyen de montrer un ras-le-bol général contre l’ingérence américaine. La réforme Solidarité Durable est initialement prévue pour pouvoir offrir un bilan positif à montrer au FMI (Fond Monétaire International), quitte à saper le social.  Cette rancœur contre l’impérialisme américain doit se comprendre sur un temps plus long : les restructurations imposées par le FMI ont été catastrophiques pour les pays d’Amérique Latine (hausse de la pauvreté, baisse de l’éducation, difficulté du milieu médical etc…).

C’est donc dans ce climat de rébellion que des centaines de milliers de manifestants colombiens descendent dans les rues en ayant pour objectif d’obtenir purement et simplement la démission du président Iván Duque. On retrouve une identité commune dans les manifestations de toutes les villes, de Cali à Bogota, grâce aux slogans et aux banderoles qui sont similaires : « si un peuple sort pour protester en pleine pandémie, c’est parce que le gouvernement est plus dangereux que le virus » peut-on lire dans toutes les villes du pays.

Le peuple manifeste ainsi contre un gouvernement qu’il juge corrompu et violent. La corruption provient de toutes les acceptations du gouvernement Duque vis-à-vis des grosses entreprises (et surtout les grosses entreprises américaines) comme l’achat et l’utilisation massive de glyphosate dans le but de détruire les champs de coca des paysans et des narcotrafiquants du pays. La violence provient de la culture du parti ; la répression est une réponse s’inscrivant dans la philosophie droite dure colombienne. Depuis le début des manifestations, on dénombre une trentaine de manifestants tués. Cette répression du gouvernement provoque la peur mais alimente aussi la colère du peuple. Cette violence légitime en quelque sorte les mouvements et le soulèvement populaire dans l’esprit des Colombiens.

Violences contre violations : le nouveau visage des manifestations en Colombie

L’Amérique latine, une région instable fortement touchée par la COVID 😷

L’instabilité de l’Amérique latine n’est absolument pas une nouveauté. La crise sanitaire va cependant cristalliser cette instabilité et pousser la population à la rébellion. Il y a une véritable dynamique de lutte en Amérique Latine qui prend de plus en plus de poids chaque année. Les raisons de cette dynamique sont nombreuses :

  • On voit clairement une hausse des inégalités en Amérique Latine, qu’elle soit extra-étatique ou intraétatique. Les riches sont de plus en plus riches, et les pauvres de plus en plus nombreux. La Colombie fait partie des pays les plus inégalitaires du monde avec un coefficient de Gini de 0,6 en 2014. Ce coefficient baisse bien entendu des suites de la pandémie.

Clémence

HEC Paris

21€/h/h

Thibault

ENS Paris Ulm

20€/h

Sophie

Sciences Po Bordeaux

12€/h

Noémie

M2 en droit à Assas

19€/h

Fanny

Ponts ParisTech

19€/h

Simon

4e année de médecine

26€/h

Nicolas

CentraleSupélec

17€/h

Victor

ESCP

25€/h

Ton premier cours particulier est offert ! 🎁

Fais-toi guider par un étudiant passé par une des meilleures écoles de France.

J’EN PROFITE MAINTENANT
  • Les économies sont bien souvent basées sur les matières premières. Si le prix des matières premières baisse, alors les pays sont fortement impactés par la crise. Difficile donc de rendre un pays stable à cause de cela. De plus, bon nombre de pays d’Amérique Latine subissent la « Dutch Disease », c’est-à-dire qu’ils deviennent dépendants à la rente de leurs matières premières phares et ne développent pas les autres secteurs économiques (à l’instar du Venezuela avec le pétrole).

🌡️ Selon le Washington Post, une grande partie de la région serait déstabilisée sans l’aide des pays occidentaux dans la crise de la Covid-19. En effet, 35% des morts de la Covid-19 ont été comptés par les pays d’Amérique latine alors que la région ne représente que 8% de la population mondiale. L’Amérique Latine semble alors à la veille d’une nouvelle décennie perdue.

Depuis quelques années, les manifestations et les soulèvements ont repris de plus belle, et ce sur tout le continent. Voici quelques exemples de manifestations récentes en Amérique latine :

👉🏻 Manifestations au Pérou et au Guatemala en novembre 2020
👉🏻 Lutte des infirmiers en Argentine fin 2020-début 2021
👉🏻 Manifestations 2019-2020 Chili : crise du ticket de métro
👉🏻 Colère populaire au Paraguay en mars 2021
👉🏻 Exode des Vénézuéliens qui s’est accentué avec la crise sanitaire
👉🏻 Mouvements en Equateur en novembre 2019

5/5 - (4 votes)
profile picture
Francois Vuillerme
Passionné de géopolitique
Actuellement à GEM et passionné par la géopolitique, je continue mes études dans le but de devenir manager en gestion de risques. Mes articles traiteront essentiellement de cette matière ou bien d'actualité 😉

Laisse-nous un commentaire !

Des questions ? Des bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures ! 🎉

Ebooks

Découvre nos ebooks

Avoir confiance en soi, réussir le bac, trouver son stage, gagner en productivité… À chaque problème son guide pour progresser et devenir la meilleure version de toi-même ! 💪